Connexion en tant que membre

Europe Grande-Bretagne L'interculturel Les Amis Ma destination Ma vie en expatriation Vie d'expat

MA COPINE ANGLAISE


Avec Juliet, on est toute pareille ... On a 24 ans, on travaille beaucoup, on sort beaucoup... On adore les chaussures, on aime beaucoup siroter des cocktails en se racontant notre vie... On vit dans une coloc’ londonienne hors de prix, avec au moins deux autres personnes, avec qui on est obligée de partager la salle de bain ! On adore se faire des petits brunchs entre copines, se prêter des fringues ou des sacs, regarder les jolis garçons...

... Sauf que !
Ma mère, qui est une « brit » m’avait prévenue quand je suis arrivée à Londres : « ma chérie, tu verras, les Anglaises sont très différentes ». C’est le moins qu’on puisse dire ! Juliet et moi avons des habitudes de vie très différentes...
Juliet, le vendredi à 17h30, elle file du boulot pour retrouver ses collègues au pub d’en bas. Pub dont elle ressort à la fermeture, littéralement à quatre pattes ! Elle ne comprend pas que je ne commande qu’une demi-pointe au bar. Moi je ne comprends pas qu’elle boive 4 pintes d’affilée ! Ma copine Juliet boit beaucoup, mais apparemment c’est normal, le week-end il faut décompresser. Bon, soit. Résultat, ma copine Juliet, elle a de longues jambes fines, et un sacré bidon. C’est parfait pour aller avec la mode des tuniques et des jeans skin, maintenant je comprends !
D’ailleurs, en parlant de mode, ma copine Juliet la suit à la lettre ! Si le Cosmo (ou Glamour) du mois dit qu’il faut absolument mettre le caban manche ¾ couleur moutarde de la saison, Juliet file chez Topshop, comme toutes ses copines, acheter un caban manches ¾ couleur moutarde. Résultat, les rues londoniennes prennent une « jolie » couleur... jaune moutarde. Elle n’hésite pas à mettre des couleurs flashy, des volumes, des longueurs très courtes, elle s’amuse tout en étant très fashionista. Parfois je lui suggère que la mode n’a pas toujours bon goût, et elle me répond « oui, mais toi, à t’habiller uniquement en noir ou en gris, tu crois que c’est mieux ? », et là je me dis que c’est vrai qu’ici au moins on peut s’habiller comme on veut et on est beaucoup moins complexé, c’est plus joyeux !
La semaine, Juliet est habillée comme un samedi soir, alors je peux vous dire que le samedi soir, ça en jette vraiment. C’est simple, Juliet est ses copines anglaises vont en boîte comme nous on s’habillerait au réveillon ! Minijupe sur jambes nues, débardeur à paillettes, stillettos, en plein mois de janvier ! Je vais enfin pouvoir oser porter mes petites robes, je serai toujours plus couverte ! N’empêche, je les comprends, parce qu’en Angleterre, une fille peut se promener dans la rue à toute heure de la nuit ou du jour, et personne ne viendra l’inquiéter. La drague, ça se passe dans les pubs, ou dans les clubs.
En parlant de boîte, ma copine Juliet nous met toujours sur la guestlist, sinon on n’entrera pas. Ici, il faut réserver au resto, réserver en boîte... Sinon on rentre piteusement chez soi ou on se retrouve dans un bar à Essex people dans Soho, quelle horreur ! Les Essex boys and girls (ou « chavs », un certain type de « beaufs ») sont une catégorie particulière de la population anglaise, ils vivent donc dans l’Essex, à côté de Londres, et rêvent de devenir star de la téléréalité, ou star tout court. Les filles se font des queues de cheval très serrées (le fameux « Croydon facelift », Croydon étant l’équivalent de Gentilly), portent des hauts très courts sur ventre rebondi, et mettent leurs jeans slims délavés dans des bottes blanches à bout pointu. Tout un poème... Avec Juliet, on s’amuse beaucoup à se moquer des Essex girls, en même temps si on me proposait de devenir une star, moi non plus je ne dirais pas non !!

Juliet, toutes les semaines elle s’achète au moins un tabloïd. Les « célébrités » à l’intérieur sont souvent des stars de la téléréalité, qui sont soit prises en photo par un paparazzi en sortant leur poubelle (pas top), soit dans un sublime photoreportage avec leur nouveau fiancé/bébé/appartement/nez (top). Moi, je ne connais pas vraiment toutes les personnes dans les tabloïds, mais Juliet, si. Il faut dire que la semaine, la tradition est « plateau télé devant Celebrity Big Brother ou Eastenders », donc un bon vieux soap opéra ou une émission de téléréalité ! Le top du top, c’est « soap star superstar », où des acteurs de soaps participent à « La Recherche de la Nouvelle Star », ça c’est vraiment génial... Juliet aime aussi beaucoup aller à la Tate Modern voir l’expo Gilbert & George, elle adore aller au théâtre ou au cinéma, mais c’est juste que la semaine, elle est trop crevée par le boulot. Et puis si on ne regarde pas toutes ces émissions, on va parler de quoi à la pause thé ? (eh oui, ici, c’est « tea break » !).

Ma copine Juliet, sa meilleure amie s’appelle Padmina. À Londres, quasiment tout le monde vient d’ailleurs ! Résultat on connaît souvent plus d’étrangers ou de personnes d’origine étrangère que des « vrais » Anglais. Comme partout, il faut un petit peu de temps avant d’être complètement intégré. En tant que Français c’est d’autant plus dur que la tentation est forte de rester entre nous, c’est tellement facile ici ! Le petit truc qui aide vraiment à s’intégrer, c’est de faire la fête avec les Anglais, pour les rassurer sur le fait que tu n’es pas « stuck up » (coincée). Un mal de tête n’est rien, quand on se fait plein d’amis !

Parfois, j’organise des dîners à la maison, et je vois bien que Juliet n’est pas habituée à ça. En Angleterre, on ne reçoit pas beaucoup chez soi, on se retrouve dans un bar à la mode, ou dans un restaurant, c’est moins fatigant. En plus, Juliet ne sait absolument pas cuisiner ! Le soir, elle passe au supermarché du coin, il ferme à 22h donc c’est pratique, et elle s’achète un plat cuisiné. Maintenant, c’est vrai qu’on peut trouver de tout : des currys thaïs, du risotto, des légumes vapeurs, des plats traditionnels... Tout est de bien meilleure qualité qu’il y a quelques années, donc pourquoi cuisiner soi-même ? Juliet s’achète aussi beaucoup de fruits, jus, céréales « organics », bio. Elle mange aussi plein de graines et de noix, parce que c’est très bon pour la santé. Je ne savais pas, mais comme c’est très bon tout court, je fais pareil. S’il fait beau, on va faire une mini pause dej’ dans un parc, et on sirote un « smoothie », il y en a partout. Sinon, on va dans un petit café prendre un « skinny capuccino », parce qu’on fait attention à notre ligne. Et un muffin aussi. Depuis que je suis arrivée, je n’ai pas bu un expresso classique, ici on boit des latte, des capuccino, ou encore des chai teas. C’est super bon !
Juliet prend rarement sa pause déjeuner en semaine. De toute façon, elle n’a pas le temps, et elle préfère partir plus tôt. Elle a une soupe qu’elle a achetée au supermarché, ou un plat cuisiné, ou un sandwich, qu’elle se prépare dans la cuisine du boulot. Tout le monde déjeune devant son ordinateur, en vitesse. Juliet bosse beaucoup, donc elle aime se faire plaisir le week-end. Elle va dans un spa se faire un massage ou un soin du visage, chez la manucure, chez le coiffeur. Juliet prend énormément soin de ses cheveux, elle a des mèches à entretenir, et tous les matins elle réajuste son brushing et se raidit les cheveux. Moi je n’en vois pas l’intérêt, de toute façon il va pleuvoir ! Heureusement, Juliet m’a appris à toujours avoir un mini parapluie dans mon sac, au cas où. Je comprends enfin la mode du maxi-sac !

Ma copine Juliet adore voyager. Avant d’entrer à la fac, elle a passé un an en Asie du Sud-est. En même temps, elle se sent très anglaise, et est très attachée à sa maison. Son rêve, c’est d’avoir une maison à la campagne près de Londres. L’idée de passer 2h dans les transports par jour ne lui pose pas de problème, de toute façon tout le monde le fait.
Juliet se moque parfois des Français, notamment quand je m’impatiente en faisant la queue. Les Anglais, eux, sont très patients, jamais ils ne penseraient à la griller, c’est d’ailleurs une des pires incivilités ! Tout comme dans l’escalator, où l’on est prié de se tenir à droite, et de ne pas bloquer ceux qui sont pressés, merci beaucoup.

Ma copine Juliet, même si je suis une « frog », commence à devenir une vraie bonne copine, je fume ma cigarette et elle boit sa bière, et c’est très bien comme ça.

Par Fleur du Pasquier - Londres

Femmexpat vous conseille de lire :

Mon premier mois à Londres

VIVRE A LONDRES

Simplement Londres, pour une installation réussie, tout simplement !

 


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

Évènements à ne pas manquer

Pas d'évènements prévus pour le moment.

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !