Connexion en tant que membre

Arabie Saoudite Ma destination Moyen orient

Vivre à Riyad, Arabie Saoudite

Ajouter à mes favoris

 

Une expatriation à Riyad (jardin en arabe) en Arabie Saoudite fait peur à beaucoup de futurs expatriés.

Ce pays où les immeubles ont poussé en même temps que les puits de pétrole est une monarchie traditionnelle et conservatrice où l’islam, religion officielle, règle tous les aspects de la vie quotidienne (charia).

Il est d’ailleurs interdit d’y pratiquer toute autre religion.


Néanmoins on peut vivre à Riyad une vie parfaitement monotone et morose mais également une vie enrichissante si on laisse de côté ses réflexes occidentaux.
La ville présente un contraste saisissant entre modernité avec ses gratte-ciel et moyen-âge. A Riyad se côtoient pauvreté et extrême richesse.

Pauvreté parce que tous les saoudiens ne sont pas richissimes, loin de là et de nombreux immigrés (pakistanais, indiens, philippins) vivent dans des conditions très précaires.
Luxe quand on voit les enseignes (toutes celles de l’avenue Montaigne et de la place Vendôme réunies), les voitures qui fleurissent en ville et on peut imaginer ce qui se passe derrière les murs des somptueuses villas.

 Quelques petites choses à savoir avant d’arriver :
L’Arabie est un pays avec des interdits; l’Arabie Saoudite interdit l’importation de certains produits que vous éviterez de mettre dans votre déménagement. vous trouverez la liste complète dans la fiche pratique.

 C’est le pays des dames en noir 

En Arabie Saoudite les femmes sont tenues de respecter les règles austères du code vestimentaire. Dés votre arrivée vous devrez vous conformer à cet aspect de la vie et porter la fameuse abaya qui fait si peur. C’est une sorte de longue cape qui recouvre le corps entier, du cou aux chevilles. Les femmes et les adolescentes y sont soumises et gare à la société de prévention du vice et de la protection de la vertu (la mutawa) qui veille en permanence à la stricte observation de son port. Les occidentales doivent également avoir les cheveux couverts d’un foulard. Le plus souvent les maris apportent directement à l’aéroport la fameuse abaya avec laquelle vous devrez dorénavant sortir. Vous êtes libre de porter dessous ce qui vous plaît. Il existe une multitude d’abayas de la basique à la super luxe et les saoudiennes font très vite la différence en fonction de la qualité du tissus, des broderies ton sur ton. Les chauffeurs reconnaissent en général les femmes grâce à leurs chaussures et leur sac. Vous trouverez même des abayas au Carrefour. Les hommes eux sont interdits de short et ne doivent pas avoir le torse nu. (à lire l’excellent livre de Lucie Wherter à ce sujet !)

 La conduite 

C’est très simple les femmes ne sont pas autorisées à conduire une voiture ni à circuler à bicyclette. Elle doit être conduite par son mari (ou un chauffeur) et ne jamais se trouver (mais pas seulement en voiture) avec un autre homme que leur conjoint (ou un membre de la famille qui a autorité sur elle).

Il y a relativement peu d’embouteillages en revanche le sport favori des saoudiens est de brûler de la gomme le week end au volant de leur bolide. La conduite est assez anarchique. Le port de la ceinture est obligatoire à l’avant mais les femmes en sont dispensées si la ceinture souligne de façon indécente leurs formes !!!!!

 Le mariage 

Si vous voulez venir vivre en Arabie Saoudite vous êtes obligée de passer par la case mariage. Le pays n’autorise pas le concubinage, ni à fortiori l’homosexualité très sévèrement réprimée.

 Les photos 
En principe il est interdit de photographier des êtres humains, (charia).

 Le logement à Riyad
Les occidentaux ont le choix entre deux types de lieux de vie. Les maisons en ville ou résider sur un compound.

 Les maisons 
Certains font le choix d’habiter dans des maisons particulières ou des appartements. Vous les trouverez dans le quartier des ambassades, plus vert, mais aussi dans certains quartiers résidentiels. Il faut compter un minimum de 5000 SAR pour une villa. Si vous choisissez une villa, celle-ci sera le plus souvent entourée de hauts murs avec peu ou pas de vue sur l’extérieur. Elles sont plus spacieuses que celles des compounds mais y résider implique d’avoir un chauffeur (et/ou un arrangement avec un taxi) car vous ne bénéficiez pas du bus du compound. Enfin si vous avez des enfants, il sera plus difficile pour eux de rencontrer leurs amis si ceux-ci sont installés dans les résidences, donc les conduites seront fréquentes.

 Les compounds 
La grande majorité des expatriés habitent dans des compounds car ceux-ci sont plus facilement « sécurisables » que des villas. Pour y accéder il faut passer un nombre non négligeables de chicanes et de gardes. Il existe une hiérarchie dans le standing des compounds mais ils fonctionnent tous plus ou moins sur le même mode.
Ils comportent entre 50 et 200 maisons (et appartements), plus ou moins identiques, seule varie la taille des maisons (entre 2 et 6 pièces). Le prix de location varie lui aussi en fonction des services offerts. Toutes les maisons sont équipées et meublées de mobilier standard. On peut cependant apporter ses propres effets et demander au manager de retirer ce qui ne vous convient pas.
Les avantages des compounds sont nombreux, ce qui explique que ce mode de vie est privilégié par de nombreux occidentaux. Dans la plus part d’entre-deux les équipements sportifs sont à la disposition des habitants (piscine, tennis, salle de sport...) ainsi que des locaux qui permettent de se retrouver pour faire une fête par exemple. Il faut savoir que les clubs de sport hors compound ne sont pas mixtes (jour homme-jour femmes) et sont peu nombreux.

Ces ensembles sont très prisés par les jeunes enfants qui peuvent passer d’une maison à une autre et se retrouver facilement Les compounds offrent souvent un petit magasin, ce qui simplifie la vie dans ce pays où les femmes ne sont pas autorisées à conduire et chaque jour des bus (du compound) les emmènent faire des courses dans les malls ou au souk. Pour cela il faut se renseigner sur les heures de départ et les lieux au gate..
Autre avantage et pas des moindres vous n’êtes pas contraintes au port de l’abaya dans le compound.

Les désavantages sont inhérents aux avantages, il faut pouvoir supporter la vie en « semi-collectivité », certains la voient comme un Club Med, d’autres comme une prison dorée. Cela dépend des caractères et de son humeur, il y a des jours avec et des jours sans....

 

L’école
Nous parlerons ici du lycée français qui est situé en dehors du centre, dans un quartier facilement accessible. Dans les compounds sont prévus des ramassages scolaires contrairement aux maisons individuelles mais des arrangements sont toujours possibles avec le bus qui travaille avec l’école. Les élèves sont pour 40% français, 40% de libanais et 20% de francophones (tunisiens, algériens, camerounais...). Il y a très peu de saoudiens du fait de la mixité de l’école Les cours sont dispensés de la maternelle à la terminale. Pour les adolescents c’est un peu un espace de liberté car l’école est mixte et dans l’enceinte de l’école le port de l’abaya n’est pas souhaité.

Vous pouvez également faire le choix de scolariser vos enfants à la British school ou à l’international school mais vouloir les mettre dans le système saoudien est illusoire, leurs écoles ne sont pas mixtes et l’enseignement est en arabe.

 

Le shopping
C’est ici un sport national. Les malls sont de véritables lieux de vie où les enseignes les plus luxueuses et les plus ordinaires se côtoient(Chanel, Prada, mais aussi Zara, Etam...)

Vous y trouverez également des grandes surfaces (Carrefour, Géant, Panda, Euromarché...) qui sont très bien approvisionnés (pas de porc ni d’alcool cependant qui sont interdits en Arabie saoudite). Vous pourrez cuisiner pratiquement toutes les cuisines du monde. Vraiment il n’y a aucun problème dans l’approvisionnement.

Dans les quartiers la présence de « superettes » peut dépanner mais les marchands parlent rarement l’anglais. Dans les compounds il y a le plus souvent des petits magasins de dépannage pratiques pour les femmes qui ne peuvent conduire.

De même des magasins de jouets, de déco (Ikea, Saco....) se trouvent dans les malls et n’oubliez pas le souk où vous vous ferez conduire.

Bien sûr pour aller faire vos courses vous revêtirez votre abaya !

 

Coût de la vie
Les maisons et les écoles sont chères mais pour la plus part d’entre nous elles sont à la charge de l’employeur. La nourriture, les services, l’aide à domicile sont bon marché. L’offre vestimentaire est abondante et à des prix bien inférieurs à la France. Les voitures (pour le mari ou le chauffeur) et l’électroménager sont eux aussi à des prix avantageux, quant à l’essence est elle à 20 centimes d’euros le litre !

En revanche si vous faîtes venir des livres (coût du port) ça coûte assez cher.

 

Travailler
Peu de femmes travaillent. Il existe quelques possibilités à l’école française en fonction des postes disponibles ou dans les ambassades mais cela dépend des langues que vous parlez. Vous pouvez également donner des cours de français, dessin ou autres.

 

Les loisirs
Il faut bien le dire ils sont limités au moins pour les loisirs culturels d’où l’importance de faire partie de club de femmes internationales qui organisent des activités pendant la journée. Vous ferez vite connaissance, surtout dans les compounds et vous pourrez ainsi être « introduite ». Le lundi soir des séances de cinéma pour les adultes sont organisées à la maison des français (se renseigner à l’ambassade de France) et le mercredi après midi pour les enfants. Vous pouvez y emprunter des livres et des vidéos également. De temps en temps des excursions dans le désert sont organisées. Les enfants peuvent aller au Zoo et dans les nombreux parcs aménagés. Mais dans les faits les enfants se regroupent dans les compounds autour des installations sportives. C’est évidemment plus difficile pour les adolescents qui dépendent des parents et qui n’ont pas beaucoup de liberté (comparé à la France) .

En résumé la vie à Riyad est celle que l’on se fait. Elle n’est pas stricto sensu désagréable et cela dépend beaucoup des rencontres que l’on fait. Si vous avez un groupe de bonnes copines avec qui profiter des distractions qui sont offertes, vous pouvez passer des années agréables. Les deux bémols à apporter concernent :
la vie des adolescents qui n’est pas toujours facile car ils restent confinés et très dépendants des adultes, l’apprentissage de l’autonomie sera plus complexe.
Il est difficile d’entrer en contact avec des saoudiens même les plus occidentalisés d’entre eux ; les moeurs, les coutumes, le poids de la religion et de la famille sont des entraves fortes. D’autant que nos preuves de bonne volonté ou nos réflexes occidentaux peuvent au mieux les blesser au pire les mettre dans une situation périlleuse.

 

Cécile et Maureen, à Riyad


RIYAD : les loisirs
Femmexpat vous conseille de lire :
RIYAD : les bonnes adresses
RIYAD : A connaître avant de partir
Mariage à Riyad avec mon amie Mona : c'était digne des mille et une nuits !


VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nous suivre