Connexion en tant que membre

Inde New-Delhi Témoignages

Christine, sculpteur à New Delhi, un beau parcours d’expat


CAvec persévérance, audace et ténacité Christine a écouté son coeur et s'est lancée dans la sculpture. Elle partage ici son aventure et nous dit comment l'expatriation l'a amenée à changer complètement d' orientation professionnelle.

Je m'appelle Christine Margotin. Je suis artiste sculpteur. J'ai 2 enfants de bientôt 8 et 6 ans. J'habite en Inde, à New Delhi depuis août 2009, presque 5 ans.

Avant de venir vivre en Inde, j'aimais déjà l'Inde où j'étais allée environ 4 fois en touriste et avant d'avoir des enfants. Mais j'avais un sentiment très mitigé à l'idée de venir y habiter car je craignais d'avoir d'importants problèmes sanitaires et alimentaires avec mes jeunes enfants (mon fils n'avait que 14 mois lorsque nous sommes arrivés à Delhi).

J'appréhendais également de quitter ma confortable situation de cadre dirigeant dans un grand groupe français. Au sein de cette entreprise, pendant les 6 mois qui ont séparé la nouvelle de notre départ en Inde et la date du départ, j'ai tout fait pour trouver un poste en Inde, mais la seule opportunité était à Bombay et ce n'était pas envisageable avec l'installation de la famille à Delhi et mes 2 jeunes enfants.

Avant l'Inde, j'avais eu plusieurs expériences à l'étranger lors de mes études (Angleterre et Canada) et une mission professionnelle de 6 mois en Allemagne de l'Est lorsque j'étais célibataire, mais je n'avais jamais été expatriée sur une longue période et en famille.

L'Inde a été réellement le facteur déclenchant dans ma vraie réalisation professionnelle. J'ai toujours eu une grande passion pour l'Art, la peinture et la sculpture en particulier, mais mes études scientifiques (école d'ingénieur) et business (MBA) ne m'ont pas conduite à envisager une carrière artistique.

En arrivant en Inde, j'ai très rapidement eu l'opportunité de découvrir la pratique de la sculpture et j'ai très vite compris à quel point cela me plaisait et était important pour moi.

C.Margotin-Great Responsability

Ma rencontre avec la sculpture s'est faite par un atelier sculpture lancé par une femme qui avait été expatriée en Chine et y avait appris quelques rudiments. Nous étions un groupe d'environ 8 personnes et elle nous a montré ce qu'elle savait et cela a suffit comme point de départ pour moi.

Même si ce n'est pas la seule, l'Inde est bien sûr une grande source d'inspiration pour moi. Ce sont essentiellement les gens simples ou les enfants qui m'inspirent en Inde.

Plus généralement, ce sont les scènes qui m'ont touchée au cœur, surprise ou amusée que j'aime représenter. Cela se traduit souvent par des scènes de rue ou des scènes que j'ai vues lors de mes voyages dans le sous-continent.

Je me suis en suite formée essentiellement toute seule, en apprenant auprès des gens localement à Delhi (atelier d'art à Delhi, mouleurs et fondeurs rencontrés) et également en participant à des stages l'été en France auprès de spécialistes que je sélectionnais en fonction de leur domaine d'expertise.

C.margotin-Searching for ShellsAu début, je sculptais un peu chez moi (dans une des chambres que nous avions transformée en atelier et bureau) et beaucoup à Triveni. Triveni est un lieu d'art connu à Delhi. Il existe là-bas un atelier de sculpture. Ils n'y dispensent pas de cours mais cela offre au moins la possibilité d'avoir un lieu partagé où l'on peut venir sculpter jusqu'à 3 fois par semaine. Ensuite, lorsque mon activité a pris de l'ampleur, j'ai ressenti très fort le besoin d'avoir un vrai atelier. Après 2 ans et demi dans notre appartement, nous commencions justement à chercher un autre logement où nous pourrions emménager à l'échéance de notre bail de 3 ans. Je me suis donc mise à la recherche d'un lieu qui m'offrirait la possibilité d'avoir un vrai atelier. Nous avons trouvé une maison où j'ai pu transformer le garage en atelier. Avoir mon atelier indépendant aujourd'hui est une vraie chance qui me permet de réaliser mon art pleinement.

J'ai fait des expositions à la maison ou dans des endroits privés au début pour commencer à montrer ce que je faisais. J'ai organisé en novembre dernier la première grande exposition solo de mes oeuvres à l'Alliance Française de Delhi.

Depuis, j'ai eu l'immense joie d'être exposée à la India Art Fair 2014 en janvier dernier par une galerie française.

Exposer est la seule façon de devenir un artiste à part entière, de faire connaître ses œuvres, d'avoir un retour du public.

Je ne regrette absolument pas ma vie d'avant. Elle était pleine d'honneurs et de gratifications pour mon ego mais ne m'apportait pas la joie intérieure et la satisfaction personnelle que m'apporte ma vie d'aujourd'hui. Un tel changement demande de la persévérance pour garder le cap et la foi, au delà des doutes, des hauts et des bas et des difficultés multiples. J'estime que cela en vaut la peine!C.margotin-Indian Waiting

Je pense que la vie nous fournit des opportunités en permanence. Changer d'orientation, c'est oser saisir la bonne opportunité, celle que l'on a toujours eu envie de faire, ou celle qui nous plaît, qui nous rend heureux. Il ne faut donc ne pas avoir peur de prendre des risques, faire preuve d'une certaine témérité!  Il faut également de la persévérance, de la ténacité.  Une certaine dose de sens critique ou de clairvoyance est également nécessaire pour faire le tri au delà de l'avis des autres ou des craintes émises par la raison, la logique.

L'expatriation m'a fournit le point de départ: forcée à quitter mon emploi et la sécurité et à trouver de quoi m'occuper! Elle me fournit aujourd'hui les moyens de développer mon art avec une contrainte financière moins forte qu'en France.

J’ai pour projet d’exposer davantage, en Inde ou ailleurs. Je travaille à une nouvelle série de sculptures qui prendront un certain temps avant de pouvoir être montrées mais j'en suis déjà toute excitée!

Christine, à New Delhi (2014) 

Visitez son site

 

Les photos sont de Christine Margotin avec dans l'ordre les oeuvres suivantes: Great Responsibility, Searching for shells, Indian Waiting

Femmexpat vous conseille de lire :

In the water in India : Chennai Expats Expertise

Témoignage : Bangalore, Amélie prépare sa reconversion en artiste floral

Séverine, fondatrice de Marie-Antoinette, salon de thé à la française à Mumbai

Elisabeth, consultante voyage en Inde


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !