Connexion en tant que membre

Mauritanie

Vivre à Nouakchott, Mauritanie


NouakchottVille3Nous arrivons fin septembre à Nouakchott, capitale de la République Islamique de Mauritanie. Une chaleur forte, étouffante, mais très sèche comme on en connaît dans les pays du Sahel pendant la saison « chaude », de mars à octobre.

Nouakchott est une jeune ville, montée de toutes pièces sur une zone de campement des nomades dans les années 50 : auparavant, la capitale de la Mauritanie était à Saint-Louis. On se sent très vite au milieu du désert, la ville assez sommaire, peu peuplée. La densité de la Mauritanie est très faible (3 habitants par km² !) 

À la différence des autres pays d’Afrique de l’Ouest on est bien très vite marqués par la dualité « ethnique » : maures blancs (d’origine arabo-berbère) / maures noirs et négro-agricains (Peuls, Soninkés, Wolofs). La Mauritanie se situe entre le Sahara occidental, le Maroc et le Sénégal, il est à mi-chemin entre le Maghreb et l’Afrique sub-saharienne.

 

NouakchottVille2La Mauritanie est donc une République Islamique. Comme femme, je ne me suis pas sentie mal à l’aise ou moins respectée qu’en Guinée, Mali ou Niger, les pays voisins que je connais : je n’étais pas voilée dans la rue par exemple. En revanche, en bons expatriés que nous sommes, nous le notons surtout à l’absence totale d’alcool ! (interdit d’importation, sauf exceptions – effectivement très rares – de transport consulaire).

La monnaie mauritanienne (Ouguiya, MRO) ne circule qu’en Mauritanie.

 

Dès le premier week-end, nous profitons de LA particularité très appréciable de Nouakchott : bien que ville du désert, elle borde l’Océan Atlantique : à 10km du centre-ville. Nous sommes à la plage en moins de 30 minutes en voiture (pas besoin de véhicule 4x4), celle surtout fréquentée par les expatriés, donc sans aucune gêne pour se baigner en attributs occidentaux. C’est une plage de sable blanc et fin, et qui s’étend sur des kilomètres (concrètement jusqu'à Nouadhibou, tout au Nord de la Mauritanie). NouakchottVille1Elle est très peu fréquentée : on se sent sur une plage presque privée ! C’est un dépaysement total : l’eau est très chaude de mars à octobre, et tout à fait baignable dès le mois de janvier, et jusqu’en novembre.

2 camping / restaurants s’y sont installés, à 200 mètres l’un de l’autre, dont Les Sultanes, ou Chez Nicolas, un français qui connaît la Mauritanie depuis de nombreuses années. On y déguste entre autres du poisson fraichement pêché, la cuisine y est de très bonne qualité. Après le déjeuner, pendant la saison chaude on peut faire la sieste sous une khaima – ses très grandes tentes du désert. Pendant nos vacances, quelques mois plus tard, mon mari ira courir tous les matins à la plage, puis se détendre avec un jus d’orange pressé au bord de la mer…. C’est cet air marin qui rend le climat de Nouakchott très agréable, même pendant la saison chaude. On se sent au calme !

On trouve facilement des maisons agréables, avec jardin, dans Nouakchott. NouakchottPLAGELes divertissements et achats sont restreints mais suffisants. Les produits alimentaires disponibles sont accessibles dans les 3 – 4 supermarchés libanais du centre de Nouakchott. Pour les affaires de maison, il y a 1 grand magasin et 2 – 3 boutiques qui revendent (à prix fort) des mobiliers sommaires d’Ikea ; le très utile groupe Yahoo « EXPAT_RIM » permet de faire des achats / ventes pour les extras, mais aussi de partager nouvelles et autres bons plans.

Le choix de bons restaurants n’est pas immense, mais aussi suffisant. Pour les femmes, quelques centres de beauté pour se détendre. Il y a aussi quelques marchés intéressants, les dunes (« le désert ») dans la ville pour prendre un apéro… sans alcool 🙂 au coucher du soleil. Entre Nouakchott et la plage, une plaine pour y faire du vélo avec les enfants. Le lycée français, mais aussi plusieurs maternelles (dont l’École des cadres) sont tout à fait appréciables, le CCF est assez actif.

Et surtout la plage tous les week-ends ! La vie est paisible. Très adaptée aux familles avec enfants en bas-âge.

D’autant plus que, malgré la dégradation des conditions sécuritaires au Sahel ces 10 dernières années, le tourisme repart peu à peu : Nouadhibou, des trecks dans le désert sont à nouveau disponibles.

C’est avec beaucoup de tristesse que nous quittons ce pays !

Par Anne.

 
FemmExpat vous conseille de lire :

Mauritanie, à savoir avant de partir


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !