Connexion en tant que membre

Europe Ma destination Malte

Expatriée à Malte


MalteSi on vous parle de "l’île de miel", comprenez Malte. Une île européenne à la croisée de l’histoire, en Méditerranée, à trois heures de Paris : franchement il y a pire, non ? Sophie, de Malte Accueil nous raconte.

 

Un choix motivé

Nous avons décidé de venir vivre à Malte car nous y étions venus plusieurs fois en vacances auparavant et la vie maltaise est un bon compromis entre la façon de vivre méditerranéenne que nous affectionnons et la vie à l’anglaise que nous connaissions. Une fois sur place, le plus dur était de trouver des petites choses pratiques de tous les jours, car il n’y a pas de grands centres commerciaux qui vendent de tout, c’est comme en France il y a 30 ans, beaucoup de petits commerces éparpillés ça et là. C’est formidable, la relation avec le commerçant est plus directe, mais au début il faut trouver ses repères.

 

Une île très peuplée et multiculturelle

L’île est toute petite, 24kms sur 14kms, mais très peuplée (413 000 habitants) et dense. La partie nord est construite et envahie par les touristes, le reste est plus sauvage, Gozo, la toute petite île jumelle est plus calme. Les maltais y vont passer le week-end. De partout pratiquement on voit la mer, au coin d’une route, d’un virage, il y a du bleu qui se confronte à la couleur de la pierre très présente. Les maltais sont des bâtisseurs, le passé surgit partout sous forme de remparts, d’églises, de tours de guet qui racontent une histoire riche en évènements. Malte a été convoitée par tous les pays, ce qui lui laisse une langue mélange de l’arabe, de l’italien, de l’espagnol et du français.

 

La vie sur l’île est douce, c’est le sud mais avec l’avantage de vivre à l’Européenne.

Pas de gros problème de sécurité, on peut rentrer seule le soir sans peur. Les maltais sont très accueillants et vous aident volontiers. Il est très facile de s’intégrer, il y a beaucoup d’étrangers, le contact est simple. Les inconvénients croissent avec l’été, beaucoup de touristes, grosse circulation, plus de temps pour se déplacer... La prise de conscience de l’environnement et de l’écologie émerge mais n’est pas encore vraiment intégrée.

 

Se loger

Le logement est facile à trouver, le parc immobilier est large et les locations sont meublées pour la plupart. Pas de garanties demandées, on paye 50% d’un loyer en frais d’agence, et un mois d’avance au propriétaire. On peut trouver des colocations tout aussi facilement. Les prix sont assez bas, tout dépend si on est au nord (plus cher) ou à l’extérieur des grandes villes. Avant de choisir son logement il est préférable de toujours voir où l’on va travailler, scolariser les enfants, avoir ses centres d’intérêt car les transports quotidiens peuvent prendre plus de temps que l’on imagine. La Valette, la capitale est une très belle ville classée au patrimoine par l’Unesco, mais pas très pratique pour y vivre (problème de parking, foule de touristes, pas de commerces...).

 

Circuler

Malte suit le système anglais, on roule à gauche avec des voitures conduite à droite. Le trafic étant très dense et les chaussées défoncées, il faut être prudent et vigilant quand on conduit une voiture, un deux roues ou qu’on est piéton. Il y a de gros bouchons. Côté transport en commun, il y a un réseau de bus qui quadrille l’île mais qui subit les mêmes conséquences...et des taxis.

 

Se nourrir

L’alimentation est distribuée par quelques supermarchés, plein de petits commerces de proximité et des camions, avec produits locaux(20%), italiens et anglais. Il y a des marchés. L’été est plus difficile, avec la chaleur les produits s’abiment vite et le choix est restreint. Il y a une bonne distribution de viande importée. Le pain est une des fiertés de l’île, le lapin la spécialité culinaire.

 

Pour les enfants

Le système scolaire est réparti entre écoles publiques, catholiques ou privées. Le niveau scolaire est correct. Les journées se terminent en début d’après midi et les activités artistiques et sportives se font ensuite. Les grandes vacances durent jusqu’en octobre à cause de la chaleur. Les enfants doivent emporter leur déjeuner, car il n’y a pas de restauration scolaire. Il n’y a pas de lycée français car la communauté française est trop petite.

 

Les loisirs

Le sport/les activités du WE : les sports de nautiques sont bien sûr les plus faciles à pratiquer, plongée, voile etc. Le plus simple restant la plage et la natation dans les criques et petites plages environnantes. Il y a un golf et un champ de course, les maltais adorant les chevaux. Ils sont passionnés de voitures anciennes et organisent des courses et évènements avec leurs véhicules chaque weekend. Les maltais sont très mélomanes, il y a beaucoup de concerts classiques, mais aussi des formations locales avec des fanfares. Chaque village organise des fêtes, des carnavals, des feux d’artifice... Le réseau artistique est assez développé avec des galeries, musées, expositions régulières.

 

Se soigner

Le système de santé est de bonne qualité avec un hôpital général et des cliniques locales, les pharmacies ont des cabinets de consultation de médecin généralistes ou spécialistes.

 

Les réseaux francophones

Il y a l’Ambassade et le Consulat, l’Alliance Française, un département français à l’université, une chambre de commerce franco-maltaise, Malte Accueil. La communauté française est petite et diversifiée. Il y a les jeunes qui viennent apprendre la langue, faire des stages ou jouer au poker. Des familles qui souvent ont été mutées et des retraités qui vivent au soleil en ayant un meilleur niveau de vie avec leur pension.

 

Mes conseils

Il fait bon vivre à Malte, il est facile de s’y intégrer, hormis la communauté maltaise, anglaise et française, je connais des suédois, des espagnols et même un croate...C’est un melting-pot culturel. On ne s’ennuie jamais car il y a plein de choses à faire dans tous les domaines. L’anglais est la seconde langue officielle après le maltais. Il est indispensable de le maîtriser si l’on pense venir vivre à Malte. L’emploi est difficile comme partout il ne faut pas rêver de trouver facilement quelque chose, les salaires sont bas, le Smig est de 4.50€ l’heure, la réalité peut être un choc. Il faut bien préparer son départ. Une quinzaine d’entreprises françaises sont implantées dans le pays, parmi lesquelles CMA-CGM (transport de conteneurs) et ST Microelectronics. A noter, l’installation à Malte de la première banque française (Natixis), et celle d’une importante société française d’assurances, ainsi que plusieurs sociétés de jeux en ligne à capitaux français et d’une antenne du CNRS.

Avec notre association Malte Accueil, nous échangeons nos expériences pour aider les nouveaux arrivants et les accueillir. Le contact entre les uns et les autres se fait amicalement et atténue les obstacles que l’on peut rencontrer lors d’une expatriation. Contactez-nous !

Sophie W.
Site internet : Malte Accueil

 

Femmexpat vous conseille de lire :

Le régime matrimonial à Malte

Malte Accueil

 

bouton Abonnement NL FXP- 350x150

 


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !