Connexion en tant que membre

Australie

Melbourne : la ville ou sont arrivés Sab & Seb


Image2L'expatriation… Partir quelques temps à l'étranger... C'est un sujet dont nous avions déjà parlé mais alors que Mr était partant, c'était alors hors de question pour moi : quitter notre petite vie bien rangée, notre maison, nos boulots, nos amis et la famille, INIMAGINABLE ! Jusqu'à ce fameux jour où je reçois un texto de Mr disant à peu près cela : "Je sais que ça ne te botte pas mais Chef me propose d'aller travailler en Australie".

  

Petit coup de massue les 10 premières secondes et puis : "Bah attends, faut qu'on en parle quand même". S’ensuivent les nombreuses conversations, les hésitations, les discussions et négociations avec Chef et nous voilà dans les cartons à dire au revoir à cette petite vie, cette maison, ces boulots, ces amis et la famille... J'ai alors 28 ans.

  

Nous avons sauté le pas : nous atterrissons à Brisbane, dans le "Sunshine State". Nous n'avons pas d'enfant, nous partons seulement à deux.

 

Les débuts ne sont pas simples : se repérer dans les grandes surfaces au nom imprononçable ("Woolworths") à chercher du gruyère rapée ("tasty") à côté de la viande pour chien (si, si) ; conduire à gauche et mettre les essuies glaces à chaque fois que l'on veut mettre le cligno ; être concentré 24/24 lorsque l'on fait l'effort de parler à notre super "mate" durant un énormissime « Barbie » (barbecue) histoire de capter l'accent australien et ses expressions tordues tout droit sorties de l'Outback, on sue à n'en plus finir avec 40° et un sacré pourcentage d'humidité dans l'air, etc. etc.

 

Finalement on s'est habitué et pour tout vous dire on y a même pris goût ! Le Sunshine State nous a conquis avec sa mer d'un bleu agaçant remplie de poissons colorés, de dauphins, de baleines, de tortues (de requins et de crocodiles aussi mais c'est le jeu), ses étendues de forêts aux arbres gigantesques avec ses superbes oiseaux aux sons très particuliers, ses beaux papillons (ses serpents et plantes tueuses aussi) et sa météo qui en fait rêver plus d'un (et évidemment les cyclones et méga orages qui vont avec et vous donnent la chair de poule ; c’est le jeu on vous dit)...

 

Le reste de l'Australie nous a conquis aussi car oui, on visite encore et encore ! En Australie, rouler 4h dans un weekend de 2 jours ne fait plus peur alors on roule, on roule, on roule... Pas un seul weekend de repos pour notre plus grand plaisir et des milliers de photos qui s'amoncèlent... Et on prend l'avion aussi pour aller plus loin et rouler encore et on découvre toujours des paysages à couper le souffle : le Centre Rouge et le fameux Ayers Rock (Uluru), le Top End et ses parcs nationaux, Melbourne et sa Great Ocean Road, la Grande Barrière de Corail et j'en passe...

 

Quant à Brisbane, c'est une ville où il fait bon vivre (même si le coût des loyers est astronomique) possédant tout ce dont on peut rêver à quelques kilomètres. Une ville neuve, propre et bien entretenue, moderne, cosmopolite, qui bouge. Une ville où on ne peut s'ennuyer. La Brisbane River qui traverse la ville est un petit paradis vert : pour les joggeurs qui la longent, la traversent, la longent de l'autre côté ; pour un petit piquenique, un restau ou un café; pour simplement s'y balader en parcourant le Botanic Garden, pour admirer un des nombreux feux d'artifice tirés le long de la berge... A pied, en train, en bus, en voiture, on s'y balade très facilement !

 

On a fait tout ça et toujours avec le sourire car c'est indéniable : les Australiens ont le SMILE. La journée avec le café à la main ou le soir avec un cocktail, les Australiens vivent dehors et une discussion est bien vite engagée. Un petit problème n'en est pas un car il y a toujours quelqu'un pour aider : sortez votre map pour trouver un endroit et il y aura déjà 3 personnes autour de vous pour vous indiquer une direction, prenez des renseignements dans une gare sans avoir peur des représailles venant de la longue queue derrière qui se construit car votre compréhension n'est pas encore parfaite, montez dans le 1er bus qui arrive en se rendant compte que c'est un bus scolaire mais restez dans le bus avec un petit clin d'œil du chauffeur entouré d'écolier en uniforme, etc. (tout ça, c'est du vécu !)

 

Manque plus qu'assister à un match de rugby, de footy ou de cricket pour voir les australiens vibrer pour leurs équipes car ici le sport ça rigole pas et c'est même une histoire de famille. On assiste au match en famille et entre amis équipé de la tenue complète car sinon c'est pas du sport et toujours avec le sourire… On boit même un coup à la fin du match avec l'équipe adverse ! Bah nous, il nous en faut peu mais on aime cet état d'esprit !

  

La vie est donc si facile en Australie ? Pas toujours, ce serait trop beau ! A la base, j'étais (je suis) professeur spécialisée pour les enfants sourds. Je ne dépends pas de l'éducation nationale et mon diplôme est assez particulier. De ce fait, il n'est pas reconnu en Australie comme un bon nombre de diplôme d'ailleurs. D'où la difficulté pour moi pour trouver un travail dans ma branche. De plus la langue des signes est différente en Australie de celle que nous utilisons en France, donc la barrière de la langue (anglais mais aussi langue des signes) était présente ! Quant au visa, mon mari a un visa 457 qui m'autorise à travailler donc cela n'était pas un obstacle pour moi.

Alors que Mr travaille, il a fallu que je me mette à l'anglais pour espérer trouver une occupation.  Devenir babysitter ressemble à un parcours du combattant, le temps commence à se faire long... Et puis finalement les exigences du volontariat sont (un peu) moins hautes alors pourquoi pas... Je finis par travailler dans un zoo, la confiance en moi revient et je deviens babysitter experte ! Pas à la hauteur de mon poste en France mais c'est mieux que rien et cela me convient, donc que demander de plus...

  

Il y a aussi les aléas liés à l'expatriation plus directement. Le visa 457 ne nous protège pas d'un renvoi illico en France. Il suffit que la boîte sponsor n'ait plus besoin de nous, qu'en 2 semaines, on soit licencié (oui ça aussi c'est possible, même en une journée) et hop le retour en France ! Cela a failli nous arriver et ce n'est pas bien drôle ...

 

Bref, pour conclure, l'expérience de l'expatriation en Australie est une expérience de vie qui mérite d'être vécue. Un choix de vie que l'on ne regrette pas. Des paysages et des rencontres inoubliables...

  

C'est pour tout cela que nous avons décidé de créer un blog : pour faire partager notre quotidien avec notre famille et nos amis car notre temps de papotte est limité par mails ou Skype et que l'on ne souhaite pas les harasser de nos récits, pour les futurs expatriés aussi qui recherchent des infos sur le mode de vie qu'ils vont peut-être pouvoir toucher du doigt, pour les amateurs de voyage qui partent avec nous un petit peu à la lecture de nos histoires et pour tous les autres aussi 😉

 

Mon travail m'avait accordé un congé sans solde mais commençait à faire pression sur notre retour. Notre expatriation s'est terminée début août et nous sommes restés un an et demi en Australie. Nous sommes rentrés pour que je puisse faire ma rentrée en septembre.

Par Sabine.

 

Adresse du blog : Sab & Seb, notre vie d'expats

 

--

FemmeExpat vous conseille de lire :

Australie : à connaître avant de partir
Vivre et travailler en Australie
Le régime matrimonial en Australie
Ma copine australienne
Brisbane accueil


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

1heure pour faire le point

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

1heure pour faire le point

Nos derniers articles !