Connexion en tant que membre

Europe L'interculturel Les Amis Ma destination Ma vie en expatriation Russie Vie d'expat

Ma copine russe


copine-russeMa copine russe se conjugue au pluriel : Lilya, Tatiana, Ekaterina ou Olga ont toutes contribué à mon intégration réussie en Russie. Grâce à elles, j’ai eu envie de connaître et de comprendre cette culture russe, de l’aimer aussi, à ma façon.

Femmes d’affaires, chefs d’entreprise ou employées, elles ont toutes - en dépit de leur individualité propre - des traits communs capables de mettre à mal mes préjugés. Une liste à la Prévert n’y suffirait pas, alors retenons les mythes les plus savoureux !

Mes copines russes appartiennent au genre féminin et le revendiquent. Contrairement à la France, où carrière et personnalité doivent souvent se conjuguer au masculin neutre, ici le genre féminin affirme haut et fort son existence. On porte en effet des robes ressemblant à s’y méprendre à des pullovers, des maquillages dignes de défilé, des coiffures parfaites 24 heures sur 24 et des talons aiguille vertigineux en toute saison. Bon gré mal gré, ma féminité - alors plongée dans un coma profond - a donc dû se réveiller pour faire subir à ma garde robe une véritable révolution : à moi bottes (plates), jupes et robes ! En Russie, c’est tous les jours dimanche : prendre soin de soi, se faire belle et être belle se déclament à l’impératif. Le port de tête royal est donc de rigueur !

Mes copines russes érigent la famille en valeur sacrée, même si quelques fois elle a été recomposée. Mariées, remariées, divorcées, avec ou sans enfant(s), elles croient cependant toujours dur comme fer au prince charmant … Ici, être célibataire passé 22 ans est assimilé à un défaut de fabrication. Retenons que les épouser, c’est épouser leur famille avec …et donc apprendre à partager le « nid ».

Mes copines russes aiment travailler : quitter la maison à 7 heures du matin et ne rentrer qu’après 21 heures sans avoir déjeuné en raison d’une importante charge de travail, des embouteillages et des distances ne les perturbe absolument pas. Le temps chez elles s’écoule différemment et ne répond pas aux exigences d’un emploi du temps rigoureux et défini à la minute. La fameuse pause française du déjeuner, proche du sacré, ne les inspire tout simplement pas !

Mes copines russes aiment conjuguer le présent : éduquées à travers l’histoire de l’ex-Empire et croyant que « le pire est toujours à venir », elles sont incapables de se projeter dans le futur. Songer à sa retraite, envisager un plan de carrière pour les dix prochaines années, participer à un projet stratégique pour 2020 ou encore programmer un dîner dans un mois est tout simplement…impossible.

Mes copines russes sont également bavardes : elles aiment parler… beaucoup parler. De la vie: joies, peines, colères et déceptions peuvent ainsi se succéder dans une même conversation (dotée d’ailleurs d’une mise en scène digne des meilleures pièces de théâtre). Cette pièce de théâtre leur octroie d’ailleurs le rôle principal : ici il n’est pas question de passer son temps à critiquer les autres… mais bien de se raconter soi-même.

 Mes copines russes aiment faire la fête et recevoir : les tables sont alors en forme de V, croulant sous des mets variés, l’alcool ne manque pas et nous aidera à pousser la chansonnette sur la musique qui donne un rythme inoubliable à ces soirées. Intelligentes, cultivées, curieuses et voyageuses chevronnées, mes copines russes sont des citoyennes du monde comme les autres. Aucune exigence de visa ne pourra les empêcher de profiter d’aller voir ce qui se passe ailleurs : que ce soit pour valider un diplôme à l’étranger ou pour tout simplement savourer ce plaisir, pas si ancien, de voyager. Toutefois quitter leur terre, cette terre à laquelle elles sont viscéralement attachées, n’est que temporaire : elles finissent toujours en effet par revenir au sein de la mère Russie.

Mes copines russes sont francophones et francophiles, leur maîtrise de la langue de Molière a d’ailleurs grandement facilité nos premiers contacts. Elles aiment la France et tout ce qu’elle représente : la mode, les parfums, notre « french touch », le bon vin et les bonnes tables. En revanche, elles ont du mal à comprendre comment nous pouvons refaire le monde pendant des heures, et surtout parler politique, alors que nous n’y changerons rien. Elles ont aussi du mal à comprendre notre obsession à prévoir le futur et nos vieux jours plutôt que de vivre pleinement le moment présent. Râler et se plaindre sont, d’après elles, une de nos activités préférées. Notre pudeur et notre réserve peuvent également les mettre mal à l’aise quand nous ne répondons pas à une question que nous jugeons « intime » alors qu’elles veulent juste mieux nous connaître.

 Si votre âme leur paraît ouverte aux différences, respectueuse des forces et faiblesses d’autrui, vierge de tout complexe de supériorité, mes copines russes dévoilent alors sans pudeur la leur : cette fameuse âme russe que je ne suis pas la seule à avoir du mal à définir, peut-être par peur de la figer. Une force à toute épreuve, une générosité, des émotions qui ont un devoir de parole, un fatalisme qui permet d’accepter son destin et de surmonter les difficultés qu’il nous réserve. Cette âme russe fait partie de leur identité…qu’elles ont elles-mêmes encore bien du mal à définir.

Mes copines russes et moi c’est tout sauf un mariage de raison : il est comme tout mariage, façonné par les forces et faiblesses de chacune, par leurs différences aussi. Mais, en dépit du temps qui passe, il a démontré sa force et son authenticité.

Stéphanie

expatriellesE

Expatrielles spécialiste de l’expatriation féminine, accompagne les femmes qui vivent et travaillent en Russie. Grâce à un suivi personnalisé et des formations interculturelles adaptées, Expatrielles vous aide à faire de cette aventure d'expatriation la vôtre.

Femmexpat vous conseille de lire :

Le régime matrimonial en Russie

RUSSIE : à connaître avant de partir

Ma cuisine russe


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !