Connexion en tant que membre

Education Etudiants Ma vie en expatriation Mes dossiers Orientation Vie familiale & sociale

Admission Post Bac – quelle stratégie pour gérer ce cap délicat ?

Ajouter à mes favoris

étudianteDepuis le 20 janvier, plus de 700 000 jeunes peuvent se connecter au logiciel APB pour exprimer leurs vœux pour l’an prochain. Si APB a été créé à l’origine pour simplifier les inscriptions, force est de constater qu’il y a beaucoup d’appréhension (et d’incompréhension !) face à cet outil. Pourquoi ?

  1. Quelques chiffres

Environ 11 500 formations sont répertoriées cette année, ce qui suffirait à donner le tournis. Selon une statistique de l’Education Nationale, 80% des inscrits sur APB obtiendraient l’un de leurs 3 premiers vœux. En 2014, les 1° vœux enregistrés ont été les suivants : 47% en Université (dont les IUT), 35% en BTS, 8% en classes prépa, 4% en Ecole post Bac (commerce, ingénieur, architecture) et 6% divers.

Or, quelques semaines après la rentrée de septembre, 25% des étudiants se déclarent non satisfaits de la filière obtenue… pourtant souvent demandée !

1. La 1° étape

On le voit, la hiérarchisation des vœux est fondamentale, car lorsque vous obtenez une réponse, tous les vœux moins bien classés sont effacés.

L’essentiel du travail de réflexion doit se faire en dehors d’APB car ce n’est pas du tout une plateforme d’aide à l’orientation.

Avant de lister des choix, le jeune doit réfléchir au sens qu’il veut donner à sa vie : veut-il voyager, négocier, être le meilleur, aider les autres, inventer, être reconnu, faire fortune, protéger la planète, diriger des équipes, changer le monde… ?

Car pour une même valeur fondamentale, des métiers très différents peuvent être exercés.

Un exemple : vous voulez protéger la planète ? alors vous pouvez le faire en étant juriste en environnement, climatologue, journaliste ou zoologiste !

2. La 2° étape

Pour affiner son choix entre des métiers très différents, il faut ensuite étudier ses points forts : les habilités intellectuelles (l’aisance à communiquer, la capacité de concentration, le type de créativité, le mode de mémorisation… ) mais aussi les habilités émotionnelles (la confiance en soi, la gestion du stress, la vie en groupe..).

La règle d’or : il faut sélectionner positivement un métier parce qu’il nous attire encore plus que d’autres. Un choix fait uniquement par élimination des inconvénients ne donne pas une forte motivation.

3. La 3° étape

Après avoir fait une short list des métiers passionnants, regardez comment y parvenir : études courtes ou longues, université ou grande école, études classiques ou par alternance, en France ou à l’étranger. Pour la plupart des métiers, il existe de multiples voies d’accès, en direct ou en passant par une succession d’études. Alors, faites-vous plaisir, choisissez ce qui vous attire le plus.

Le cas particulier des lycéens issus des Lycées Français Internationaux : un grand nombre de filières sélectives, et notamment les Ecoles post bac de commerce ou d’ingénieur, veulent attirer ces lycéens qui possèdent une culture très riche et une forte aisance dans les langues étrangères. C’est pourquoi des modes d’admission particuliers existent pour eux, avec une possibilité d’intégrer la structure sur dossier et non sur concours.

Ceci est rarement indiqué sur le site internet des Ecoles, alors un bon conseil, contactez directement la scolarité de l’Ecole, qui vous donnera des informations très précises.

Et si votre avenir reste encore flou malgré ces conseils, ne vous inquiétez pas, il existe des professionnels de l’orientation qui pourront vous aider de manière très concrète, pour bâtir un projet complet avant le 20 mars si vous les contactez très vite.

A noter : ADONIA est une nouvelle structure créée par Annie Daburon, une consultante en orientation scolaire spécialisée dans la prise en charge des expatriés.

Le coût d’un suivi d’orientation peut être un frein pour les familles, notamment pour les expatriés qui sont en contrat local. C’est pourquoi, Adonia noue des accords avec les Comités d’Entreprise, qui peuvent alors subventionner cette prestation, comme ils le font déjà fréquemment pour les activités sportives ou culturelles destinées aux enfants de salariés.

Plus d’information sur le site : www.adonia-orientation.fr et par mail : adonia.orientation@gmail.com

Femmexpat vous conseille de lire :

L'orientation scolaire en 10 points

Faire ses études à l’étranger

LES TCK et l'orientation des ADOS

ADOLESCENTS EXPATRIES : LEUR ORIENTATION, UN PROCESSUS COMPLEXE

 


VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nous suivre