Connexion en tant que membre

Europe Kosovo Ma destination

Pristina : santé, alimentation, animaux


Kosovo SantéMédical

C’est peut–être le point le plus délicat de l’expatriation au Kosovo.

Médecins : Si le pays commence à essayer de développer le tourisme médical, notamment concernant les soins dentaires, le système de santé est ici peu, voire pas fiable, et ce aussi bien dans les provinces qu’à Pristina.

La formation des médecins n’est pas garantie.

Hôpital : Mieux vaut éviter de se faire hospitaliser sur place. Envisager plutôt un rapatriement pour tout ce qui est opération, ou à défaut, privilégier, selon le type de pathologie et le degré d’urgence,  certaines cliniques à Skopjë en Macédoine. Ces établissements, à 2 h de route environ, sont ceux qui se rapprochent le plus des standards européens.

La souscription à un contrat de rapatriement sanitaire de type Mondial Assistance me semble recommandé.

Les soins sur place et les frais d’analyses médicales ne sont pas très chers.

Le traitement sur place de maladies chroniques type asthme, thyroïde, … est très difficile.

Pharmacie : là encore la confiance n’est pas grande. Mieux vaut prévoir de quoi couvrir les besoins de base avant de partir.

Vaccination : Il n’y a pas besoin de vaccination spécifique pour venir au Kosovo. Pour un séjour long terme, il peut être recommandé, en plus des vaccins obligatoires en France (DT Polio) d’être vacciné contre : Hépatite A, Hépatite B, Typhoïde, Méningite, Encéphalite de la tique

Eau : Si le Kosovo possède de nombreuses rivières et pourrait être largement auto-suffisant en eau, le réseau d’eau domestique ne délivre pas d’eau potable. Probablement par manque d’infrastructure d’épuration. Par ailleurs, nous l’avons déjà vu, le respect de l’environnement d’une manière générale et par conséquent la propreté des cours d’eau en particulier est loin des standards que nous connaissons en France ou dans d’autres pays européens. La pollution des cours d’eau est manifeste, les berges étant jonchées de divers détritus de toutes natures.

S’il est possible de se laver, y compris de se brosser les dents avec l’eau courante, il n’est pas recommandé de la boire. Tous les supermarchés proposent donc une offre assez vaste d’eau en bouteilles ou en bonbonnes. L’une des eaux en bouteille les plus répandues est la « Rugova », du nom des gorges près de Peja/Peç, dans laquelle se trouve l’usine de production.

A noter que les gorges de Rugova sont impressionnantes et présentent un intérêt touristique indéniable. L’hiver n’est pas la meilleure période pour les voir, sauf pour les cascades de glace. Mais printemps, été et même début de l’automne permettent de profiter au mieux de ce paysage de montagne.

Enfin, du fait du climat continental sec en été, si l’hiver n’a pas été assez pluvieux faiblement enneigé, les risques de sécheresse sont importants. Cela peut conduire à des pénuries d’eau en été. De la même manière que pour l’électricité, des coupures d’eau peuvent survenir. De nombreux logements sont équipés de cuves de sécurité. Il est d’ailleurs actuellement encore recommandé de choisir un logement équipé. La fréquence et la durée des coupures est là encore fonction des quartiers.

Alimentation : On trouve quasiment de tout au Kosovo, à l’exception de quelques produits tels que lardons, amandes en poudre, pâtes à tarte (depuis quelques mois, un supermarché en propose de temps en temps). Il peut aussi être difficile de trouver de la moutarde sans condiments.

Côté fruits et légumes, ils sont présents en quantité et peu chers. Notamment les poivrons, oignons, tomates, concombres, aubergines, courgettes, et carottes pour les légumes. On en trouve toute l’année, même en hiver. Beaucoup d’épinards frais également sur les étals. Question salades, si on trouve de la roquette en abondance, la mâche est beaucoup plus rare et les endives inexistantes. Les laitues et autres batavias sont aussi présentent sur les étals. Concernant les fruits, il est aisé de trouver des pommes, poires, kiwis, oranges, mangues, pamplemousses, clémentines, bananes et même fraises. D’une manière générale, il faut les consommer assez rapidement car ils sont vendus plutôt mûrs (ce qui est un réel avantage pour le goût !)

Il n’est pas recommandé de consommer des produits surgelés. En effet, la chaîne de froid n’est pas souvent garantie (on a même vu, en bordure de route, 4 congélateurs fonctionner en alternance à partir d’un seul groupe électrogène !)

On trouve également du très bon poisson en provenance d’Albanie et du Monténégro.

Côté viande, ce sont surtout le poulet et le veau qui sont consommés.

Il est également rare de terminer un repas, même au restaurant par un dessert. En général, les repas se terminent par un café ou un raki après le plat principal.

Les restaurants offrent fréquemment en « amuse – bouche » du pain pita tiède à tremper dans une sorte de tadziki local (fromage blanc agrémenté de concombre, ail, poivron, …).

Il existe aussi des spécialités locales :

  • Byrek : sortes de feuilletés, farcis à la viande, aux légumes ou au fromage
  • Qebap : kebab local. Petites saucisses ou galettes de viande hachée servies avec un pain pita, des poivrons piquants (voire très piquants) et un yaourt. Le tout accompagné de chou émincé.
  • Djath : Fromage au lait de vache façon feta. Très répandu, il entre dans la composition de nombreux plats. Souvent râpé avec concombres et tomates en salade.
  • Trileqe : l’un des rares desserts que l’on peut trouver. Une sorte de génoise imbibée de lait et recouverte de caramel. Un peu sucré mais agréable à manger.
  • Baklava : fines feuilles de pâte superposées farcies aux noix concassées. Le tout recouvert de miel
  • Miel : de nombreuses ruches jalonnent le pays. Le miel remplace ici le sucre pour sucrer le thé notamment.
  • Raki : un alcool à base de raisin servi un peu partout. Il s’agit de l’apéritif /digestif local.
  • Peç : nom local du poivron. On en trouve sous toutes ses formes : vert, rouge, jaune, doux, piquant, pimenté. C’est un ingrédient de base de la cuisine kosovare. En purée, il est appelé Ajvar. On le tartine alors sur du pain pita. Il est également servi grillé dans les qebaptores. On trouve également différentes sortes de conserves de poivrons.

Eau : Nous l’avons vu précédemment, il est fortement recommandé de boire de l’eau en bouteille, et même de cuisiner avec de l’eau en bouteille (cuisson du riz et des pâtes, café, thé, …)

Animaux :

Pour voyager avec un animal domestique, il est nécessaire qu’il soit à jour de vaccination et qu’il ait un passeport. Il existe de nombreux vétérinaires et boutiques d’alimentation pour animaux. Il semble que cela soit relativement cher.

Les analyses réalisées au Kosovo ne sont pas nécessairement reconnues par l’UE, ce qui peut poser des problèmes pour voyager.

De nombreux chiens et chats errants vivent en ville. Des campagnes de vaccination, stérilisation sont réalisées périodiquement. Il convient cependant de rester prudent vis-à-vis de ces animaux, notamment en hiver quand la nourriture se fait plus rare. Ils peuvent devenir agressifs et agir en meute.

Par Hélène

--

FemmExpat vous recommande la lecture des articles suivants :

- Pristina : scolarisation, réseaux, loisirs

- Premiers pas à Pristina, Kosovo

- Kosovo, à savoir avant de partir

- Kosovo, un peu d'histoire

- Vivre à Pristina, Kosovo

 


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !