Connexion en tant que membre

Amérique du sud Brésil Ma destination

Vivre à Belo horizonte : quelques expats nous en parlent


belo horizonte

Est-il facile ou non de trouver où se loger, cher ou pas cher, appart ou maison ?Après 3 jours a BH, nous avons pu visiter seulement ce matin une maison en construction, 1 maison et un appartement, les 3 très/trop cher.

C’est très difficile de se loger à BH. Cela peut prendre du temps. Il y a un déficit de logement de standing. Donc un bel appartement / maison moderne, propre et neuf est rare et cher. L’immobilier locatif est vieillissant et ne correspond pas à nos attentes. Beaucoup de programmes immobiliers de luxe sont en construction mais sont souvent hors budget pour des expatriés d’origine européenne, comme nous.

Quels quartiers recommandez-vous ?

Pour un appartement en ville, le quartier Lourdes. Pour un appartement en périphérie, le quartier du Belvédère. Il y a des maisons dans des condominiums gardés au sud de la ville, dans un rayon de 5 km à 30 km.

Dans le centre de BH : le triangle Lourdes / Savassi / Funcionarios (mais beaucoup de trafic), Mangabeiras (mon préféré : quartier très luxueux et plat !), Sion (à proximité de Mangabeiras mais moins cher).

En dehors de BH il y a un nouveau quartier : Belvédère. Très luxueux mais sans âme (une sorte de La Défense résidentiel). Les loyers de appartements peuvent monter jusqu’à 12 000R$ pour des appartements de 180m2. Beaucoup de Condominio (résidence de maisons fermées et gardées avec Club (piscine, tennis, terrains de foot, salle de gym) existent en périphérie de BH. Dans les plus beaux et les plus récents, les maisons sont rarement à louer mais à vendre. Les plus prisés par les expat’ sont : Retiro das Pedras (le plus proche de BH et où nous habitons), Morro de Chapeu (très beau condo sur un golf mais un peu plus éloigné). A proximité de Belvedere il y a beaucoup de Condo très luxueux et plus près de BH mais ils sont hors de prix (env. 12 000 à 15 000 R$/mois contre 5 000 R$ à Retiro das Pedras).

 

Trouve-t-on de tout : mobilier, déco, électroménager... ?

Voltage 110V.
On trouve de tout mais c’est cher. Les brésiliens travaillant au Panama rapportent un conteneur plein d’électroménager.
C’est très cher car ce sont de produits importés donc 30% à 50% plus chers qu’en France. Mais la majorité des expat achètent leur gros électroménager sur place (parfois reprise à des expat’ qui rentrent). En achetant tout dans le même magasin ils nous accordent un discount. Le petit électroménager peut-être parfois rapporté au fil des voyages (USA, Europe...). Mais on trouve de tout (cher) et avec toujours un peu de délai d’attente (même parfois pour une simple bouilloire !).

Aide à domicile : peut-on trouver des personnes qui font le ménage, gardent les enfants facilement et comment ?

Les femmes de ménages s’appellent des "Empregada" et il y en a beaucoup. Les nounous s’appellent des "baba".
Dans le Minas Gérais et à BH ils sont encore très conventionnels et les mamans brésiliennes qui ne travaillent pas ne s’occupent pas elles-mêmes de leurs enfants. Elles sont souvent à temps plein : une baba de jour, une baba de nuit, une baba qui reste le wwek-end (pour que les parents sortent), une (voire deux selon la taille de la maison) empregadas et un chauffeur.
Les brésiliens de classe élévée ont un train de vie nettement supérieur aux expat’. C’est une élite. Le plus souvent les expat’ ont une empregada (2 ou 3 fois par semaine) qui fait aussi office de baba. Pour info mon empregada me coûte 65 R$/j + le transport 14 R$/j.

Est-il facile de se repérer dans Belo Horizonte ?

La ville a beau être la 3ème ville du Brésil, le centre n’est pas très grand. Evidemment mieux vaut s’équiper d’un GPS. Les quartiers où nous vivons (logement, école, commerces, loisirs...) sont assez restreints. Donc nous finissons vite par connaître nos itinéraires.

 

La conduite est elle aisée ?

Non. Peu de respect de la signalisation et difficile de tourner à gauche.
La circulation est très dense et la conduite très très dangereuse. Il est classique de doubler à droite, de slalomer, de conduire sans clignotants (ils sortent leur bras par la fenêtre pour indiquer la direction dans laquelle ils vont tourner). Le plus dangereux sont le mauvais état des routes et les obstacles qui peuvent rester sur une route plusieurs jours.

 

Y-a-t-il des problèmes de sécurité ?

Eviter les maisons isolées et le quartier nord de la ville.
Il y a des règles de sécurité à apprendre et à respecter. Si on fait attention à ne pas attirer l’attention et si on ne prend pas de risque inutile on a une vie normale.

 

Le climat est-il dans son ensemble agréable ou non ?

En ce moment il pleut, sinon climat globalement agréable.
Difficile de dire quand le climat est agréable. En été il pleut beaucoup (de décembre à mars) et de juin à septembre il fait froid.

Les enfants :

Les écoles :
Les enfants français sont scolarisés à EABH (école américaine). Ecole canadienne Maple Bear pour les petits jusqu’à 7 ans. Bonnes écoles brésiliennes avec démarrage des cours en février. Il existe du ramassage scolaire, mais ce n’est pas donné.
Je recommande l’EABH, école américaine. Mais absolument pas Mapple Bear, l’école Canadienne. Je l’a déconseille car les effectifs sont plus que restreints et c’est très difficile pour les enfants de s’y faire des amis (quand on est que 4 du même âge...). Il y a d’excellentes écoles privées brésiliennes (les Maristes, Sto Agustino). Ils n’ont école que la 1/2 journées. Les parents choisissent le matin ou l’après-midi.

 

Les activités extra-scolaires
Il faut prendre une action dans un club de sport.
Les activités scolaires peuvent être faites au sein de l’école (EABH ou écoles brésiliennes) ou de manière privées dans son condo (par exemple à Retiro das Pedras ou Morro de Chapeu les prof viennent donner des leçons de natation, tennis, foot, danse etc....). Pour ceux qui choisissent d’habiter à BH vont au Minas Tennis Club, Club privé dont il faut acquérir une part. Très cher et sélect mais le plus beau.

Les relations avec les petits brésiliens.
Sans problème. Il y a d’ailleurs beaucoup de brésiliens à l’école américaine. C’est par contre plus compliqué avec les parents. Ils savent que nous ne sommes que de passage (pour 4 ou 5 ans au plus) et donc ne cherchent pas du tout à tisser des liens avec les expat.

En gros que recommandez-vous pour que les enfants s’adaptent le mieux possible.
Qu’ils apprennent le portugais rapidement.
Les inscrire le plus rapidement dans des activités extra scolaires (même si pendant c’est une période transitoire où vous loger à l’hôtel). Cela crée une routine qui est rassurante. L’apprentissage du portugais est important mais pour nos enfants par exemple qui sont à l’EABH c’est l’acquisition de l’anglais qui est plus fondamentale.

Les contacts avec les autres femmes, expatriées ou non ?

Rencontres aisées avec les quelques familles expatriées fréquentant l’école.
Les brésiliennes ne sont pas ouvertes à se lier d’amitié avec des expat. Cela reste des bonnes relations d’école (on se voit au sein de l’association des parents d’élèves ou si nos enfants sont amis mais sans plus). En revanche les amitiés se font au sein de la communauté d’expatriés internationale rencontrée à l’EABH. Mes amies sont françaises mais surtout indiennes, mexicaine, chiliennes, japonaises... Mais tout le monde a choisi de loger dans des lieux différents. Personne n’est regroupé donc nous vivons un peu notre vie chacune de notre côté. Il n’y a pas de communauté française très soudée.

 

Quelles sont les activités pour vous ?

Dans le condo de Retiro das Pedras je fais du tennis, de la gym. Il y a une offre très importante pour le sport (pilates etc...). C’est très facile d’accès. La vie culturelle est aussi intéressante. Plus qu’on ne l’imaginait. Mais évidemment ce n’est pas Paris. Les week-ends sont plus tournées vers le plein air (rando à pied ou à cheval, arrêt baignade dans des cascades...). La vie est un peu moins culturelle.

 

Comment faites-vous les courses ?

C’est parfait. La grande surface de meilleure qualité est EXTRA, une filiale de Casino. Il y a aussi une épicerie de luxe, Verdemar, où nous trouvons de la boulangerie/viennoiserie de qualité. Mais Verdemar reste cher... La baguette (qui se paie au poids) coûte à peu près 3 euros.

 

Est-il facile de partir en week-end ?

C’est certainement LE point fort de BH. Des expat font justement le choix d’un appartement en ville un peu moins cher, pour se garder plus de budget pour partir quasiment tous les week-ends. Ici la campagne est belle donc c’est rando à pied ou cheval, baignade dans les cascades et nuit dans une poussada. Il y en a de très belles, chères et luxueuses (avec piscine chauffée, jacuzzi et SPA) comme des plus simples.
Rio n’est qu’à 1h d’avion donc il est très facile d’y aller pour le week-end. Sinon nous filons à 2 ou 3 h d’avion vers la sublime côte brésilienne et ses plages de rêve. C’est le point important de l’expat : la vie étant très chère il faut bien calculer son budget pour avoir de quoi faire des week-ends et des voyages.

 

Qu’y a-t-il à visiter dans les environs ?

Les villes coloniales d’Ouro Preto, Marianna et Diamantina sont classées au Patrimoine de l’Unesco. Le parc National de la Serra do Cipo. Tiradentes, ville d’où est partie le mouvement libérateur des esclaves et de l’indépendance du Brésil

 

Qu’est-ce qui vous surprend le plus dans les mentalités, les habitudes culturelles du pays ?

Les brésiliens aiment faire la fête. Le carnaval commence.
Ils sont très "show off" et aiment beaucoup montrer qu’ils ont de l’argent... Côté travail, ce ne sont pas des stressés du boulot... Pour les "nerveux" c’est assez thérapeutique ! C’est quand même un pays très "américanisé" : les samedis au Centre Commercial et le culte du corps...

Si vous partez bientôt, n’hésitez pas à contacter Carole B. via l’annuaire des expats !

 

Femmexpat vous conseille de lire :

Quelle femme expat êtes vous ?

Le bénévolat à l'honneur : témoignages croisés avec SFB à Rio

Le violon dans les favelas de Rio de Janeiro

« As Cordinhas de UERE » : Le violon dans les Favelas de Rio de Janeiro


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !