Connexion en tant que membre

L'interculturel Le départ Ma vie en expatriation Psycho Se faire accompagner

Expatriation : quelles sont les étapes typiques du choc culturel ?


expatriation-quelles-sont-les-etapes-type-du-choc-culturel-UNE femmexpatSi chaque expatriation est une histoire unique, néanmoins, la plupart des expatriés vont traverser des phases similaires. Sans déflorer le sujet, on peut quand même poser quelques jalons qui vous permettrons de mieux vous préparer et de mieux vivre les premières semaines de l’arrivée.

 

Une lune de miel éclair

Pendant les premiers jours, les expatriés vont vivre avec leur ville d’accueil une phase communément appelée la lune de miel. Elle dure souvent le temps des vacances qu’ils se sont octroyés pour découvrir la ville et ses alentours comme des touristes. La ville leur paraît passionnante. Ils ressentent tous une énergie formidable et une immense sympathie pour le pays et pour ses habitants.

Ils se sentent d’attaque pour apprendre la langue locale et pour jouer la carte de l’intégration totale. Leur jugement sur les autres expatriés qui semblent critiques sur le pays est dur. Pourquoi ne voient-ils pas l’extraordinaire richesse du pays qui les accueille? Nos néophytes ne savent pas encore que pendant ces premiers jours, ils vont intégrer une part très importante des informations qu’ils collecteront sur cette ville. La courbe d’apprentissage culturelle est clairement logarithmique, c’est-à-dire extrêmement rapide au départ, puis de plus en plus lente.

 

Le choc culturel

Lorsque Monsieur (ou Madame) l’expat partira travailler avec son chauffeur, laissant son conjoint seul à l’hôtel avec les fournitures scolaires à acheter dans une ville qui lui est encore inconnue, celui-ci (ou celle-ci, et nous écrirons ici elle car dans 90% des cas, c’est le cas !) commencera à aborder la seconde phase, connue comme le « choc culturel ».

De façon insensible, l’enthousiasme s’amenuise. Au bout de trois semaines, lorsque les enfants sont installés à l’école et que l’expat, submergé de travail et de déplacements professionnels, ne fait plus que de brèves apparitions à la maison, le conjoint peut ressentir un vide sidéral.

Sa réserve d’énergie, employée à lutter pour comprendre son environnement, réorganiser la vie quotidienne et réconforter les uns et les autres fond comme neige au soleil . Madame mesure maintenant la distance culturelle qui la sépare des locaux. Quand un commerçant au marché lui tend de la citronnelle alors qu’elle pensait avoir demandé un poulet, les grands projets qu’elle avait faits dans l’exaltation de l’arrivée lui semblent soudain inatteignables.

Isolement, déracinement, découragement ; certains s’interrogent ; cet état serait-il de type dépressif ? Il est en tout cas bien instable, car il suffit d’une rencontre, d’un succès – même infime – pour que l’ énergie renaisse de ses cendres. Pour quelques heures.

 

Truc d’expats pour atténuer le choc culturel

Le choc culturel  est inévitable, quel que soit votre niveau de préparation. Il ne s’agit donc pas de l’éviter, mais de le traverser au mieux. Voici quatre secrets pour cela :

  • regonfler votre niveau d’énergie en prenant soin de vous et en vous écoutant ;
  • rester curieux du pays et de ses surprises ;
  • rencontrer du monde et ne pas rester seul ;
  • jouer la découverte à petits pas, par exemple en fréquentant d’abord des gens de votre culture…

 

Rappel crucial : l’expatriation n’est pas un déménagement, mais une transplantation. Ne sous-estimez pas l’effort auquel vous êtes confrontés ! 

 

La phase d’adaptation

Ce passage difficile dure de trois à douze mois puis se transforme progressivement. Les petites victoires quotidiennes sur l’environnement se font plus fréquentes. L’étonnement et le découragement ne sont plus les sujets principaux des conversations familiales. Une routine se crée. Le décodage du nouveau pays est en cours.

De même qu’ils apprennent lentement des bribes de la langue locale, les membres de la famille s’immergent peu à peu dans la réalité locale. Ils en comprennent davantage les non-dits, les valeurs et les modes de fonctionnement.

Parfois encore, un membre de la famille s’impatiente de ne pas comprendre assez vite ou se plaint de ne pas parvenir à s’intégrer, Oui, c’est très fatigant de découvrir un autre pays. Il faut réapprendre des évidences, comme les bébés. Ce n’est pas très confortable. Comment vouloir tout maîtriser en six mois ?!

 

Bon à savoir : 

Le concept de choc culturel : grand voyageur, Kalervo Oberg est l’inventeur de ce concept. D’après lui, ce choc est dû à l’effort constant exigé pour remettre en question chacun de nos réflexes culturels et sociaux.

"Quand faut-il serrer la main ou donner un pourboire. Attention, il ne faut pas parler fort. Mais pourquoi cette personne ne me rappelle-t-elle pas ? Ai-je dit quelque chose de déplacé ? À oui, ici, le rez-de-chaussée, c’est le 1 ! " - Le choc culturel est avant tout un épuisement psychique lié à un effort intense, et souvent inconscient, d’ajustement.

 

Alix Carnot

Portrait Alix Carnot

 

Alix Carnot est Directrice Associée chez Expat Communication, l'éditeur de FemmExpat et Expat Value - Auteur de Chéri(e) on s'expatrie, guide de survie à l'usage des couples aventuriés.

Pour faciliter votre vie en expatriation, Expat Communication, éditeur de FemmExpat.com et Expat Value, le site de la carrière à l'international met à votre disposition une équipe de coachs spécialisés dans l’expatriation pour travailler avec vous par skype, ou en direct dans certaines villes.

 

Envie d’en savoir plus ? Contactez-nous : expatvalue@expatcommunication.com  - Tel. +33 (0)1 42 36 91 91

 

 

FemmExpat vous conseille également de lire :

De l'utilité du coaching pour gérer les phases de transition

 

 

bouton Abonnement NL FXP- 350x150

 


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !