Connexion en tant que membre

Amérique du sud Antilles -Caraïbes Ma destination

Vivre à Kingston, Jamaïque


jamaïc_bateauYoupi, on part vivre en Jamaïque ! A nous reggae music, soleil, Caraïbes… Oui, mais, au fait, c’est où la Jamaïque ?

Quand j’ai appris la nouvelle de notre déménagement, je ne vous cache pas que j’ai dû aller chercher mon atlas… Et ma loupe ! Comment un pays si petit peut-il être si connu ? Bob Marley, Usain Bolt. OK. Mais encore ? Afin de mettre la famille dans l’ambiance, on n’a pas lésiné sur la filmographie : Cocktail, Lagon bleu, Rasta Rocket, Pirates des Caraïbes… On remonte un peu le niveau avec Live and let die et Dr No… C’est bon, on est au point, let’s go to Kingston !

Le voyage et l’arrivée à Kingston.

Au risque de vous surprendre, il n’y a pas de vols directs entre la France et la Jamaïque. 2 changements. Une escale de 3h à Atlanta. Dont 2 heures pour passer l’immigration. Oui parce que pour faire une escale aux US, il faut passer la douane, avoir un esta, re-passer la sécurité. Que du bonheur !

26h après avoir quitté la maison de nos parents, nous arrivons dans notre chambre d’hôtel.

Décalage horaire oblige, tout le monde est réveillé à 5h du matin. Mon fils réclamant son biberon… Et arrivés au petit déj à 6h : "sorry but we don't have milk". ??? J'ai cru soit avoir mal compris, soit m'être mal faite comprendre... Un hôtel a forcément du lait, non ? Ben non. J'ai insisté, ils ont raclé leurs fonds de bouteilles et m'ont rempli 60ml du biberon.

On est à l’étroit (une chambre d’hôtel pour 4 personnes et 7 valises !), il n’y a pas de lait... Mais les gens sont sympas Ils veulent nous aider. Ne comprennent pas pourquoi on est surpris qu’il n’y ait pas de lait…

A la recherche d’un logement.

J’ai consacré ma première journée à parcourir la ville avec un agent immobilier. La végétation, la luminosité, cette montagne qui surplombe la ville. Pas de doute, on est sur une île tropicale ! Les belles maisons côtoient les maisons de tôles, il y a des chèvres partout. Des poteaux électriques de toutes tailles, avec des fils électriques entremêlés. A chaque coin de rue, des stands de fruits et légumes colorés. Très chouette tout cela !

La maison a été vite trouvée. Il faut dire qu’a priori un seul et même architecte a dessiné l’ensemble des complexes de Kingston selon un même modèle de maison. On n’a pas à tergiverser ! Première maison libre dans le quartier choisi et hop, c’est signé !

C’est par où la plage ?

Kingston est une ville côtière. Dans les Caraïbes. Je m’imaginais donc, avant notre arrivée, aller à la plage avec les enfants à la sortie de l’école, avec mes copines pour le déjeuner… Je me voyais déjà en train de m’inscrire au club de paddle board. Et à celui de longe côte (et narguer belle maman qui fait du longe côte en Normandie par une eau entre 12 et 18 degrés). Mes rêves se sont vite envolés… La plage la plus proche est à 45 min… Ambiance rasta, ganja, rhum et langoustes. Sympa donc. Mais pas très propre… Le sable est jonché de capsules de bières et de mégots. L’eau est trouble. Bof bof donc.

Kingston est aussi à 45 min de Port Royal, d’où l’on peut prendre un bateau et accéder à une île déserte. C’est ce que nous fîmes lors de notre premier WE. Toujours décalage horaire oblige, nous sommes arrivés bien avant 9h00 à Port Royal. Nul signe indiquant des bateaux faisant l’excursion… Mon mari part explorer la ville, à la recherche d’un bateau. Pendant ce temps, mes enfants et moi nous délectons du spectacle de carcasses de voitures, de pélicans, et d’un monsieur fabriquant une canne à pêche avec une feuille de palmier. Et se met à pêcher dans le caniveau ( ??? Abus de Ganja ?)… Et remonter un rat. Ah, OK !

Hourra ! Mon mari nous a trouvé une embarcation ! On suit le capitaine jusque dans sa barque. Le capitaine est peu souriant et encore moins causant. On ne sait pas où on va. Ni combien de temps va prendre la traversée. La mer est démontée. Et là, on se remémore ce que l’on a lu sur Port Royal. « Repère de pirates et de corsaires ». « Ville la plus dépravée de tous les Caraïbes ». Certes, c’était au 17ème siècle. Mais notre capitaine, là, c’est le ptit ptit fillot d’un pirate… Argh !

Il nous dépose sur l’île après 20 minutes de barque. Sable blanc. Eau turquoise. Ah… Enfin les Caraïbes comme ce que l’on imaginait ! Notre capitaine nous dépose, nous demande l’heure à laquelle il doit venir nous récupérer. Comme cela se révèlera très habituel ici, il est finalement très sympa, très ponctuel… Et nous prenons sa carte (oui ! Il a une business card !) pour réserver sa barque dès que nous reviendrons !

Le shopping.

La maison trouvée, il faut désormais la meubler et l’équiper. Et là, ça se complique. Les meubles ne sont pas vraiment dans les critères esthétiques européens (je pèse mes mots.) Et sont surtout hors de prix. J’enquête et trouve un brocanteur. Sa boutique est en fait sa maison. Et aussi celle de son père. Et aussi celle d’un de ses potes. Aucun signe au bord de la route indiquant que ces 3 maisons sont en réalité des brocantes. Tout est comme ça ici. Rien n’est indiqué, il faut connaître… Si on arrive à dénicher des pièces sympas et très abordables, on regrette de ne pas avoir mis plus de choses dans notre container !

Pour l’électroménager, cela va plus vite. Là encore, peu de choix, mais on trouve tout ce dont on a besoin. Tout sauf… Une cafetière Nespresso ! Et je suis accro à Nespresso. Deux solutions : se la faire livrer des Etats Unis ou aller la chercher.

jamaic_plageLa première solution est pratique… En tout cas pour les petites choses légères et pas très chères. Une société jamaïcaine fournit des adresses à Miami. Et délivre ensuite en quelques jours à Kingston. Il faut donc payer le shipment. OK. Et dès lors que le produit excède 50 $, il faut payer 40% de taxes… Et 25 $ de fees… Et là, ça fait mal !

Comme la cafetière Nespresso est loin d’être la seule chose qui manque, et que Miami est à 1h30 d’avion, nous optons pour la solution shopping à Miami.

Mais alors, si pas de plage et pas de shopping possible, qu’est-ce qu’on fait à Kingston ? Bonne question ! Les maisons sont agréables. Les complexes aussi. Dans le nôtre, il y a plein d’enfants. Ils se retrouvent chez les uns les autres, ou à la piscine qui est commune.

Dans Kingston, il y a aussi un zoo (tout petit mais très bien entretenu, dans un très beau jardin), un jardin botanique, quelques musées dont le musée de Bob Marley. C’est aussi à Kingston que l’on peut déguster une des 10 meilleures glaces du monde, à Devon house. Et à une heure de route de Kingston, il y a les plages, la montagne…

Les WE

Et si on en a marre de rester à la maison… On part un peu plus loin… Kingston est au pied des Blue Mountains. Il est possible d’y faire des randonnées. Végétation luxuriante, vue imprenable sur la ville, la côte sud… et la côte nord ! On réalise encore plus la taille de l’île !

L’île est toute petite donc. Mais l’état des routes fait que cela prend 2 heures pour parcourir les 90 km qui séparent Kingston de Port Antonio, au nord ;  4h pour aller tout à l’ouest, à Negril. Mais cela vaut le coup ! Les plages sont magnifiques !

La Jamaïque est à côté de Saint Domingue, des Bahamas, de Cuba, du Mexique, du Panama, du Costa Rica, du Guatemala… A nous donc la découverte de l’Amérique centrale à chaque WE prolongé ! Et bien non. Pas si facile… Peu de vols directs. Il faut une journée de voyage pour aller à la Havane qui est pourtant tellement proche.  Pas grave, on attendra les vacances.

Et l’école ?

Pas d’école française à Kingston… Nous avons donc le choix entre l’école jamaïcaine et l’école américaine. Les écoles jamaïcaines ayant très bonne réputation (et étant plus proches de chez moi), lorsque nous sommes arrivés, j’ai inscrit Violette, qui allait fêter ses 5 ans, dans une école jamaïcaine réputée (Hillel) et mon fils de 2 ans ½ dans une crèche tenue par une française.

Nous sommes arrivés en mars. Quasi donc à la fin de l’année. Violette a eu un test le jour de son arrivée et a été mise en 2ème année de maternelle. Normal, donc, puisqu’elle était dans sa 5ème année. Gaston quant à lui, devait intégrer la 1ère année de maternelle en septembre suivant. Dans l’année de ses 3 ans. Jusqu’ici tout va bien.

Violette a un cours de soutien en anglais car, me dit la maîtresse, l’accent étant différent (nous venons d’Afrique du sud), ils ne la comprennent pas toujours et ont peur que Violette ne les comprenne pas bien. OK.

