Connexion en tant que membre

Les Enfants expatriés Ma vie en expatriation Vie familiale

Interview de Cécile Gylbert, auteur du livre « les enfants de la 3ème culture »

Ajouter à mes favoris

CG-E3CJe m'appelle Cécile Gylbert, je suis mariée et j'ai deux garçons  de 17 et 15 ans et une fille 13 ans.  Je suis consultante et formatrice interculturelle, c'est mon métier "portable" que j'exerce quel que soit notre pays de résidence puisque les destinations sont fonction de mon mari, l'Expat c'est lui! De ces 22 dernières années, 18 ont été des années d'expatriation. Nous avons vécu en Équateur, en Espagne, en France, au Mexique, en Chine et nous vivons maintenant à nouveau au Mexique, à Querétaro. Nous sommes une famille expatriée "au long cours". Et nous adorons notre vie nomade!

Qu'est-ce qui vous a poussée vers l'écriture?

En voyant nos enfants grandir durant nos pérégrinations, nous nous sommes aperçus qu'ils agissaient très différemment selon les situations, selon les gens qu'ils côtoyaient, selon la langue qu'ils parlaient… Nous les avons vus développer des compétences atypiques pour leur âge mais aussi manquer d'aptitudes parfois basiques. Je m'interrogeais sur leur développement. Passionnée par le langage, j'ai étudié le multilinguisme chez les enfants d'expats. Puis,  une amie m'a offert le livre de David Pollock[i] et la lecture de cet ouvrage m'a ouvert les yeux sur une réalité: la Troisième Culture des enfants expatriés.  Pendant plusieurs années, je me suis intéressée à cette notion en lisant des articles, des études, en assistant à des conférences, en travaillant de façon personnelle sur le sujet. Il s'agit d'un concept surtout étudié par les américains, tout était donc en anglais. J'ai eu envie de partager mon expérience et ma connaissance de la Troisième Culture avec des parents expatriés francophones. Après avoir organisé des ateliers sur ce sujet, l'écriture de ce livre a finalement été l'aboutissement logique de cette démarche de partage.

Pouvez-vous présenter votre livre?

Il ne s'agit pas d'un livre de recettes ou d'un guide d'éducation, mais plutôt d'un outil pour les parents qui élèvent leurs enfants en expatriation.  Les enfants expatriés jonglent entre plusieurs cultures, plusieurs systèmes de valeurs, plusieurs façons de faire ou de dire les choses. Ils sont sans cesse tiraillés entre la culture de leur parents (parfois double en cas de couples binationaux), les cultures  des pays dans lesquels ils ont vécu et la culture du pays dans lequel ils vivent. Ils se forgent alors une culture de synthèse appelée Troisième Culture dans laquelle ils se rassemblent et se reconnaissent.

Dans mon livre, je définis donc cette  Troisième Culture, ses répercussions  sur le développement des enfants expatriés et sur les adultes qu'ils deviendront.  Chaque enfant expatrié a  son histoire, sa nationalité, son itinéraire de vie, cependant tous développent des compétences communes telles que l'ouverture d'esprit, la  tolérance, une  vision à la fois globale et oblique du monde qui les entoure, une grande flexibilité intellectuelle. Pourtant, ils font face également à de nombreux défis: une identité mal définie, un besoin de changement,  un manque de racines ou des modes de relations chaotiques.  Tous ces atouts, comme toutes  ces fragilités  sont communs aux enfants de la Troisième Culture.  Il m'a semblé naturel de m'adresser alors aux parents afin qu'ils prennent conscience non seulement des bienfaits qu'apporte une enfance en expatriation mais également des difficultés auxquelles peuvent être confrontés leurs enfants. Mieux informés, ils sauront mieux les accompagner.

Les adultes qui ont vécu cette enfance atypique trouveront également dans ce livre des réponses à leurs questions ainsi qu'un éclairage sur les doutes qui les animent parfois.

Pour les parents comme pour les enfants, l'expatriation est un cadre de vie singulier dans lequel  les repères  deviennent parfois flous. Connaitre la Troisième Culture apporte beaucoup de sérénité. Savoir que ce qui se passe est normal, que certains comportements atypiques ont leur explication, qu'une autre culture (ni celle de la famille ni celle du pays d'accueil) est en train de se forger chez le jeune, rassure et permet de guider l'enfant vers l'âge adulte.

Quel rôle l'expatriation a joué dans cette aventure?

L'expatriation a été la toile de fond, le déclencheur, la raison d'être de cette aventure! Si nous n'avions pas vécu toutes ces années loin de notre pays d'origine, nos enfants ne seraient pas devenus enfants de la Troisième Culture. Je n'aurais sans doute jamais eu envie de me pencher sur le sujet.

Avez-vous des projets en cours?

Je suis en train de terminer un cahier d'activités pour les enfants qui changent de pays. Il s'agit d'activités guidées leur permettant de franchir toutes les étapes d'une transition réussie.

Je viens d'être certifié en coaching (IAC) et, en complément de l'accompagnement interculturel, je vais développer une activité de coaching d'orientation universitaire pour les jeunes expatriés.

Par ailleurs, je travaille sur un ouvrage traitant du retour d'expatriation. Il sera publié dans quelques mois.

Sites web
http://www.troisieme-culture.com/
"Les enfants expatriés: Enfants de la Troisième Culture" est disponible sur le site www.leseditionsdunet.com, à la Fnac et Amazon, en version papier et numérique.

[i]Pollock, David C., and Van Reken Ruth E. Third Culture Kids: Growing up among Worlds. Boston: Nicholas Brealey Pub., 2009. Print.

Femmexpat vous conseille de lire :

Les enfants parlent de l'expatriation

Comment parler avec ses enfants des cas de crise en expatriation ?

Expat Junior – Le journal en ligne des enfants expatriés francophones

Un livre à ne pas manquer : L'enfant expatrié de Gaëlle Goutain et Adélaïde Russell

 


VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nous suivre