Connexion en tant que membre

Amérique du nord Ark. Etats-Unis Ma destination

Vivre à Little Rock, AR


Little-Rock-ARPour Karine, vivre à Little Rock n’est rien de moins qu’une grande chance. Tout lui plait, les gens, la nature, le rythme de vie, la VIE en somme. Du bonheur en branches comme les paysages qui entourent cette ville de l’Arkansas.

En famille ou amoureux de la nature, l’expatriation à Little Rock, quelle chance !

La décision de partir aux USA a pris environ ¼ de seconde. Avec mon mari, nous avions toujours voulu vivre une expérience à l‘étranger. Aussi, quand l’occasion s’est présentée, nous n’avons pas hésité.

C’est vrai, à l’annonce de la destination : « Little Rock » dans l’Arkansas, nous ne savions pas ce que nous allions trouver, mais lisez plutôt...

 

Dès que nous avons mis le pied à Little Rock, nous avons été marqué par la gentillesse et la politesse des habitants.

Dès que vous semblez hésiter ou perdue, vous trouverez toujours quelqu’un pour vous proposez son aide. En, plus ils "adorent" notre accent ! Alors il ne faut pas hésiter.

Ce que j’apprécie également c’est le côté pratique avec un grand P au quotidien : tout est facile d’accès, toujours une place pour se garer, pas d’embouteillages, des magasins ouverts tous les jours même le dimanche et certains d’entre eux 24/24. Ils ont vraiment le sens du service. Si un produit ne convient pas, il suffit de le rapporter, 3 mois pour rapporter un produit, incroyable, non ?! Et en plus vous êtes accueillis avec le sourire.

 

La nature, l’espace : encore une autre caractéristique de cet Etat.

Des parcs, très bien aménagés avec des toilettes toujours propres (quand on a des enfants en bas âges, c’est appréciable), des aires de pique-nique avec des barbecues. Le climat est également particulièrement propice aux activités extérieures, sauf peut être l’été où le thermomètre peut monter jusqu’à 47° (record atteint cet été), mais c’est 2 mois dans l’année.

 

Les rythmes des repas. Ce qui peut être au début choquant, est finalement une très bonne idée.

Ils semblent mieux vivre avec le soleil. C’est à dire, qu’ils vont dîner à 17h30, mais ils se lèvent très tôt. L’école commençant à 7h50, les enfants dînent à 18h30, pour pouvoir aller au lit vers 19h30 - 20h00 et c’est en fait une bonne chose.

 

Un autre point important, la sécurité.

Il y a quelques temps, Little Rock était une ville réputée très dangereuse. Mais depuis ces 10 dernières années, des mesures ont été prises par le maire et les habitants eux mêmes, et Little Rock est devenue une ville où on se sent bien. Je suis moins inquiète qu’en France, pour mes filles, mon sac à main, ma voiture ou encore ma maison.

Les prix sont relativement plus bas, comparés aux autres Etats, enfin sur la plupart des produits car si vous voulez vous alimenter à la Française, il vous en coutera environ 3 fois plus cher qu’un caddie à l’américaine, mais bien sûr, le vôtre est rempli de fruits, légumes, poissons...

 

L’alimentation, Aie !

A la maison, une fois que le choix est fait et que le budget est accepté, on mange correctement, mais par contre, il est plus difficile de trouver un bon restaurant comme nous avions l’habitude de trouver par chez nous. Ici, c’est du fast food et cela reste du fast food,, les assiettes sont pleines, on mange vite et on repart avec ses restes. Il y a 2 repas où les Arkansais prennent le temps de manger à table et ensemble ! (Dixit un Arkansais lui même), c’est à Thanksgiving et à Noël.

 

La voiture

L’obligation de prendre sa voiture est pesante. Il est impossible de faire ses courses à pieds, il n’y a même pas de trottoirs partout. Cependant, les gens sont calmes au volant, pas de klaxons, par d’insultes non plus, une conduite décontractée et des gestes amicaux régulièrement.

 

La religion

La religion est très marquée. Il est choquant pour un Arkansais de s’entendre dire que vous n’appartenez pas à une religion, pour eux, c’et tout simplement inimaginable.

 

Le système scolaire

Pour les enfants, nous avons opté pour une école privée non catholique et sans uniforme. Il n’y pas d’école française ou internationale dans l’Arkansas. Nous aimons beaucoup cette école et mes filles (4 ans et 6 ans) l’apprécient aussi. Elles s’y sentent bien, elle offre une diversité culturelle intéressante qui favorise l’ouverture d’esprit des enfants. Les classes comptent 12 élèves. Idéal, non ? et le mode d’éducation est basé sur l’encouragement et le développement de la confiance en soi et la responsabilisation.

Nous avons fait aussi le choix d’une tutrice américaine pour notre plus grande, qui intervient à l’école, une heure par jour en anglais. Cela permet d’accélérer sa compréhension de l’anglais et la lecture, car c’est du face à face. Après 4 mois, les filles comprennent bien et parlent, c’est rassurant pour elles et pour nous. Concernant le rythme scolaire, les enfants commencent à 7H50 et finissent à 15H00 et comme je ne travaille plus, je les récupère à 15h et après un goûter maison, on part pour les activités (danse, gym, chant...) qui sont très nombreuses et accessibles pour la plupart dès 3 ans, voir plus petits.

Ah oui, il faut aussi faire les devoirs de l’école américaine, certes, mais aussi les devoirs par correspondance pour le français et pas toujours facile de motiver !

 

Le logement

Le logement, grand sujet. Nous sommes restés près de 4 mois dans un appartement avec comme seules affaires, nos valises du départ. C’est long ! Vraiment long de ne pas vivre dans ses affaires. Moi qui me dit non matérialiste, je reconnais que le jour où j’ai pu enfin retrouver mon canapé, mes chaises, mon lit et toute ma cuisine, je me suis sentie bien. La vie d’expatriée pouvait enfin commencer !

J’ai visité pour être exact 32 maisons ! Elles sont ici mises à la vente, très peu en location et nous voulions louer. Le principal problème réside dans le fait que les américains n’entretiennent pas leur maison. En plus, faites en bois, elles vieillissent très mal et demandent souvent un bon rafraîchissement. Ils préfèrent donc vendre plutôt que louer et prendrent le risque de récupérer leur bien dans un mauvais état. La maison dans laquelle nous vivons est propre et récente, dans le quartier ouest de Little Rock (les nouvelles constructions). Nous l’avons trouvée grâce à une amie, qui connaissait une famille américaine dont la femme allait être mutée à Washington, donc nous avons fait affaire, le contrat est de 3 ans. Comme nous devons rester ici 5 ans, il nous faudra trouver une autre maison. La location, ici étant rare, les baux sont souvent d’un an, renouvelable ensuite tous les mois. Il arrive donc que le propriétaire annonce qu’à la fin du mois, il faut partir. Il est dans son droit.

 

Que faire le week-end :

Le week end, c’est très facile de s’évader et sans aller très loin. Il est très courant de louer, ce qu’ils appellent des "cabin" de chasseurs, qui ressemblent à nos chalets en bois mais très bien aménagées, avec tout le confort. On peut louer une cabine pour 4 et voir beaucoup plus. Les balades sont nombreuses et pour toute la famille. On peut aussi mettre les vélos sur la voiture et filer dans un des très beaux parcs à quelques minutes de la maison.

 

Les sorties / rencontres entre francophones :

Nous ne sommes jamais sortis autant que depuis que nous sommes à Little Rock, la communauté française est très conviviale. Elle est essentiellement constituée de français travaillant pour la même société. Il y a toujours une bonne raison pour se retrouver et faire la fête entre français chez les uns et les autres. Nous fêtons un départ, un anniversaire, Hallowen, Thanksgiving, Noël, la nouvelle année... La famille étant loin, nous passons les fêtes de famille entre nous. La communauté française s’entend bien, et c’est vraiment agréable de savoir qu’un coup de fil suffit pour se faire aider, ou partager un lunch avec les unes ou les autres.

Autre lieu de rencontre, le « french club ». C’est une association qui regroupe des français et des américains désireux de perfectionner leur français. Chaque mois, un adhérent reçoit le « French club » à la fortune du pot (potluck). Nous y passons toujours de très bons moments.

Je ne travaille pas pour le moment, c’était un choix et je ne le regrette pas, car l’installation demande du temps et les enfants ont besoin d’une présence pour les accompagner. Mais je pense retravailler dans quelques mois, déjà pour retrouver une vie active, rencontrer des personnes, perfectionner la langue et aussi préparer le retour en France qui exigera de retrouver un travail rémunéré. Mais une chose est sûre, c’est que quand on a goûté au plaisir de prendre son temps pour tout, être avec ses enfants, profiter de ces week end, il faudra se pousser.

 

Pour conclure, après quelques mois de vie à Little Rock..

Je suis très heureuse de notre décision. Toute la famille a pris ses marques, nous avons une vie sociale bien plus active et riche qu’en France, nous découvrons de fabuleux paysages, nous profitons beaucoup plus de nos week ends et de nos enfants.

Si j’avais deux conseils à donner à une future expatriée à Little Rock, c’est tout d’abord de prendre contact avec la communauté, qui peut accueillir et répondre aux questions d’ordre pratique.

Et ensuite, c’est de bénéficier de cette future expérience pour profiter la vie, qui est facile et sans stress, de sa famille, de la nature (faune, flore, paysage) et de faire des rencontres.

Karine NICOLAS

 

Femmexpat vous conseille de lire :

Vivre à Chicago en Illinois

Expat à Saint Louis, Missouri

Vivre à Kansas City, MO

Guide : Finding your feet in Chicago

 

 

bouton Abonnement NL FXP- 350x150


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !