Connexion en tant que membre

Allemagne Düsseldorf Europe La Scolarité

Le français ludique pour enfants dans le système allemand


EmmanuelleBelleux

Le français ludique pour enfants dans le système allemand

Je suis Emmanuelle Belleux. Je suis professeur des écoles depuis 2000. J’ai profité de toutes les occasions qui s’offraient à moi pour exercer mon métier… ailleurs.

Lorsque nous sommes arrivés à Düsseldorf, mes 3 enfants ne connaissaient que leur langue maternelle. Les deux grands, alors en CE1 et CM1, ont donc été scolarisés à l’école française. Je n’ai n revanche pas hésité à faire en sorte que leur petit frère, alors âgé de 4 ans, intègre le Kindergarten allemand.

La traduction de ce mot (jardin d’enfants) est assez explicite. En Allemagne, l’école maternelle n’existe pas. Les enfants sont accueillis à partir de 3 ans (parfois plus tôt) dans une structure qui leur permet d’intérioriser de façon très authentique ce que leur demande la vie en société. Ils apprennent à gérer les conflits par le dialogue. Le personnel qui les encadre, les éducatrices, les aident à s’épanouir au sein d’un groupe d’enfants tout en leur laissant une grande liberté dans le choix des activités. Ainsi chaque enfant grandit en toute confiance, sans pression du « « bulletin scolaire ». Mon « petit dernier » est devenu presque bilingue en quelques mois, si l’on fait abstraction du cauchemar des étrangers en Allemagne : le der, die, das !

Après deux ans de scolarité à l’école française, une nécessité s’est présentée à nous : les deux grands devaient apprendre à parler allemand couramment et devaient s’intégrer à notre nouveau pays. Ayant beaucoup échangé avec des parents français qui avaient choisi le système scolaire allemand, j’ai inscrit mes enfants en école élémentaire (Grundschule) et au collège (Gymnasium).

En Allemagne, après 3 années passées au Kindergarten, les enfants sont accueillis en école élémentaire pendant 4 ans. A 10 ans, lorsqu’ils ont donc l’âge d’intégrer notre CM2, la maîtresse, qui les a suivis de la erste Klasse (CP) à la vierte Klasse (CM1), propose une orientation afin de poursuivre la scolarité dans le cycle secondaire : Hauptschule, Realschule ou Gymnasium (notre collège). En Allemagne, les cursus menant sans détour à une formation professionnelle ont toute leur place.

Nous avons découvert des professionnels de l’enseignement très à l’écoute et une structure pédagogique qui s’adapte le mieux possible aux enfants ne maîtrisant pas l’allemand.

Intégrer mes enfants au système allemand a été pour moi la meilleure façon d’en savoir plus sur la vie préscolaire et scolaire allemande… et lorsque des mamans m’ont demandé d’apporter à leurs enfants un complément français au parcours allemand de leurs enfants inscrits au Kindergarten, je n’ai pas hésité : j’ai soigneusement sélectionné l’essentiel du programme de maternelle : préparation à la lecture, écriture et mathématiques, tout ceci agrémenté de culture enfantine française.

D’autres parents m’ont ensuite fait part de leurs souhaits concernant leurs enfants plus grands (10 ans) prêts à quitter le système français pour intégrer le Gymnasium. Etude de la langue, culture française, histoire… Voici un contenu qui m’a beaucoup inspirée : une occasion rêvée d’enseigner la langue française de façon fonctionnelle et ludique tout en utilisant mon support pédagogique favori : la littérature. L’oral est ainsi enseigné comme une matière à part entière.  L’écrit a aussi toute sa place. Rédaction de phrases, de textes : chaque cours offre l’occasion de mobiliser ses connaissances ou de réutiliser ce qui vient d’être découvert ensemble.

Les rencontres se sont enchaînées. Des souhaits différents m’ont été exprimés, que j’ai accueillis avec le plus grand plaisir ! Apprentissage de la lecture telle qu’il serait proposé au CP, apprentissage de la lecture agrémenté d’un apport oral pour les enfants parlant davantage l’allemand…

EmmanuelleBelleux-DessinLes parents d’enfants français ou francophones sont nombreux à souhaiter un cursus bilingue. L’essentiel est pour moi de garder à l’esprit que mes cours sont tout naturellement « extra-scolaires », mes élèves passant leur journée au Kindergarten ou à l’école allemande. C’est pourquoi les activités que je propose doivent, bien-sûr, répondre aux attentes des parents mais aussi et surtout motiver l’enfant. La préparation des cours ne laisse rien au hasard : pédagogie, rigueur dans la construction des programmes et plaisir d’apprendre pour l’enfant. Chaque cours exige de moi une préparation soignée. Mon envie d’enseigner doit être transmise toutes les semaines et se changer, pour les élèves, en envie d’apprendre.

Mon plus grand atout : la communication avec les parents. Les parents sont les personnes qui connaissent le mieux leur enfant. C’est pourquoi j’attends d’eux des retours réguliers. Car une écoute de l’enfant, seule, n’est parfois pas suffisante.

Lorsque mes élèves, qu’ils aient 3 ou 11 ans, affichent un sourire radieux en entrant dans la salle, je m’octroie le plaisir de penser que le défi de les motiver est relevé. Lorsque les parents constatent à la maison que leur enfant progresse, qu’il montre un intérêt tout neuf aux sons de la langue française, qu’il choisit de lire des livres en français tout autant qu’en allemand, je me permets aussi de penser que l’apprentissage porte ses fruits !

Après avoir échangé avec les parents, je constate que mon souhait professionnel correspond à leurs attentes. Mon objectif est de mettre en place un cursus bilingue en offrant davantage d’heures de cours. Je reste très inspirée par l’école française de Detroit, où j’ai travaillé au début de ma carrière. Cette école accueille les enfants 3 heures par jour pour l’enseignement des disciplines « pivot » puis les élèves sont accueillis par les écoles américaines de leur quartier.

Scolarité française et intégration, voici en quelques mots ce que je souhaite offrir à mes élèves.

EmmanuelleBelleux_logoEmmanuelle Belleux
Apprendre ailleurs


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !