Connexion en tant que membre

Luxembourg

Premiers pas lors d’une expatriation à Luxembourg

Ajouter à mes favoris

Luxembourg
expatriation à luxembourg

« Chérie, on part au Luxembourg ! »

« Heu, pardon, il n’y a pas plus chaud comme pays ? »

Et voilà comment nous avons débuté notre aventure d’expat. Bon, ce n’était pas une destination très exotique et chaude pour la provençale que je suis, mais tous les échos que nous avions du Luxembourg étaient dithyrambiques. Ce qui nous a permis de ne pas hésiter trop longtemps, nous qui souhaitions quitter Paris depuis un certain temps.

Et comme diraient les enfants, c’était parti «mon kiki ».
Nous voilà dans les recherches d’écoles pour ma part, la recherche d’appartements revenant à mon mari.

Les écoles

Il faut savoir qu’au Luxembourg, l’école n’est obligatoire qu’à partir de 4 ans. Il n’y a donc que 6 années de primaire et toute la maternelle se fait en Luxembourgeois, langue commune à tous les petits expatriés.
Puis l’apprentissage de la lecture en CP se fait en allemand et bascule en cours d’année en français. Arrivés en CE1, les enfants parlent donc 3 langues : luxembourgeois, allemand et français.

Mais comme ni mon mari ni moi parlions allemand et encore moins luxembourgeois, la question de scolariser les enfants en maternelle localement ne s’est pas posée longtemps.
Il y a quatre écoles maternelles françaises implantées à Luxembourg.

  • L’Ecole Privée Notre Dame Sainte Sophie accueille tous les enfants depuis la petite section au CM2, avec apprentissage de l’allemand dès la moyenne section. Mais il y a très peu de place en petite section, et l’école favorise les fratries déjà scolarisées dans l’établissement.
  • L’Ecole Française du Luxembourg accueille tous les enfants depuis la petite section au CM2, avec apprentissage de l’allemand dès la grande section. Attention, les nouvelles inscriptions sont soumises au tirage au sort…
  • L’Ecole Charlemagne, non homologuée par l’AEFE et par conséquent, hors contrat avec le gouvernement, est une très bonne école privée. Un certain esprit familial domine dans cette école où les enfants sont en uniforme (tablier rose et bleu) et dans des classes à effectif réduit.
  • Et les Poussins, elle aussi, non homologuée par l’AEFE.

Après avoir posé nos dossiers d’inscription à Ste Sophie et à l’EFL, nous avons attendu les délibérations. Résultat : nous avons un enfant dans chaque école ! Ste Sophie pour la grande section et l’EFL pour la petite section !
Youpi tralala, voilà une occasion de rencontrer deux fois plus de personnes !

Petit changement par rapport aux écoles françaises : le rythme scolaire. Les lundis, mercredis et vendredis sont des journées entières d’école et les mardis et jeudis, les enfants n’ont école que le matin, les après-midis étant réservés aux activités périscolaires organisées pour la plupart au sein même de l’école (danse, escrime, arts plastiques, théâtre, langues étrangères, musique, échecs, rugby…..).

 L’appartement

La recherche d’appartements, parsemée de surprises, n’a pas été très simple car nous avons débuté nos démarches en même temps pour tout le monde, i.e. dès mai.

Surprise n°1 :

Il y a très peu de biens locatifs avec plus de 3 chambres et ceux qui sont sur le marché sont tout de suite pris d’assaut par les familles d’expatriés.

Surprise n°2 :

Ici, tous les appartements sont grands (120m², 175m²). Petite anecdote, mon mari a visité un appartement de 175m² avec seulement 2 chambres ! Cela nous change bien de la région parisienne !

Surprise n°3 :

Il y a très peu de commerces de quartier (style Monoprix, Franprix ou autres petites enseignes bien utiles) et le choix du lieu d’habitation devient donc très stratégique pour assurer l’intendance facilement.

Surprise n° 4 :

Nous avons découvert que dans la plupart des immeubles, il y a des buanderies communes et par conséquent, aucun branchement de lave-linge dans les appartements. Nos années étudiantes nous sont revenues à l’esprit avec les attentes dans les laveries des résidences étudiantes. Sauf que maintenant avec 3 enfants et toutes les maladies bien sympathiques d’hiver qui nous attendent, je ne me voyais pas descendre au beau milieu de la nuit, en pyjama roudoudou et chausson lapinou pour lancer une machine de draps… !

La ville de Luxembourg, comme toute ville, est divisée en quartiers bien déterminés avec sa propre histoire et vie. Plusieurs quartiers sont très prisés comme Bel Air, Merl, Limpersberg (à proximité des grands parcs et du centre-ville), ou encore Bonnevoie (proche de la gare), mais malheureusement très chers à la location.
Nous avons finalement déposé nos cartons dans un quartier à mi-chemin entre les 2 écoles, dans un quartier moins résidentiel que les autres cités ci-dessus, plus vallonné mais tout aussi proche du centre de la ville.

Les premiers pas

Petit coup de blues au moment du départ, adieux larmoyants des copains et promesse de se retrouver bientôt (qu’est-ce que cela aurait été si on partait vivre à l’autre bout de la planète ???), nous voilà arrivés dans notre nouvelle vie, non sans une petite appréhension.

La rentrée scolaire étant un peu plus tard qu’en France, les enfants ont pu découvrir les nombreux parcs de la ville et surtout, pour leur plus grand bonheur, les structures de jeux incroyables, dignes de parcs d’attraction, mises à leur disposition (trampolines, tyroliennes, toboggans géants, rivières, château fort, bateau de pirate…).
Ce qui nous a frappés à Luxembourg, c’est le nombre de parcs ou squares équipés pour les enfants. A chaque coin de rue, les enfants trouvent ici, un tourniquet, là une balançoire, encore ici une bascule géante. Ils ne savent plus où donner de la tête ! Et maintenant, j’ai droit à « maman, on va dans le parc aux trampolines ? maman, on peut goûter dans le parc avec les deux tyroliennes, s’te plaiiiiiiiiit maman !»
Que nous réserve la ville pour cet hiver : patinoire, batailles géantes de boules de neige, courses de luge… ? Affaire à suivre !

Entre deux batailles de pirates et autres sauvetages de princesses dans le château du parc, nous profitons des magnifiques forêts qui bordent la ville.
5 min de voiture, et hop, nous  voilà sur les sentiers bien bordés entourés de sapins et autres arbres majestueux qui commencent à se teinter de rouge à l’approche de l’automne. Spectacle grandiose qui laisse les enfants muets (enfin… pendant 3 secondes !)

Vraiment Luxembourg est une ville qui nous promet bien des surprises ! Et cela ne fait que deux mois que nous sommes là.

BlandineLuxembourgPar Blandine.

--

FemmExpat vous recommande les articles suivants :

Régime matrimonial au Luxembourg
Luxembourg, à savoir avant de partir
Luxembourg, le site Just Arrived


VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nous suivre