Connexion en tant que membre

Amérique du nord Etats-Unis Ma destination

CHARLOTTE (NC) ET LES « SOUTHERN STATES »


 

C’est moi, Charlotte !

Et oui, avec un tel prénom, j’étais prédestinée à vous parler de ma nouvelle ville d’adoption, Charlotte, la “Queen city” de la Caroline du Nord. Pourquoi Queen ??... Je vous laisse chercher.

Voilà bientôt 11 ans que je suis aux USA. Mon mari (américain) et moi-même avons pas mal vadrouillé, depuis notre “Kodak Moment” à Budapest. Après la Hongrie, la Pologne, il y eut Syracuse dans l’état de New York, la Californie du côté de Los Angeles, et enfin nous avons franchi la frontière des “Southern States” : Louisville, Kentucky, Winston-Salem en Caroline du Nord, puis Jackson, Tennessee, et enfin, nous voici installés à Charlotte.

Que sont donc les « Southern States » ?Et bien, d’après une expression qui date largement de la guerre de sécession américaine (1861-1865), les Etats du « Grand Sud » englobent les états de Kentucky, Tennessee, Georgie, Carolines du Sud et du Nord, Virginie, Floride, voire même le Texas. Attention ! être du Sud, c’est aussi une étiquette qui vous colle à la peau. Même si la guerre civile est terminée depuis des lustres (relisez ou revisionnez “Autant en emporte le Vent” de Margaret Mitchell), c’est encore ancré dans les esprits, et ma foi, il n’est pas rare de voir les drapeaux sécessionnistes battre au vent, derrière les granges, ou affichés sur le pare-choc d’un gros 4x4. Je me souviens de Rodney, un collègue américain, qui se plaignait d’être toujours traité de Yankee, car originaire du Massachussetts, et cela après 25 longues années de vie en Caroline du Nord. Fort heureusement, mon mari étant de Californie, nous sommes épargnés de tels qualificatifs. La Californie n’ayant pas participé à la guerre civile, elle est considérée comme neutre !

Charlotte, c’est aussi “on dirait le Sud” à la manière de Nino Ferrer. Bien sûr il y a l’accent, certes plus prononcé dans les campagnes. Mon mari et moi-même n’avions rien compris aux charmants couples de retraités qui nous avaient aidés à déballer notre vaisselle à Winston-salem : un vrai patois local. Comme mes enfants étaient en crèche locale, ils ont rapidement pris les intonations locales, les fautes de grammaire locales incluses, avec “Y’a all “ ou “hey guys” à tout bout de champ. Bref, je m’y suis rapidement adaptée. Toutefois un mot m’a titillé pendant bien longtemps, car je n’arrivais pas à saisir son sens : “pocketbook”. Mes collègues de travail m’ont gentiment fait tourner en bourrique, pendant plusieurs déjeuners à la cafeteria. Et non, ce n’est pas livre de poche, mais bien un mot local pour dire sac à main !!

Les « Southern States », c’est aussi la « Bible Belt » (ceinture de la Bible). Ici 85% des américains sont chrétiens. D’ailleurs, il est de bon ton d’appartenir à une communauté religieuse. Le choix de religion est vaste. Cela va de catholique à évangéliste, luthérien, anglican, adventiste du septième jour, Savior our Christ, jusqu’aux témoins de Jéhovah (qui ont sonné à ma porte, il y a à peine deux jours). Bref, il y en a vraiment pour tous les goûts. D’ailleurs, dès que les présentations avec les nouveaux voisins sont faites, il n’est pas rare de préciser d’emblée la communauté religieuse où votre famille se rend chaque semaine. Quand on débarque de France, ce côté religieux très présent dans la vie de tous les jours peut sembler inhabituel, voire un peu choquant. En effet, la religion occupe une très grande place dans la vie des américains de manière générale, mais surtout au sud. Il faut juste en être conscient.
Hormis le fait que les églises soient des lieux de culte, elles jouent également un rôle social très important. Par exemple, elles proposent des services de crèches à bon prix, des cours d’anglais gratuits, des clubs de gym, des groupes de soutien scolaire, des programmes de volontariat (très demandés aux USA), et même des « Bible-school summer camps » pour les enfants. Nos belles cathédrales gothiques font bien piètres figures à côté de ces immenses bâtiments modernes avec garderie, bibliothèque, gymnase et autres structures. Bref, ce sont de véritables lieux de rencontre !

De plus, les « Southern States », c’est aussi cette légendaire hospitalité. Les gens sont toujours souriants, agréables et surtout positifs. On vous sourit spontanément dans la rue, on vous fait un salut de la main du volant de sa voiture lorsque vous traversez votre quartier, même si on ne vous connaît pas. Même les enfants et les adolescents agissent de la sorte. Je vous assure que c’est très appréciable ! Enfin, être du sud c’est bien sûr être appelé Miss Charlotte (c’est moi) ou Mr Mike (mon mari). Les enseignantes sont forcément appelées, par les élèves et leurs parents, Miss Sarah (prénom) ou Miss Grimm (nom de famille), quelque soit leur statut marital. Voilà une coutume que j’ai facilement adoptée, car c’est une façon bien agréable de communiquer pour tous.

Bref, on dit Charlotte, ville du Sud, mais c’est surtout une ville à taille moyenne, cosmopolite, étudiante (Community College et Université), culturellement riche, où l’on s’intègre rapidement. J’espère bien rester dans la « Queen City » pour un bon bout de temps. Personnellement, après tant de déménagements, c’est la ville américaine où je me sens le plus à l’aise.

Ecrit par .... Charlotte Hangyas  !


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

Prochains événements

  1. 25/11 – Café Expat « Vivre les moments forts à distance » (en virtuel)

    novembre 25 @ 16 h 00 min - 17 h 30 min UTC+1
  2. 01/12 – Café Expat Couple Binational et Interculturel (virtuel)

    décembre 1 @ 13 h 00 min - 14 h 30 min UTC+1
  3. 02/12- Conférence Online Etudes Post Bac France

    décembre 2 @ 16 h 00 min - 17 h 30 min UTC+1

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !