Connexion en tant que membre

Corée du Sud Culture

Portraits de Séoul, le guide qui humanise la ville


cover_SEOUL_RGBMinju Song est coréenne. Traductrice, elle vit en France depuis deux ans. Anthony Dufour est français. Journaliste, revenu en France l’été dernier après quinze années à l’étranger, comme correspondant pour TF1 entre autres. Avant Séoul, il a habité à Tokyo et Pékin. Fin connaisseur de l’Asie, il est spécialisé sur des thèmes comme Kim Jong-un ou le régime politique chinois. Mais en famille ou entre amis, les gens sont plus intéressés par les questions du quotidien. Parce que concrètement, c’est comment la vie là-bas ?

 Qui, à chacune de ses expats, n’a pas empilé les guides de voyage sur sa table de chevet ? Avide de découvrir notre nouveau pays, nous sommes rapidement capables de dater les monuments, placer les sites remarquables, appréhender l’histoire et la géographie. Bref, nos appareils photos sont prêts à reproduire les images des cartes postales. Mais comment sentir le pouls d’une ville, le quotidien des habitants, savoir dans quel quartier habiter, vivre en famille ?

  Avec sa collection « Portraits de », les éditions Hikari publient des guides habités de ces ailleurs qui nous attirent. Loin du rédacteur qui vient passer trois semaines dans un pays et prétend en tirer l’essence et la somme des bonnes adresses. Loin des discours convenus, des copiés-collés, des bons plans obsolètes et des pièges à touristes. Loin de l’anonymat d’une liste d’incontournables.

 Les « Portraits de Séoul » sont une série de portraits d’une dizaine de personnes qui vivent à Séoul. Coréens ou expatriés, ils permettent au lecteur de découvrir Séoul et la Corée à travers leurs récits. Vrais, uniques, nous apprenons à connaître leur rapport à cette ville, ce qu’ils aiment, ou pas. Et toucher du doigt le biorythme de la ville. Parmi ces dix portraits, celui d’un prêtre catholique, d’une française star de la télévision coréenne, un réalisateur militant du mariage gay, une dessinatrice de manhwas (les mangas coréens), une chanteuse rock, etc.  Séoul est une ville singulière à l’image de ses habitants.

 Chaque portrait se termine par les  bonnes adresses. Qui ont d’autant plus de valeur que vous savez d’où elles viennent. Un peu comme un copain qui partage avec vous ses bons plans. A l’instar de ce café Are, qui sent un peu le chien parce que, oui, Are c’est le nom du chien qui y habite. C’est un super endroit pour une dessinatrice qui aime travailler tranquillement. Elle n’a pas de bureau, alors elle bosse beaucoup toute seule dans les cafés. Comme beaucoup de Séoulites d’ailleurs.

 Avec ce guide, Séoul, c’est déjà un peu chez nous !


Commander Portraits de Séoul sur Amazon

FemmExpat vous conseille de lire aussi :--

Travailler au féminin en Corée du Sud, par Julia

Vivre en famille à Séoul en Corée du sud

Marion, auteur de « Portraits de Singapour »

 

 

 

 

 


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

1heure pour faire le point

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

1heure pour faire le point

Nos derniers articles !