Au bout d’un mois, Violette rentre de l’école en pleurnichant : « La maîtresse ne m’interroge jamais quand je lève le doigt. Elle me dit que je suis la seule à ne pas savoir lire et que je ne suis pas capable de répondre ». Je rassure ma fille, lui dit de ne pas s’inquiéter, qu’elle vient de fêter ses 5 ans et qu’elle a le temps d’apprendre à lire. J’en parle à la maîtresse qui me dit en effet que Violette n’a pas le niveau. Et qu’elle n’est pas prête pour le CP. « Oui, normal, c’est pour cela qu’il y a 3 années de maternelle », lui dis-je. Et bien non ! Figurez-vous que cette école ne propose que 2 années de maternelle. Tous les élèves ont donc un an d’avance par rapport au système français. Pour couronner le tout, les élèves doivent parfaitement lire et écrire à la fin de la maternelle, pour pouvoir entrer au CP. Ils me disent donc que Violette devra redoubler !!! ??? Je me demande bien à quoi a servi leur test d’évaluation… Pourquoi ils n’ont pas mis Violette dans la classe du dessous (qui correspondait à sa classe dans le système français). En discutant avec d’autres mamans d’élèves, je me rends compte qu’ils sont coutumiers du fait : plus de la moitié ont été confrontées au même problème et ont dû faire « redoubler » leurs enfants.

Il est évidemment hors de question que ma fille traîne toute sa vie « hi hi ! tu as redoublé ta maternelle !!! ».

Je m’en suis évidemment voulu de ne pas m’être mieux renseignée. Mais je ne pouvais pas imaginer que les enfants, à 3 ans, entraient directement en moyenne section !  Le système jamaïcain pousse à fond les enfants, en tout cas pour les disciplines académiques. Les enfants ne dessinent pas, ne découpent pas. Aucune activité créative. Juste de l’anglais, des maths et des sciences. Au secours fuyons !!!!

En septembre dernier, Violette est entrée en grande section de maternelle de l’école américaine et Gaston en petite section. Et ouah, quel changement ! Les classes sont plus petites. Les maîtresses très abordables (à Hillel, il était demandé de ne pas amener les enfants dans les classes… Autant vous dire qu’on ne voyait jamais les maîtresses !). Ici aussi ils apprennent à lire en maternelle (même Gaston en petite section apprend le son des lettres…). Mais ils apprennent à leur rythme. Sans être (trop) poussés. Pas grave s’ils ne savent pas parfaitement lire et écrire en entrant en CP. Dans chaque classe, il y a des groupes de niveau pour la lecture, l’écriture et les maths. Ils font énormément de dessins, de jeux, de théâtre, de musique…

jamaic_plage_merParallèlement, Violette suit les cours du programme français avec le CNED (lire "Le CNED, ma fille et moi"). Les programmes sont très similaires entre l’école française et l’école américaine. Si ce n’est qu’à l’école américaine, la majorité des enfants savent lire et écrire en grande section. Mais n’apprendront à écrire en cursive qu’en CE2… Bref, toute la famille est  ravie de ce changement !

La Jamaïque c’est petit, c’est loin, on ne trouve pas grand-chose. Les routes sont défoncées. Tout prend du temps… Alors on prend son temps, et on PRO-FITE ! Il fait tout le temps beau et chaud. Toute l’année, 30 degrés le jour, 25 degrés la nuit. Les pulls et les couettes ont été définitivement remisés. Les plages sont magnifiques. La montagne est sublime. Les gens sont « à la cool »… Jamaica No Problem ! Yeah Man !


Commentaires

Poster un commentaire

  • Bonjour. Je suis journaliste et je prépare un reportage sur des Français qui ont fait le choix de vivre sur une île située à l’autre bout du monde. J’aurais beaucoup aimé discuter avec vous de votre vie en Jamaïque. Si vous avez quelques instants à me consacrer, n’hésitez pas à me dire quand et comment je peux vous contacter. Je reste à votre disposition si vous avez besoin de plus amples précisions,
    Cordialement
    David Corre
    +33607482315

  • Merci pour ce texte drôle, super intéressant, truffé de détails essentiels- notamment sur ce qu’on aimerait savoir avant d’entamer les démarches pour venir vivre en famille à Kingston- écrit de surcroit dans un français châtié et sans faille (c’est rare de nos jours), ce qui ne gâche rien…. Je suis expat au Congo et pensais travailler en Jamaïque mais à bien y regarder, il y a plus de similitudes avec l’Afrique Centrale qu’on ne pourrait le penser à première vue! A réfléchir. Merci encore!

INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

Prochains événements

  1. 02/11 – Café Retour d’Expat (en présentiel)

    novembre 2 @ 9 h 00 min - 10 h 30 min UTC+1
  2. 04/11- Conférence Online Etudes Post Bac Amérique du Nord

    novembre 4 @ 16 h 00 min - 17 h 00 min UTC+1
  3. Conférence Online : Commencer des études internationales en 2021, avec le Bachelor de ESCP

    novembre 5 @ 14 h 00 min - 15 h 00 min UTC+1
  4. 02/12- Conférence Online Etudes Post Bac France

    décembre 2 @ 16 h 00 min - 17 h 00 min UTC+1

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !