Connexion en tant que membre

Asie pacifique Hong-Kong

Hong-Kong – La révolution des parapluies vue par une française expatriée


Hong_Kong

Quand on habite à Hong-Kong, comment vit-on cette période de troubles et de revendications démocratiques inédits ? Juliette est sur place, elle nous raconte.

Depuis maintenant plus de 3 semaines les étudiants et jeunes hongkongais occupent le cœur économique de Hong Kong (Central, Admiralty, Wanchai et Mongkok). Ce mouvement pacifique trouve son origine dans la peur, justifiée, des hongkongais de perdre leur statut privilégié en Chine, c’est-à-dire celui de pouvoir choisir ses dirigeants. La Chine, lors de la rétrocession de 1997, avait promis des élections au suffrage universel en 2017. Elle a récemment annoncé que les candidats à ces élections seraient choisis par Pékin !

 

Casse-tête quotidien

Fin septembre, les étudiants, ainsi que le mouvement pacifiste pour la démocratie “Occupy Central”, bloquent les artères principales de Hong Kong. La circulation sur l’île devient un casse-tête, les transports en commun ne fonctionnent pas bien, les lignes de bus sont déviées, des terminus improvisés. Par mesure de précaution, certaines écoles des quartiers avoisinants les manifestations sont fermées. C’est ainsi que certains des campus du Lycée Français ont été inaccessibles pendant la première semaine. A part cela, rien ne change !

 

Etranges manifestations

Jamais des manifestations d’une telle ampleur n’avaient eu lieu à Hong Kong. C’est pour nous observateurs occidentaux et plus particulièrement français un phénomène étrange : des manifestations sans violence, sans casse (pas de vitrines brisées ou de magasins pillés et encore moins de voitures brulées!) et dans le respect total du bien public !

Dans un premier temps, nous nous attendions à l’intervention musclée de la police voire de l’armée chinoise (les rumeurs les plus folles circulaient), les réseaux sociaux faisant leur travail. Puis ne voyant rien venir, les choses se sont apaisées, nous sommes venus observer les manifestations à la Hongkongaise c’est-à-dire: sitting, barricade, parapluie (pour se protéger du soleil, il fait 35 degrés et pour se protéger de la pluie, ils serviront plus tard pour se protéger des gazs lacrymogènes), ramassage des ordures avec tri sélectif s’il vous plait, approvisionnement des policiers en eau.

 

Silence

Le nombre des manifestants ne diminue pas pendant les 2 premières semaines, et à part quelques incidents, les manifestations sont bon-enfant. Parcourir la ville est un peu surréaliste, vous longez de très larges avenues absolument vides, il règne un silence de fin du monde parce que quelques barricades en bloquent l’accès. Puis, vous longez quelques buildings et retombez dans le brouhaha d’une ville d’Asie (trafic dense, bruits de circulation, music, odeurs fortes de cuisine et de pollution)

 

Leçon de citoyenneté

Alors que les premières semaines, le mouvement a reçu un soutien important de l’ensemble de la population, les difficultés pour se rendre au travail, le ralentissement de l’activité économique spectaculaire dans les zones de manifestations inquiètent les Hongkongais qui ont peur de perdre leur travail. Les parents des étudiants également ont peur, eux, pour l’avenir de leurs enfants. La violence de certains affrontements à Mongkok (Kowloon) relayés par les médias, les reculades à répétition du gouvernement dans les négociations et les arrestations de manifestants maintenant ne disent rien de bon.

Pour nous Français, c’est une grande leçon de citoyenneté, nous réalisons la chance que nous avons et que nous avons tendance à oublier: être citoyens d’une démocratie ! Respect.

 

Par Juliette G. - 2014

 

 

FemmExpat vous conseille de lire :

SHENZHEN ou SHANGHAI ?

Bien commencer sa vie à Shanghai

Maternité à Shanghai

Shanghai de A à Z

Vivre à Canton

 

bouton Abonnement NL FXP- 350x150


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !