Connexion en tant que membre

Grèce Ma destination Ma vie en expatriation Voyages et vacances

L’île d’Hydra ou l’art du bonheur

Ajouter à mes favoris

L’île d’Hydra ou l’art du bonheurAprès l’hiver vient le printemps. Vous trouvez qu’on enfonce les portes ouvertes ? Un peu… Mais pour celles qui en ces périodes de grand froid ne vivent pas dans des pays chauds, avouez qu’un peu de soleil, de ciel bleu et d’air marin, ça fait envie. Alors sortez votre vieil album de Songs from a room, et suivez-nous en Grèce dans les ruelles d’Hydra !

Le temps entre parenthèses

Hydra est une île rocailleuse au sud d’Athènes dont les côtes escarpées plongent dans le bleu de la mer Egée, au cœur du Golfe Saronique. Certains disent qu’elle tiendrait son nom de l’Hydre, ce monstre mythologique terrassé par Hercule.

Terre aride, elle a naturellement poussé ses habitants vers la mer. Pirates et armateurs rejoignent les légendes de l’île qui a fortement contribué à l’indépendance de la Grèce contre l’empire Ottoman au XIXe siècle.

Aujourd’hui Hydra vit principalement du tourisme. Mais les caïques colorés qui accueillent le voyageur témoignent encore de son activité de port de pêche. Dans le labyrinthe des venelles à flanc de colline, les ânes, avec leurs pompons sur le front, sont le seul moyen de transport, amarrant l’île dans un temps comme entre parenthèses.L’île d’Hydra ou l’art du bonheur

Henri Miller et Sophia Loren

L’écrivain américain Henri Miller fût le premier artiste à découvrir le charme d’Hydra en 1939. C’est lors de ce séjour en Grèce qu’il écrivit un de ses plus beaux romans, Le colosse de Maroussi. En tout cas, celui qu’il considérait, à la fin de sa vie, comme l’un de ses plus beaux romans.

Hydra fût aussi le décor de plusieurs films. Mais c’est Sophia Loren qui l’a définitivement rendue célèbre en 1957 avec le film « Ombres sous la mer » où elle joue une pêcheuse d’éponges.

L’histoire d’amour de Leonard Cohen
L’île d’Hydra ou l’art du bonheur
Verso de l'album Songs from a room.

Imprégné de cette actualité artistique prestigieuse, Leonard Cohen a 26 ans quand il achète une petite maison blanche sans eau ni électricité sur l’île en 1960. C’est dans la petite épicerie de la ville qu'il rencontrera Marianne Ihlen. C’est la blonde souriante vêtue d’une simple serviette et attablée à sa machine à écrire au dos de l’album mythique Songs from a room. Il lui dédie la chanson So long, Marianne en 1967 alors qu’ils sont déjà séparés.

Dans une ultime lettre avant le décès de Marianne en juillet 2016, le poète séducteur dont la voix grave envoûte ses chansons lui déclare : « Et tu sais que j’ai toujours aimé ta beauté et ta sagesse et je n’ai pas besoin d’en dire plus parce que tu sais tout cela. Je veux seulement te souhaiter un très beau voyage. Au revoir ma vieille amie. Mon amour éternel. Rendez-vous au bout du chemin. » Marianne meurt deux jours après. Leonard la rejoint en novembre.

Une échappée artistique contemporaine

Les touristes débarquent aujourd’hui par bateaux entiers pour passer quelques heures dans les restaurants et boutiques du port. Mais pour celui qui prend le temps, Hydra reste une belle flânerie intemporelle dans les rues aux maisons blanches, rehaussées dès le printemps des couleurs éclatantes des bougainvilliers et de la douce odeur verte des lilas. Son calme et sa lumière appellent à l’apaisement.

Par ailleurs, Hydra reste encore très prisée des artistes. L'Ecole des beaux-arts d'Athènes y possède même une annexe où de nombreux peintres comme Marc Chagall ont séjourné. En 2009, le collectionneur Dakis Joannou installe à Hydra une annexe de sa Fondation Deste pour l’art contemporain.

Sur les traces de Leonard

Les enfants de Leonard Cohen n’ont pas vendu la maison. Ses fans peuvent facilement la retrouver pour se recueillir devant la bâtisse L’île d’Hydra ou l’art du bonheurblanche aux boiseries grises. Peut-être vous accouderez-vous ensuite au vieux zinc du Pirate Café où il avait ses habitudes ?

Et en repartant, écoutez l’album « We go home » que Adam Cohen a enregistré à Hydra, en hommage à son père.

Envie d'y aller ?

Prenez un billet d'avion pour Athènes puis sautez dans un ferry ou un bateau rapide (de 2h30 à 4h) depuis le port du Pirée.

Et à votre retour, livrez-nous vos impressions !

Par Aimée Rinkler

FemmExpat vous conseille de lire aussi :

Grèce, à connaître avant de partir.

Vivre à Thessalonique, en Grèce.

Le hygge, la formule du bonheur par les Danois


VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nous suivre