Connexion en tant que membre

Arménie Asie pacifique

Partir vivre 9 mois à Erevan en Arménie


Constance est partie vivre à Erevan ... son témoignage

Sur l’autoroute d’une vie bien rangée, Constance a pris la bretelle de l’Arménie et un virage à 180°.

erevan

 

Parisienne, 26 ans, diplômée de l’Ecole du Barreau, juriste chez Canal+, appartement avec vue sur Tour Eiffel, garde- robe sophistiquée, orteils pédicurés, crinière domptée par un impeccable brushing, vie nocturne agitée, tripotée de copines et de petits copains.
Parfaite vie de petite fille gâtée sur papier glacé.

Et pourtant, une désagréable sensation d’une vie déjà toute tracée et terriblement ennuyeuse, aux côtés d’un riche banquier de mari, avec lequel j’aurais eu d’adorables chérubins, un chien, une voiture honteusement chère et une grande maison.

 

Terrible sentiment d’étouffement entre les parois d’un bocal doré. Envie de nouveaux horizons et de nouvelles têtes... Et surtout un terrible besoin de se sentir utile à satisfaire.
Il suffira d’un voyage de 10 jours entre filles pour que tout s’accélère. Moi qui étais une habituée des destinations tapageuses et des hôtels luxueux, j’opte cette année-là pour un périple improvisé dans les îles croates, sac au dos, logement chez l’habitant dans des conditions plus que spartiates...et je réalise adorer cela !

 

Une impérieuse nécessité s’impose alors à moi : tout changer.
Mon contrat de travail arrive à son terme à la fin de l’année et je n’ai jamais vécu à l’étranger...

Bille en tête, je m’attelle donc à la recherche d’une mission humanitaire : Inde, Amérique du Sud, Asie... J’épluche pendant deux mois toutes les opportunités qui s’offrent à moi. Pas question de réserver un simple billet d’avion et d’improviser sur place...mon audace et ma témérité restent encore bien limitées !

 

Ce sera finalement l’Arménie pour effectuer, pendant 9 mois, un Service Volontaire Européen (SVE), programme de volontariat de la Commission Européenne, en qualité de coordinatrice de projets dans un centre culturel et de formation.
Aucune origine arménienne, aucune notion d’arménien ou de russe, aucune connaissance sur place. Un saut dans le vide. Une renaissance.

Me voici donc, quelques mois plus tard, parachutée à Erevan, capitale de l’Arménie, la plus petite des ex-républiques soviétiques, coincée entre la Turquie, la Géorgie, l’Azerbaïdjan et l’Iran.
9 mois de bonheur : un retour aux sources et au naturel. Un regard neuf sur moi-même et sur les autres. La meilleure des écoles de la vie.

 

Femmexpat vous conseille de lire :

ARMÉNIE : à connaître avant de partir

TEMOIGNAGE DE VIE A EREVAN EN ARMENIE


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

1heure pour faire le point

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

1heure pour faire le point

Nos derniers articles !