Connexion en tant que membre

Contextes politiques Grande-Bretagne Les billets d'humeur

BREXIT : un divorce douloureux


Ce « sad sad day », comme disent certains anglais, est arrivé. J’étais à Londres, ce jour-là. Le jour du divorce de Mr UEUK et de Mme UE. D’ailleurs Mr UEUK, a changé son nom. Refusant de porter le nom de son ex, il se fait appeler Mr Brexit. Les amis de Mr Brexit étaient en liesse, on entendait bien les feux d’artifice près de Westminster. Ceux qui n’étaient pas vraiment favorables au divorce de Mr UEUK et Mme UE, qui se disaient qu’ils auraient pu faire un effort, et redisent en boucle : « This is a sad sad day ». 

Comment un mariage qui avait si bien commencé, s’est-il ainsi dégradé? Etaient-ils vraiment faits l’un pour l’autre ?

 

Un début de mariage prometteur 

Au début de leur mariage en 1973, tout allait bien. Mr Brexit s’appelait comme Mme EU, il était Mr UEUK. Il rejoignait avec ses comparses britanniques un grand marché économique. Cela lui procurait beaucoup d’enthousiasme. Le mariage fonctionnait. Pourtant, de fil en aiguille, sans avoir eu son mot à dire, la belle épouse a pris des allures d'union politique.

La communication avec Mme UE commençait à devenir difficile... Mme EU voulait diverses choses que Mr UEUK ne voyait pas d’un bon oeil. Dans ce mariage, Mr UEUK a commencé à trouver que tout cela ne lui convenait guère. A partir de là, les avis entre Mr UEUK et Mme UE ont commencé à diverger. Les tensions ont eu tendance à se multiplier.

 

Mme UE a ramené trop de monde à la maison

Mr UEUK a très vite reproché à Mme UE d’ouvrir ses portes à tous les ressortissants de ses pays membres, et donc de venir gonfler l’immigration chez lui. Beaucoup d’amis de Mme UE, viennent tranquillement s’installer chez Mr UEUK. Cela commence à le contrarier sérieusement. Il ne peut rien y faire, Mme UE y tient absolument.

Alors l’idée de se séparer de Mme UE s'insinua. En célibataire, il pourrait filtrer les personnes dont il souhaite la présence sur son sol et enfin reprendre le contrôle de la situation.

 

Mr UEUK se sent dévalorisé par Mme UE 

70% des textes de lois applicables proviennent de Mme UE. Selon Mr UEUK, elle décide de tout et se mêle de tout. Il voudrait pouvoir lui dire non, mettre son droit de veto sur ses décisions. Mais c’est impossible. C’est sa souveraineté qui est mise à mal. Monsieur UEUK se dit qu’en divorçant de Mme UE, son Parlement de Westminster qui lui est si cher, retrouverait sa toute-puissance.

Avec le temps, Mr UEUK vit de plus en plus mal les défauts de son épouse. Il s'agace des décisions politiques issues de consensus à Vingt-Huit. Il ne supporte plus la suprématie de la Cour de justice européenne ou de la Cour européenne des droits de l'homme sur les tribunaux britanniques. Quant à l'idée d'une politique étrangère ou, pire, d'une défense commune, cela lui donne des frissons. Mr UEUK déteste profondément qu’on lui dicte sa loi.

 

Mr UEUK se sent à l’étroit avec Mme UE

Au début du mariage, il lui semblait que ce dernier serait bon pour son expansion économique. Mais Mme UE l’empêche de commercer avec certains pays, et pour ça Mr UEUK lui en veut.

Les patrons de petites et moyennes entreprises de Mr UEUK se plaignent des entraves des normes et régulations imposées par Mme UE sur leur liberté d'entreprendre. Les agriculteurs, les pêcheurs souffrent de restrictions depuis que Mme UE s’en est mêlée. Même les médecins hospitaliers, les banquiers, en venaient à récriminer contre elle. Tout cela ne convient pas du tout à Mr UEUK qui, par nature, est un farouche partisan de sa liberté.

 

Mr UEUK donne trop d’argent à Mme UE

Il la trouve un peu dispendieuse. Imaginez qu'il doit lui verser chaque année une contribution de 11 milliards d’euros! Et ça il a de plus en plus de mal à lâcher les cordons de la bourse pour elle. Au moment de la crise en Grèce, elle lui a demandé une rallonge...

Alors il a dit NIET ! Enough is enough ! Mr UEUK aime savoir où part son argent, et surtout se demande si celui qu’il donne à Mme UE ne ferait pas mieux de rester dans son escarcelle.

 

Et donc on n’a pu éviter le divorce entre Mr UEUK et Mme UE

En 2016, Mr UEUK, a fait savoir, avec le soutien de beaucoup d’amis, qu’il demandait le divorce à Mme UE. S’en sont suivies des années de négociations, de reports de date, de tergiversations. Mr UEUK proposait des deals à Mme UE, qu’elle n’acceptait pas. L'époux en colère a finalement trouvé un avocat efficace qui n'a pas fait dans la dentelle, et qui l’a défendu bec et ongle : Mr Boris.

Mr Boris qui n’aime pas Mme UE  a tranché: le divorce se tiendra le 30 Janvier, point final. Et Mr UEUK s’appellera désormais Mr Brexit

De nombreux amis de Madame EU avaient été accueillis du temps de Mr « UEUK ». Ils trouvent que maintenant qu’il est devenu Mr Brexit, il est nettement moins sympa qu’avant ! Pour le business avec Mme UE ça va devenir un peu plus compliqué. Certains, pour leur statut personnel, prennent la nationalité de Mr Brexit, et se fondent dans la masse.

Mr Brexit a retrouvé sa liberté, sa souveraineté, sa suprématie internationale, son insularité si chèrement préservée !

 

Les amis de Mme UE et de Mr Brexit sont tristes et inquiets

Madame UEFR, très proche de Mme UE est vraiment désolée de ce divorce. Elle avait d’excellentes relations avec Mr UEUK, et 300 000 de ses enfants, vivaient chez lui, c’est dire ! Aujourd’hui, elle se demande ce que Mr Brexit va faire de ses enfants ? 

J’en connais certains qui restent contrariés par ce divorce, qui songent à revenir chez Mme UEFR. D’autres prennent la nationalité de Mr Brexit pour simplifier les choses. Ceux qui veulent rester et qui n’ont pas pris la nationalité ont un an pour obtenir un certificat de résidence. Alors pour ceux qui sont arrivés il y a moins de 5 ans, c’est le « pre-settled status » et pour ceux qui sont là depuis plus de 5 ans c’est le « settled status ».

Mme UEFR est plutôt rassurée sur le sort de ses enfants, mais pas complètement car elle sent bien que Mr Brexit est à l’affût pour tous ceux qui font encore du business avec Mme UE. Il va les taxer, ça c’est sûr !

 

Voici donc une page de l’histoire qui se tourne. La mariée était belle et avenante, le Prince UK fondait des espoirs dans cette union qui a vite tourné au cafouillage. Mais dans le pays de Mr Brexit, on a du mal avec les princesses trop belles, trop rebelles, non !

 

bouton Abonnement NL FXP- 350x150

 

Sabine David a fondé Expat Communication avec sa complice d'expatriation, Corinne Tucoulat, et a créé en 2001 le site  femmexpat.com. Aujourd'hui, Sabine conseille le pôle Network d'Expat Communication qui regroupe notamment FemmExpat et Expat Value. Elle voyage aussi beaucoup pour voir sa famille all over the world !

 

 

 

FemmExpat vous conseille de lire aussi :

Brexit : ça y est, cette fois c’est sûr, on rentre !

Brexit vu de Londres : « la fête est finie »


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !