Connexion en tant que membre

Emirats Arabes Unis La Maternité La santé Ma destination Mes dossiers Moyen orient

Ma maternité à Abu Dhabi aux Emirats Arabes Unis


Expatriée à Abu Dhabi depuis deux ans, j’ai accouché ici de mon quatrième enfant au mois de novembre dernier. Contrairement à ce que l’on peut s’imaginer, tous les hôpitaux ici ne sont pas « super équipés » et ultra modernes. Tous ne se valent pas.

 

Maternités recommandées aux expatriés

  • Al Noor Hospital : maternité privée où l’on peut accoucher avec son gynécologue, possibilité d’avoir une chambre seule et un certain « confort » dans le service fourni.
  • Corniche Hospital : principale maternité d’Abu Dhabi, établissement public qui gère plus de 8 000 naissances par an.  Les équipes de sage femmes sont majoritairement anglo-saxonnes et les médecins sont soit anglo-saxons, soit indiens. Le reste du personnel est essentiellement philippins. Si la plupart des expatriées accouchent ici, les femmes émiriennes le choisissent également pour la qualité de ses équipes et de ses soins. C’est également le seul hôpital à Abu Dhabi où il y a un service de néonatalogie.

 

Témoignage de Clotilde, expatriée à Abu Dhabi

 

Mon expérience

J’ai effectué mon suivi de grossesse chez une gynécologue allemande installée en cabinet en ville pour les 4 premiers mois.

On m'a recommandé cette dernière. De plus, elle semblait travailler au plus proche de ce que j’ai connu en France, cela m'a donc rassurée. Il y a à Abu Dhabi d’autres gynécologues francophones mais les avis sont partagés et plus mitigés.

J’ai effectué une échographie complète en France lors de mon retour pour les vacances d’été, plus par acquis de conscience et pour me rassurer que par réelle nécessité. Enfin, le suivi du dernier trimestre s’est fait par les sages-femmes du Corniche Hospital.

 

Ainsi je n’ai pas perçu de réelle différence dans mon suivi des quatre premiers mois, si ce n’est une « surenchère » d’examens

Une échographie à toutes les visites et de nombreuses prises de sang pour beaucoup de tests... N’oublions pas qu’ici, tout acte médical reste un business et que les médecins ont tendance à ajuster les soins en fonction de votre mutuelle… Paradoxalement, il ne m’a jamais été proposé de faire le test de la toxoplasmose, test que j’ai demandé et qui m’a été fait tous les mois pour ce premier trimestre de grossesse.

 

Quant aux trois derniers mois, ils ont été totalement différents dans le suivi.

En effet, plus de tests (et encore moins la toxoplasmose !), uniquement la prise de tension, la surveillance du poids, une analyse d’urine et un RDV de 5 minutes avec un médecin qui vérifie si le cœur du bébé bat bien et qui attend nos questions… 

Les RDV ont lieu une fois par mois puis tous les 15 jours dans le dernier mois. A noter que le terme ici est à 40 semaines (et non 41 semaines comme en France). Je n’ai par exemple pas fait le test de glycémie puisqu’il me l’a été préconisé trop tard…

Cela dit, j’ai trouvé cette approche peu médicalisée très agréable (et probablement parce que tout se passait bien aussi). Bref, pas de stress inutile dans ce suivi !

 

L'accouchement

En ce qui concerne l’accouchement, je n’ai pas eu de réelle surprise… 

L'admission se déroule comme en France. Par la suite, les choses sont un peu différentes. En effet, pour éviter les infections, les sages-femmes n’inspectent le col que toutes les 4 heures après l’admission. Ainsi, si les évènements vont plus vite, il faut se manifester de manière un peu virulente !  L’accouchement ne se fait qu’avec la sage-femme dans une petite salle de travail, situation que j’ai trouvée nettement plus agréable qu’en France où j’avais vécu un véritable ballet de personnel pendant mon accouchement entre anesthésiste, interne, médecin, sage-femme, etc.

 

J’ai demandé la péridurale en arrivant mais j’ai vite compris que ce n’était absolument pas leur priorité...

Ayant déjà eu l’expérience d’accouchement sans péridurale, je n’ai pas vraiment insisté… Cependant, en insistant lourdement, il est tout à fait possible de l’avoir mais cela a bien sur un coût supplémentaire ! J’ai donc opté pour « le gaz hilarant », nettement moins contraignant pour eux puisqu’il ne nécessite pas l’intervention de l’anesthésiste. Il s’agit d’un gaz que l’on respire au masque entre chaque contraction. Le but étant de vous décontracter. Je ne sais pas si j’ai atteint le but, mais il a quand même le mérite de faire penser à autre chose entre chaque contraction !

 

L’accouchement s’est donc très bien passé, avec une sage-femme irlandaise, très attentionnée et généreuse.

Lors du travail, sa rengaine était "good job honey" ! Petit détail surprenant, à aucun moment ne m’a été demandé le prénom du bébé. Sur son bracelet était inscrit « fils de ... » !

Départ de la maternité au bout de 24 heures et suivi post natal ultra léger voire inexistant. Quelques petites questions sur mon état, check up rapide du bébé par un pédiatre, bain très léger et prête à partir ! Plutôt en forme et bébé allant bien, cela ne m’a pas posé trop de problème mais probablement parce que c’était le quatrième ! Pour un premier, les choses doivent être plus compliquées… Je n'ai eu aucune information concernant l’allaitement ou retour à la maison. Surtout qu’une loi votée en décembre dernier rend désormais l’allaitement obligatoire aux Emirats !

Ainsi le retour à la maison peut être un peu brutal à moins de faire appel à une sage-femme en libéral qui pourra venir à domicile pour le suivi post natal si nécessaire. Enfin une visite chez le pédiatre s’impose assez rapidement après la sortie !

 

bouton Abonnement NL FXP- 350x150

FemmExpat vous conseille de lire :

Tranche d'expat : ma vie à Abu Dhabi aux Emirats Arabes Unis (EAU)

Abu Dhabi : tout ce qu'il faut savoir avant de partir

Ma copine émiratie

Faire garder ses enfants au Moyen-Orient

EMIRATS ARABES UNIS : à connaître avant de partir


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !