Connexion en tant que membre

Allemagne Ma destination Munich

Vivre à Munich, capitale de la Bavière


MUNICHJe suis arrivée à Munich en février 2015 pour rejoindre mon mari qui y travaillait depuis un an. En plein hiver, j’ai songé que je ne résisterais pas à autant de neige et de telles températures ! Mais le printemps est vite arrivé et avec lui les belles après-midi ensoleillées à se promener dans l’Englischer Garten, boire un verre dans un Biergarten ou faire du shopping dans la vieille ville. Munich est une ville agréable et propre. Et point non négligeable : on s’y sent en sécurité.

Pouvez-vous situer et décrire la ville et la région proche ?

Munich est la plus grande ville du Sud de l’Allemagne. Je la décrirais comme une ville de province jeune et dynamique. « De province » car c’est une ville calme, loin de l’ambiance survoltée et stressée de Paris. Mais les nombreuses entreprises attirent des jeunes de toute l’Allemagne et d’Europe.

La ville abrite l’un des plus grands parcs urbains du monde, l’Englischer Garten. On peut y faire des balades à pied, à vélo, mais également en calèche. On se baigne dans les cours d’eau qui le traversent et certains y pratiquent même le surf !

Munich est la capitale de la Bavière. A une heure de route, vous avez accès à de nombreuses petites villes à visiter mais également aux Alpes pour faire de la randonnée en été et du ski en hiver. Depuis Munich, on voyage facilement vers l’Italie, l’Autriche, la Suisse et tous les pays de l’Est qui sont de plus en plus prisés par les touristes (Croatie, Slovénie, République Tchèque,…)

Quelles sont les bonnes infos que vous pourriez donner ?

Concernant le logement, il fait bon vivre dans tous les quartiers ! Il n’y a pas vraiment de mauvais quartier à Munich. Les Français privilégient les quartiers de Giesing, Sendling et Laim en raison de la proximité avec l’école française. Le quartier de Schwabing est très prisé aussi, dans un style plus « bobo ».

On peut très bien vivre à Munich sans voiture. Le réseau de transports en commun y est très développé et efficace. Il est facile de louer une voiture pour quelques heures.  Les grands axes sont encombrés aux heures de pointe mais ce n’est pas insurmontable. A la différence d’autres grandes villes européennes, les embouteillages allemands sont moins… stressants. Grâce à l’organisation des Allemands et au système de la tirette, bien respecté par les automobilistes.

On trouve presque tous les produits français, soit dans les supermarchés (Edeka, Rewe, Real, Tengelmann, Marktkauf,…), soit dans les épiceries, notamment les épiceries françaises.  Il existe également de nombreuses boulangeries françaises à Munich. Il est également possible de commander ses courses alimentaires par internet et de les recevoir à la maison (même au 5e étage !).

Le système scolaire
  • 0-3 ans : Kinderkrippe – C’est l’équivalent de la crèche. Il en existe des francophones ou franco-allemandes. Il est préférable de s’y prendre à l’avance afin d’avoir une place. Surtout si on souhaite une crèche publique. Il faut savoir que contrairement à la France, il est rare qu’un enfant entre à la crèche avant ses 12 mois en Allemagne.
  • 3-6 ans : Kindergarten – On pourrait le traduire par « maternelle » mais c’est vraiment différent. Dans une structure allemande, le Kindergarten est un prolongement de la crèche. Le « jeu libre » y est privilégié. Les initiatives franco-allemandes font généralement un mélange des systèmes allemands et français, avec un peu d’apprentissage et du jeu libre. Pour retrouver le système français, il faut mettre l’enfant au lycée Jean Renoir.
  • 6-10 ans : Grundschule – Il s’agit de l’école primaire. L’entrée à l’école primaire est un jour très important pour les enfants et s’accompagne d’une fête.
  • 10 ans et plus: A 10 ans, les enfants intégrés dans le système allemand font un test qui détermine leur orientation scolaire pour la suite de leur étude. En fonction des résultats du test, ils sont dirigés vers le Gymnasium, la Mittelschule ou la Realschule, déterminant s’ils poursuivent des études « professionalisantes » ou généralistes.

Bon à savoir : l’école termine à 12 heures ou 14 heures, selon que l’horaire soit réparti sur 6 ou 5 jours par semaine. La majorité des écoles propose des activités extra-scolaires après les heures de cours.

Loisirs, sports, activités le week-end

Il y a une vie culturelle très riche, de nombreux spectacles et concerts. Environ trois fois par an, une pièce de théâtre en français est jouée. Certains cinémas proposent des films en VO. Il y a même un cinéma « drive » où on va avec sa voiture et des cinémas en plein air dans les parcs en été. Il y a énormément d’infrastructures sportives et certains clubs sont francophones. Pour les enfants, qui sont rois à Munich, les activités ne manquent pas.

Existe-t-il des réseaux localement où rencontrer des français ou des expatriés ?
Avez-vous cherché à travailler. Est-ce possible, facile ?

Je me suis lancée comme indépendante assez rapidement et je n’ai pas cherché d’emploi salarié. Pour être salarié, il y a de nombreuses entreprises à Munich, notamment des entreprises françaises et également l’Office Européen des Brevets. Il est donc possible de trouver du travail, mais il me semble nécessaire de parler au moins un peu l’allemand.

Vos recommandations à une future expat ?

Munich est l’une des meilleures villes pour s’expatrier, en particulier si vous avez des enfants. Dès que vous êtes arrivée,  il faut vite prendre contact avec la communauté francophone de la ville. En effet, elle est très dynamique et fera tout pour vous aider et vous renseigner, que ce soit pour votre vie quotidienne ou pour trouver un travail.

Par Anne Beckers,

rédactrice en chef du quotidien en ligne Lepetitjournal.com, édition de Munich.

FemmExpat vous conseille de lire aussi :

Munich en Bavière, les conseils d’une expatriée

Munich, à savoir avant de partir


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !