Connexion en tant que membre

Actualités Arts,culture, lecture Ma destination Ma vie en expatriation Ouzbékistan

Spécial 8 mars en Ouzbékistan : « A travers les femmes, on comprend tout ! », Lyane Guillaume

Ajouter à mes favoris

Quelle meilleure occasion que le 8 mars qui célèbre les femmes, pointe leurs conditions et leurs droits à travers le monde, pour vous parler du dernier ouvrage de Lyane Guillaume, Mille et un jours en Tartarie ? Quand elle était passée nous voir à l’occasion du Salon du Livre Virtuel des Expatriés en janvier dernier, elle nous l’avait bien dit : « A travers les femmes, on comprend tout ! ».

 
La fiction documentaire pour faire découvrir un pays

Entre-temps nous avons lu avec beaucoup de plaisir Mille et un jours en Tartarie. Découvrant un style littéraire résolument adapté à l’écrivain expatrié : la fiction documentaire. Happé par ces destins de femmes ouzbèques, le lecteur est suspendu au destin tragique de Rano. Venue de la campagne et traumatisée par des attentats sanglants, la jeune femme est soumise au poids des traditions :  se marier, avoir des enfants, si possible des garçons…

Cependant le destin de Rano n’est pas le seul évoqué dans le livre à tiroirs de Lyane Guillaume. Et une soirée entre femmes le 8 mars est l’occasion pour l’auteure de croiser les destins. Destins des femmes d’Ouzbekistan d’hier et d’aujourd’hui. Nous amenant ainsi à découvrir ce pays méconnu.

Goulia, Chririne, Zilola, Katia, Sayora et Lioubov prendront la parole à tour de rôle lors de cette soirée riche en confidences. Lyane Guillaume fait écho à leurs récits en y insérant les histoires des femmes mythiques d’Ousbékistan, telle une Shéhérazade contemporaine. Venues des contes populaires comme la belle Zoukra et son tendre Takhir, mélanges d’histoire et de légende. Comme Bibi, l’épouse de Tamerlan, ou héroïne moderne comme Tamara Khanoum, première danseuse ouzbèque à se produire sur scène. Lyane mêle avec brio une documentation rigoureuse et un style fluide, propre à nous emporter dans cet ailleurs cher à l’expatrié.

L'Ouzbékistan à travers ses femmes... Une ouverture vers le monde !

En effet, ce point de vue féminin permet à Lyane Guillaume de faire le tour de toute la société d’Ouzbékistan à travers son histoire. Tous les aspects de la femme y sont traités : travail, pouvoir, famille, transmission, religion, politique et bien sûr les hommes. Ceux qu’on aime ou qu’on déteste. Qui battent ou qui protègent. Pères, maris, amants, fils. L’homme est le grand absent de cette soirée mais il sera souvent question de lui.

Et c’est là tout son art, réussir à passer du moi au nous, puis du nous à eux, élargissant encore et encore l’horizon de l’Ouzbékistan. Jusqu’à nous amener à réaliser finalement toutes les similitudes entre ces destins de femmes ouzbèques et les nôtres, femmes françaises, européennes, occidentales. Mille et un jours en Tartarie est un plaidoyer magnifique sur les femmes et leurs qualités. Ces capacités d’adaptation et de résilience des femmes ouzbèques de Lyane Guillaume rappellent les vies contrariées, les carrières déçues, les amours impossibles de toutes les femmes du monde. Mais c’est avant tout un hymne à la créativité, à l’intelligence des femmes et à la solidarité.

A la lecture de Mille et un jours en Tartarie, on s’attache aux similitudes entre femmes, sans néanmoins oublier les différences. Et l’on s’identifie à ces destins lointains, les rendant proches, réduisant en miettes stéréotypes et préjugés.

Lyane Guillaume, écrivain expatriée

Après des études de Lettres modernes et une formation en danse et théâtre, Lyane Guillaume a suivi à l’étranger son mari, archéologue, puis conseiller culturel et de coopération dans plusieurs ambassades. Elle a ainsi vécu en Afghanistan (sept ans sur deux séjours), en Inde (neuf ans sur deux séjours), en Russie (Saint-Pétersbourg puis Moscou), en Ukraine (peu avant la révolution orange), en Ouzbékistan puis enfin en Russie de nouveau.

C'est ainsi qu'au gré de ses pérégrinations, elle a endossé divers avatars. S’initiant à la langue du pays, se pénétrant de sa culture : professeur à Kaboul pendant l’occupation soviétique, danseuse d’Odissi en Inde, auteur de théâtre et comédienne à Saint-Pétersbourg et à Kiev, journaliste de presse, animatrice radio à « la voix de la Russie » à Moscou etc...

Aujourd'hui, elle se définit elle-même comme une écrivain expatriée. Contrairement aux écrivains voyageurs qui ne restent que quelques temps dans des destinations qu'ils ont choisies, l'écrivain expatrié a la chance de vivre vraiment dans le pays. Grâce à la richesse de ce vécu, Lyane donne une saveur toute particulière à ses récits. Mille et un jours en Tartarie est d'ailleurs émaillé de recettes qui mettent l'eau à la bouche du lecteur.

Merci Lyane Guillaume pour ce beau moment de lecture ! 

Pour en savoir plus sur Lyane Guillaume, regarder l'interview vidéo réalisé à l'occasion du Salon du Livre Virtuel des Expatriés :

FemmExpat vous recommande de lire aussi :

Merci pour ce premier salon du livre virtuel des expatriés !

Conseils d’auteurs expatriés – Choisir une maison d’édition


VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nous suivre