Connexion en tant que membre

Etats-Unis La Maternité Ma destination Mes dossiers Ohio

Ma maternité à Cleveland, USA, après la France et l’Angleterre


maternité usaPour plaisanter, quand on me demande d’où nous venons, je réponds que nous sommes la famille Nations Unies. Je suis française, mon mari est Mexicain, notre fille ainée est née à Avignon, notre deuxième à Newcastle Upon Tyne en Angleterre, et le troisième à Cleveland aux Etats-Unis.

Je pourrais écrire un livre comparant la maternité et la naissance dans chacun des trois pays… C’était vraiment très intéressant de pouvoir mettre en perspective les différentes habitudes, croyances et systèmes de santé. Finalement, ça permet de tout relativiser…  Contrairement à ce que pensent nos gynécos français, pas de panique si on prend trop de poids pendant la grossesse : les anglais et les américains s’en moquent. Seulement 2 échographies dans toute la grossesse en Angleterre ? Les américains et les français en veulent au moins 3, donc c’est peut-être mieux d’insister pour en avoir une de plus…

Bref, après mes deux expériences précédentes avec un suivi très médicalisé en France qui s’est terminé par un accouchement par césarienne due à une dilatation trop lente, et un suivi personnalisé à l’écoute de la future maman en Angleterre, qui lui s’est concrétisé par un accouchement par voie basse pendant lequel on m’a laissée prendre mon temps (ou VBAC : Vaginal Birth After Caesarian en anglais), je savais exactement ce que je voulais pour ma grossesse américaine. Je m’attendais à affronter un système encore plus médicalisé qu’en France, mais cela n’a pas du tout été le cas. J’ai simplement choisi d’être suivie par une sagefemme plutôt qu’un gynécologue. Elles sont en effet réputées pour être plus compréhensives lorsque tout va bien, et en cas de problème le médecin n’est jamais loin. Comme j’arrivais avec mon expérience de VBAC en Angleterre, je n’ai pas eu à me battre pour les convaincre de respecter mes choix et de ne pratiquer une césarienne qu’en cas d’extrême nécessité.

Globalement le suivi de la grossesse se passe de manière similaire à la France. Les principales différences sont qu’ils limitent les touchers vaginaux, qu’il n’y a aucune mention de la toxoplasmose, et qu’on ne s’intéresse que très peu à la prise de poids. Il faut être bien couvert par une assurance car les coûts de tous les actes médicaux sont excessifs, à la fois pour la grossesse, l’accouchement et pour le suivi du bébé. Un accouchement par césarienne peut coûter plusieurs dizaine de milliers de dollars. Une visite avec vaccinations chez le pédiatre peut dépasser les 500 dollars.

Pour l’accouchement, il se passe à l’hôpital dans la grande majorité des cas. Je ne connais personne qui ait tenté l’expérience à la maison. Tout le travail, l’accouchement et les soins du bébé se déroulent dans la même chambre, immense et très confortable. Comme j’avais décidé de me faire accompagner par une doula*, la sage-femme était au service minimum. Elle venait seulement vérifier de temps en temps que tout allait bien, et elle est juste restée avec moi pour les derniers moments avant la naissance. Globalement l’approche médicale m’a aussi parue moins invasive qu’en France : pas de monitoring permanent du bébé, pas de toucher toutes les heures, pas de restrictions trop strictes sur la nourriture et la boisson pendant le travail…

On conseille de mettre par écrit son plan d’accouchement dans lequel on détaille nos exigences : péridurale, conditions de césarienne, circoncision ou non si c’est un garçon… Dans mon cas, j’ai aussi exigé qu’on ne baigne pas mon bébé pendant les 2 jours après la naissance. Les anglais ne le font pas car ils pensent que le vernix qui entoure le bébé a des pouvoirs protecteurs, et je me suis rangée à leur opinion. Cela nous a valu un petit panneau dans le berceau prévenant tous les visiteurs et personnels soignants que le bébé n’avait pas été lavé et qu’il valait mieux mettre des gants pour le manipuler !

Apres la naissance, on reste très peu de temps à l’hôpital. Les assurances forcent les hôpitaux à renvoyer les mamans à la maison dès le deuxième jour. Heureusement d’ailleurs, car les infirmières viennent prendre la température de la maman et du bébé toutes les 3 heures jour et nuit pour être sûres que tout va bien ! Dur dur de se reposer…

A la sortie, il faut prendre immédiatement un rendez-vous chez le pédiatre pour un suivi dans les 48 heures, et après ça, c’est chacun pour soi en dehors des autres visites de routine chez le pédiatre. Heureusement il existe des groupes de soutien à l’allaitement où on peut se rendre et poser toutes les questions nécessaires, y compris si elles ne sont pas directement liées a l’allaitement.

Pour résumer, la maternité aux Etats-Unis est très similaire à la France. L’environnement à l’hôpital est plus agréable, et l’écoute lors de l’accouchement m’a paru meilleure aux US, mais cela peut être lié à mon choix de suivi par une sage-femme et le soutien de ma doula.

Un dernier point à noter : votre bébé sera américain avant d’être français. La nationalité américaine est automatique avec la déclaration de naissance qui se fait à l’hôpital, mais il faut faire des démarches auprès du consulat français pour enregistrer le bébé sur le livret de famille et obtenir une transcription du certificat. Pour le premier voyage et les présentations de bébé à la famille, le passeport américain se demande facilement et à moindre coût dans une multitude de lieux, y compris de nombreuses bibliothèques.

 

* Voir site doula.info pour comprendre ce qu’une doula peut apporter à la future maman : http://doulas.info/

Je recommande fortement cet accompagnement, en particulier quand on navigue en terrain inconnu dans un pays étranger. Cela aide d’avoir à ses côtés quelqu’un qui s’y connait hors du corps médical.

Par Géraldine.

Vous avez aimé cet article ? Vous aimerez aussi d’autres témoignages de grossesse en expat :

Votre protection sociale à l’étranger : l’expatriation au féminin
« CFE & moi – ma maternité à l’étranger » l’application mobile pour les futures mamans en expatriation

Ma grossesse aux Pays-Bas

Ma grossesse aux Emirats

Ma grossesse en Hongrie

Ma grossesse au Qatar

Ma grossesse au Brésil

Ma grossesse à New York

Ma grossesse à Akron

Pour vivre au mieux votre grossesse à l’étranger, téléchargez l’appli CFE : http://www.cfe-maternite.com/


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

Prochains événements

  1. 02/11 – Café Retour d’Expat (en présentiel)

    novembre 2 @ 9 h 00 min - 10 h 30 min UTC+1
  2. 04/11- Conférence Online Etudes Post Bac Amérique du Nord

    novembre 4 @ 16 h 00 min - 17 h 00 min UTC+1
  3. Conférence Online : Commencer des études internationales en 2021, avec le Bachelor de ESCP

    novembre 5 @ 14 h 00 min - 15 h 00 min UTC+1
  4. 02/12- Conférence Online Etudes Post Bac France

    décembre 2 @ 16 h 00 min - 17 h 00 min UTC+1

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !