Connexion en tant que membre

Chine La Maternité Shanghai

Ma maternité à Shanghai, Chine


Ma maternité à Shanghai, ChineJ’ai vécu mon 1er accouchement en décembre 2010 à Shanghai en Chine. L’idée d’accoucher en Chine ne m’a jamais dérangée car il existe de très bons hôpitaux internationaux et j’étais plutôt sereine sur les soins que mon futur bébé et moi-même pourrions recevoir.

Après quelques questions à de jeunes mamans françaises, une gynécologue est vite apparue comme incontournable. Je recommande d’ailleurs vivement d’avoir pour 1er réflexe de s’adresser à sa communauté pour être guidée vers un médecin. On a tendance à ne pas vouloir dévoiler sa grossesse au début donc le mieux est de s’y préparer en questionnant les mamans avant !

Malgré tout, un accouchement loin de chez soi, avec souvent un médecin qui ne parle pas notre langue maternelle, peut être source de stress.  On a beau parler anglais, on maitrise rarement les termes techniques, surtout en cas de souci ! Il est à mon sens impératif de se sentir bien avec ce médecin, apaisée et lui faire confiance à 100%.

C’était le cas avec ma gynéco qui avait l’habitude de s’occuper d’étrangère et qui connaissait donc nos habitudes.

(A titre d’exemple je suis aujourd’hui enceinte en Turquie où la surveillance médicale est quasi oppressante. A à peine 2 mois de grossesse, j’ai eu 5 échographies alors que tout va très bien ! Cette sur-médicalisation est difficilement compréhensible pour moi et me stresse beaucoup !)

Le suivi en Chine est beaucoup plus présent qu’en France mais ne m’a pas paru « trop ». Visite mensuelle mais pas d’échographie systématique. Il me semble que j’ai eu tous les tests qui sont habituellement fait en France (toxoplasmose, rubéole, glucose etc) mais sans excès, et le suivi est complet : tension, poids, mesure du ventre, dopler.

L’avantage en Chine c’est qu’il existe des « packages ». Vous achetez donc un package « grossesse » et vous savez déjà tout ce qu’il va être fait : nombre de visites, échographes, tests etc. Donc pas de surprise.

Concernant la préparation à l’accouchement, elle est quasi-inexistante. A peine une demi-journée (et encore, je crois que tous les hôpitaux ne la propose pas) consacrée essentiellement aux surprises de l’accouchement, notamment concernant l’allure du bébé à sa sortie qui ne ressemble pas forcément au bébé cadum des pubs !

Il est impératif aussi de connaître les habitudes du pays (péridurale, accouchement naturel) de façon à préciser rapidement ce que l’on souhaite. La Chine est un pays habitué à la programmation de l’accouchement pour effectuer une césarienne, ce qui arrange beaucoup de gynéco. Il faut donc être clair et ferme sur ce que l’on souhaite. Pour ma part ma gynéco était pro naturel, ce que je souhaitais aussi.

Les conditions de l’accouchement sont par contre merveilleuses comparées à la France ! Ces hôpitaux ressemblent à des hôtels de luxe ! Très grande chambre moderne avec salle de bain, TV écran plat, frigo, lit pour le papa, fauteuil d’allaitement et on oublie la nourriture d’hôpital, on choisit dans des menus de restaurant et on nous livre ! L’accouchement, si naturel, se déroule dans la chambre, le lit étant également un lit d’accouchement.

Tout est au petit soin, beaucoup d’infirmières sont à notre disposition et prête à prendre le bébé pour que la maman se repose, quitte à le ramener pour l’allaitement.

Mon accouchement en lui-même a été difficile et pour cause de souffrance fœtale et a dû finir en césarienne. Mais j’avais totalement confiance en ma gynéco et malgré l’agitation en chinois autour de moi, je n’ai pas stressé. J’ai accouché à minuit et ma gynéco est restée là toute la nuit pour vérifier que j’allais bien.

Je suis restée 4 jours à l’hôpital, même si j’aurais pu demander à sortir plus tôt, ce que j’ai trouvé très confortable et m’a permis de me reposer et « m’approprier » mon enfant et les bons gestes.

Mon suivi post-accouchement aussi été effectué par ma gynéco mais à noter qu’il n’y a pas de suivi de type aide à l’allaitement ou rééducation du périnée.

En revanche tout ça a un coût très élevé… et il est impératif de bien choisir son assurance, et suffisamment à l’avance, quand on prévoit d’avoir un enfant en Chine ! Mon accouchement à lui seul, sans le suivi des 9 mois, s’est élevé à près de 10.000 euros !

Bref, aujourd’hui à nouveau enceinte je regrette la compétence de ma gynéco et le confort des hôpitaux privés en Chine !

Magalie

FemmExpat vous conseille de lire :

Votre protection sociale à l’étranger : l’expatriation au féminin
« CFE & moi – ma maternité à l’étranger » l’application mobile pour les futures mamans en expatriation

SHENZHEN ou SHANGHAI ?

Bien commencer sa vie à Shanghai

Hong-Kong - La révolution des parapluies

Shanghai de A à Z

Vivre à Canton


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !