Connexion en tant que membre

Afrique Côte d'Ivoire Les billets d'humeur Ma destination

Avant j’avais des craintes et des clichés sur l’Afrique… mais ça, c’était avant !


Avant-j-avais-des-craintes-et-des-cliches-sur-l-Afrique« Chérie, ça te dirait d’aller vivre à Abidjan ? » « Euh…. Abi quoi ? Rappelle-moi où ça se trouve exactement ? Et dis-moi, ce n’est pas là où il y a eu une guerre civile récemment ? »

Quand mon mari a pris la direction Afrique de sa société, je savais que cela nous ouvrirait de nouvelles perspectives d’expatriation. Et j’en étais très heureuse car depuis notre retour de Dubaï, 4 ans plus tôt. Nous n’avions qu’une envie : R.E.P.A.R.T.I.R.

Mais quand il m’a parlé pour la première fois d’Abidjan, je n’ai pas vraiment sauté au plafond… Que dire des commentaires formulés par les proches ? Pas de quoi me rassurer.

Bref, autant vous dire que je fourmillais de craintes et de clichés sur l'Afrique (le premier étant de parler d'Afrique au sens large alors que chaque pays est différent !)... Mais ça, c'était avant de poser les pieds en Côte d'Ivoire !

 

 

Au secours, on s’expatrie à Abidjan !

Quelques semaines avant, les petits hasards de la vie m’avaient amenée à rencontrer "une amie d’amie" (vous savez, la fameuse « amie d’amie » si précieuse quand on part en expatriation) qui avait vécu dans cette métropole au moment de la crise post-électorale de 2011. Elle avait été rapatriée en urgence.

Son histoire n'avait rien pour me rassurer à l’idée d’aller poser mes bagages avec mes enfants à Abidjan.

 

« Laisse-moi vérifier 2 ou 3 petites choses avant d’accepter et on en reparle, ok ? ».

Bon vous avez compris, on a fini par dire oui. Un grand OUI même tant l’idée de s’expatrier dans un pays « atypique », en tout cas très différent de Dubaï, nous faisait envie.

Pour autant, la préparation et le début de cette expatriation ne furent pas un long fleuve tranquille…

 

 

Tu vas vraiment emmener mes petits-enfants vivre là-bas ?

Sans surprise, mes parents n’ont pas été très emballés à l’idée de nous voir partir en Côte d’Ivoire. Plusieurs membres de notre famille nous ont même dit d’emblée :

« Ce pays est dangereux, sale et sans intérêt (je résume). Ne compte pas sur moi pour venir te rendre visite !!!».

Ah chouette, ça fait vraiment chaud au cœur de se sentir soutenu…

Et de fait, depuis 2,5 ans d’ailleurs, la famille a bien tenu sa promesse. Personne n’est venu nous voir - à part ma super maman (déjà 5 fois, c’est la meilleure). Et personne ne semble s’intéresser plus avant à ce qui nous fait aimer la Côte d’Ivoire. Mais je m’égare, ceci est un autre sujet 😉

 

C’est un pays très très dangereux

Je ne vous cache pas que ce pays n’est en effet pas le plus sûr du monde. Quand je suis arrivée pour la première fois à Abidjan, j’ai découvert toutes ces maisons barricadées, fils électriques sur les murs d’enceintes, gardes présents 24h/24. Ça met tout de suite dans l’ambiance ! Ça change radicalement de Dubaï qui est un pays ultra surveillé et sécurisé.

A Abidjan, comme partout dans le pays, il y a des règles de base à respecter :

  • ne pas exhiber ses richesses,
  • ne pas conduire la nuit,
  • éviter certains quartiers et les grands rassemblements,
  • rouler en convoi quand on part explorer le pays,
  • et toujours se référer aux consignes de l’Ambassade.

Alors oui, c’est vrai, il faut faire attention mais non, je ne vis pas quotidiennement avec la boule au ventre. Et je profite de la vie sans stress.

 

Et le risque terroriste, tu y as pensé ?

Oui bien sûr mais j’y pense encore plus en France. On vit malheureusement "avec", un peu partout dans le monde aujourd’hui.

 

cliches-afrique

Paludisme, dengue, mambas verts … tu es vraiment sûre de vouloir aller vivre dans un pays tropical ?

Mon principal stress, en arrivant, était lié au paludisme, surtout avec deux jeunes enfants. En tant que résident, impossible de prendre un traitement anti-paludéen plus de 3 mois. Je me demandais donc bien comment nous allions réussir à échapper à ce fléau. Bon, je croise les doigts, mais à ce jour, aucun membre de la famille n’a été victime de la malaria ni de la dengue ni de la fièvre jaune.

Passées les premières semaines pendant lesquelles nous avons pris de la Malarone, nous avons vite acquis les « bons gestes » : moustiquaires sur les fenêtres et au-dessus des lits, vêtements longs bien couvrants le soir et spray 5/5 quand on sort en fin de journée !

Quant aux serpents, on en a bien un de temps en temps dans notre jardin mais ils ne sont pas méchants … enfin à ce qu’on nous a dit !

 

 

Et l’Afrique, c’est sale et pollué

Abidjan n’a plus rien de la « perle des lagunes » d’antan. Certes, la propreté et la salubrité ne font pas partie des priorités de la ville. Mais de gros efforts sont faits pour mieux collecter les déchets et nettoyer les rues.

Un des principaux fléaux est la pollution atmosphérique provoquée par les « au-revoir France », ces voitures qui ne passent plus le contrôle technique en France et sont envoyées en Afrique (no comment, c’est vraiment honteux). Cet élément est à prendre en compte lorsqu’on choisit son quartier d’habitation.

Certains quartiers sont plus exposés que d’autres. Il est également recommandé de « fuir » régulièrement Abidjan pour oxygéner ses poumons. Ce qui est surtout une très bonne excuse pour aller passer des week-end au bord de l’océan à Assinie, station balnéaire idyllique située à 1h15 de route de la métropole.

 

 

Tu ne pourras pas conduire à Abidjan

Quelqu’un m’avait dit :

« J’ai été expat dans de nombreux pays et la Côte d’Ivoire est le seul dans lequel je n’ai jamais conduit, ils sont trop fous ! ».

En effet, ici, les permis de conduire semblent s’obtenir dans des pochettes surprises. Feux rouge, clignotant, priorité à droite … mais de quoi parlez-vous ???

C’est un peu surprenant au début, voire très effrayant, mais on s’y fait. Et après quelques semaines d’observation, j’ai pris le volant sans difficulté (après avoir vécu quelques années à Marseille, ce n’est pas si difficile en fait…) et je me déplace presque partout.

 

 

Tu vas t’ennuyer, il n’y a rien à faire ni à voir dans ce pays

Ce sont plutôt les personnes qui ne savent absolument rien de la Côte d’Ivoire qui m'ont dit cela (les mêmes qui, 8 ans plus tôt, m’avaient dit que je devrais me voiler à Dubaï, que je n’aurais pas le droit d’y conduire ni de travailler…).

A vrai dire, c’est tout l’inverse. Ce n’est pas parce que la Côte d’Ivoire est méconnue qu’elle ne regorge par de trésors. Bien au contraire !

Ce pays est magnifique et je ne peux que vous inviter à venir découvrir ses richesses naturelles et culturelles : ses 500 km de côtes et ses plages paradisiaques, ses forêts tropicales au sud et ses savanes au nord, ses vestiges coloniaux et les danses traditionnelles de ses 60 ethnies.

Il y a vraiment de quoi faire ici et le pays entend bien valoriser son patrimoine exceptionnel pour devenir une véritable destination touristique d’ici quelques années !

 

Tu ne voudras plus jamais revenir

Alors là, je crois qu’ils avaient bien raison…

 

 

 

 

 

cliches Afrique - Abidjan

 

Isabelle réside à Abidjan depuis 2,5 ans avec son mari et ses deux enfants.

Elle est l’auteur d’un blog qui s’appelle Le Voyage du Calao (www.levoyageducalao.com).
En quête de bons plans et conseils ? Elle est également Travel Coach Côte d’Ivoire pour la plateforme de voyage Personal Traveler.

 

 

 

 

bouton Abonnement NL FXP- 350x150

FemmExpat vous conseille de lire aussi :

Afrique je t'aime : "tu sais que ça fait longtemps que tu vis en Afrique quand..."

S'installer à Abidjan, en Côte d'Ivoire - les bons plans de Claire

Vivre à Luanda en Angola

Vivre à Luanda en Zambie - les conseils d'Anne-Sophie

Jungle - un roman en immersion dans le milieu expat en Afrique


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

Évènements à ne pas manquer

Pas d'évènements prévus pour le moment.

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !