Connexion en tant que membre

Amérique du sud Ma destination Voyages

10 raisons d’aller dans la jungle

Ajouter à mes favoris

10 raisons d'aller dans la jungleAmazonie, jungle, des noms qui ouvrent à eux seuls les portes de notre imaginaire et de nos rêves d’aventure.  Au cas où, ça ne suffise pas à vous décider, voici 10 bonnes raisons de partir en excursion dans la jungle.

Chercher la faune, même si on la voit peu

Ne partez pas en forêt amazonienne avec l’idée d’aller observer de grands animaux comme on le ferait en safari au Kenya, où pire, comme vous pourriez le faire dans un zoo. En fait, de manière surprenante, la forêt peut même paraître vide.

Bien sûr il n’en est rien, les animaux sont bien là, partout. Ils vous observent, vous sentent… Et vous évitent pour la plupart.

Maîtres dans l’art du camouflage, ils se fondent complètement dans leur décor. Ils sont presque indétectables s’ils ne se mettent pas en mouvement. Pour les observer, il faut s’armer de patience, de discrétion et ouvrir grands les yeux et les oreilles. Mais aussi avoir pas mal de chance. Bon, malgré tout, certains animaux sont relativement faciles à croiser comme certains oiseaux, les amphibiens, les caïmans ou les dauphins d’eau douce… Et c’est déjà génial !

Percevoir le jaguar derrière les empreintes

Vous trouverez toujours quelques empreintes de jaguar… Qui vous feront monter l’adrénaline à coup sûr !

Le jaguar règne en maître sur la chaîne alimentaire. Même si tous les guides avec qui je travaille n’en ont en général jamais vu plus de 5 fois, on peut en croiser. Mais pas de panique ! Bien au contraire, détendez-vous et profitez du spectacle (OK, j’avoue que c’est facile à dire).

Cet animal intelligent et discret ne constitue pas un danger pour l’homme. Il n’en a pas peur, mais ne l’attaque jamais. Si vous avez la chance d’en rencontrer un, savourez ce moment qui ne se reproduira certainement plus !

Découvrir une flore exubérante

La végétation de la grande forêt est une source constante d’étonnement. Une petite soif ? Pas de problème, les lianes à eau absorbent l’eau du sol en la filtrant naturellement. 40 cm coupés à la machette vous fournissent l’équivalent d’une petite bouteille d’eau potable.

Mais ne vous adossez pas à un Cecropia, aussi appelé « bois canon » ! En effet, son tronc et ses branches abritent les fourmis Azteca, qui patrouillent mandibules déployées. Véritable armée de défense, elles attaquent herbivores et plantes envahissantes s’approchant trop près de l’arbre. Heureusement, nourries à la source par une sève nutritive qui coule le long des feuilles, ces fourmis ne descendent jamais de cet arbre.

Rencontrer les indiens des communautés locales

Vous ne vous aventurez jamais seuls dans la jungle. Vous serez guidés par ceux qui la connaissent le mieux : les indiens autochtones. Comme les indiens Embera au Panama ou les indiens Huaorani en Equateur. Un trip dans la jungle c’est aussi cela : une expérience humaine passionnante.

Les indiens partagent avec vous leurs connaissances sur la faune et la flore tout le long de l’excursion. Ils dégagent un côté très rassurant. Et vous serez impressionnés par leur sensibilité et leur capacité à détecter des animaux.

En passant votre temps avec eux, en les observant et en écoutant leurs histoires, vous en apprendrez plus sur la grande forêt en quelques jours que ce que vous savez déjà depuis le début de votre vie.

Dormir la nuit en pleine jungle

La vie nocturne est une expérience mystique et troublante. La nuit en forêt, on n’y voit rien. Impossible de se déplacer sans une lampe. Plongé dans le noir, vos sens sont en éveil comme jamais.  Vous faites attention au moindre craquement. Votre imagination va à mille à l’heure. Au moment où la nuit tombe, les bruits de la jungle sont encore plus forts. Quand les animaux diurnes et nocturnes se croisent. Les uns vont dormir alors que les autres se réveillent pour aller chasser.

Vous qui êtes installés dans votre hamac, à l’abri des insectes sous votre moustiquaire, vous vous détendez, fermez les yeux et plongez dans vos rêves intenses et colorés au rythme des sons de la forêt.

Une véritable expérience spirituelle avec un zeste de magie.

Découvrir de nouveaux fruits

En Amazonie, les fruits tropicaux accompagnent tous les repas de la journée. Vous êtes sûr de gouter au moins une dizaine de fruits que vous ne connaissiez pas, aux textures et aux saveurs inédites ! La granadilla est l’un de mes préférés. Il ressemble au fruit de la passion mais en plus sucré et moins amer. Au Mexique, il est appelé moco (morve) à cause de sa texture liquide et épaisse…

L’aguaje, lui, est un des fruits les plus consommés en Amazonie. Il ressemble au litchi et fait fureur dans les rues d’Iquitos au Pérou. Un peu sec, c’est un vrai régal sous forme de glace. Riche en phytoestrogène, il est particulièrement prisé des femmes qui souhaitent gagner quelques courbes plus généreuses bien placées…

Sinon, vous avez aussi le zapote. Très étrange, il ressemble à une noix de coco, a la couleur du potiron et une texture fibreuse comme la mangue. Mais ce qui est curieux, c’est que le zapote mêle le goût de ces trois fruits ! Et c’est un vrai régal.

Et plein d’autres fruits que vous n’avez probablement jamais goûté (en jus de fruit au supermarché, ça compte pas !) : Chirimoya, Guyaba, Camu Camu

Se sentir comme Indiana Jones dans des ruines mayas inconnues

Vous voilà au Guatemala dans la jungle du Petén, aussi appelée jungle de la Biosphère Maya. Les nombreux sites de cette jungle immense et dense sont toujours recouverts de végétation donc encore inexplorés. Après une journée de marche, vous pouvez découvrir un de ces sites, en pleine fouille archéologique. Vous arrivez au milieu de ces ruines qui présentent certains motifs sculptés recouverts de mousse, et vous vous sentez l’instant d’un moment dans la peau d’Indiana Jones. On vous l’avait dit !

Nager avec les dauphins d’eau douce

Les immenses fleuves qui traversent la grande forêt abritent une faune tout aussi abondante que sur terre. Les dauphins roses, ou botos, sont les maîtres des lieux. Ils sont en effet omniprésents et plutôt faciles à rencontrer dans certains endroits bien connus par votre guide. Vous pouvez les observer chasser le matin ou en fin de journée, en bande de 2, 3 ou 4 individus bien organisés. Peut-être aurez-vous l’occasion de vous baigner à leurs côtés ? Inoffensifs mais curieux, ils passeront à coup sûr juste à côté de vous pour vous toucher, et observer à leur tour cette drôle de bête qui fait beaucoup de bruit et qui sait à peine nager…

Pêcher des piranhas mieux qu’un marsupilami

La plus grande source de nourriture lorsque vous êtes en trekking dans la jungle se trouve simplement dans les nombreux cours d’eau. Riches en poissons, la pêche y est relativement simple et les piranhas sont très faciles à attraper !

Etape 1 : Oubliez toutes les idées préconçues sur les piranhas.

Si leurs dents sont aiguisées et qu’ils apprécient volontiers un petit steak tartare, ils sont majoritairement végétariens. Je ne vous conseille pas de plonger un doigt à côté de votre hameçon, mais les locaux se baignent dans les mêmes rivières où vous les pêcherez. Alors…

Etape 2 : Trouvez l’endroit où les pêcher.
Chassés par les dauphins d’eau douce et les caïmans ils se regroupent souvent dans les zones sur les bords des cours d’eau avec beaucoup de branches constituant une barrière naturellement efficace.
Etape 3 : Appâtez et tirez

En ce qui concerne l’appât, rien de plus simple : un bout de viande, la queue d’un autre poisson. Ils mordent parfois presque instantanément ! Tirez d’un bon coup pour sortir le piranha de l’eau. Une fois sur le canoë, ne jouez pas trop avec leur mâchoire. Elle est redoutable et elle se referme automatiquement lorsque vous mettez quelque chose dedans. Faites le test avec une petite branche…

Etape 4 : Dégustez.

Toujours est-il que la chaire du piranha est très bonne, cuisinée simplement à la braise. Seul problème : les nombreuses arêtes. Les indiens, eux, ont l’habitude, ils croquent goulument dans le piranha et recrache toutes les arêtes d’un coup sans trop se prendre la tête.

Faire le plein de souvenirs

Une immense forêt peuplée de plantes exotiques, d’animaux sauvages, où des petites populations isolées continuent de vivre selon leurs rites ancestraux en harmonie avec la nature, faut avouer qu’il y a de quoi fantasmer. Cette forêt nous fait voyager avant même de s’y aventurer, n’est-ce pas ?

Visualisez maintenant la scène au prochain repas de Noël ou à votre retour de vacances au boulot. Vous commencez à raconter votre escapade en forêt de plusieurs jours à Iquitos. Ou comment vous êtes partis la nuit rechercher les caïmans à la lampe frontale. Le guide a attrapé une mygale à l’aide d’une cigarette (j’ai la preuve en vidéo !). Vous avez croisé des singes araignées curieux qui vous ont suivis du haut des arbres. Vous avez suivis la trace d’un jaguar et mâché des feuilles de coca le soir pendant un petit rituel effectué par votre guide pour remercier la Pachamama.

Imaginez maintenant la tête de votre belle-sœur… En général, croyez-moi, vous avez l’attention de tout le monde lorsque vous commencez à raconter votre aventure !

Intense, fascinante, chaude, humide, désespérante, forte, émotionnelle... La forêt amazonienne mélange de nombreux sentiments. Enfer vert pour ceux qui n'y ont jamais mis les pieds, paradis perdu pour ceux qui en reviennent, avec des images plein la tête et une seule envie, celle d’y retourner. Et vous, vous venez quand ?

Par Fabien Barralon

Fabien Barralon - 10 raisons d'aller dans la jungleFabien a 36 ans. Il est originaire de la région parisienne. Lors de ses études de biochimie, il effectue un stage de 6 mois à Amsterdam dans un laboratoire de recherche. Piqué par le virus du voyage (que ne trouve-t-on pas dans un laboratoire !), il reste dans les éprouvettes mais aux USA cette fois. Rentré en France, il ne trouve pas sa place dans le milieu fermé et routinier de la recherche.  Se réorientant vers le marketing, il part bosser au Mexique pour un laboratoire pharmaceutique. Puis en Argentine. En 2014, il change complètement d’orientation pour joindre tout ce qui le passionne vraiment : le voyage, le trekking et la jungle.

Aujourd’hui, il propose des trekkings et des excursions en pleine Amazonie, dans différents pays d’Amérique latine, au contact des communautés autochtones et dans le cadre d’un tourisme responsable.

Plus d’infos sur http://gayatrek.com/.

FemmExpat vous conseille de lire :

-Ambre : « mon tournant de vie en Equateur »

-Itinéraire autour du lac Titicaca, entre Bolivie et Pérou


1heure pour faire le point

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

1heure pour faire le point

L'ÉTÉ EST LÀ ! DONNEZ-NOUS VOTRE AVIS

Afin de mieux répondre à vos aspirations pour la rentrée,
auriez-vous 5 minutes pour remplir notre questionnaire ?
Toute l'équipe de femmexpat.com vous en remercie