Connexion en tant que membre

Europe Ma destination Turquie

Vivre à Bursa, en Turquie


bursa

Cela fait quatre ans que je réside en Turquie, à Bursa, après avoir vécu quelques mois à Bodrum.

Le déménagement à Bursa s’est décidé suite à une proposition d’emploi pour mon époux. Notre histoire a commencé naturellement, comme une vrai Love Story. En effet, j’ai tout quitté après avoir rencontré Haslet, capitaine et bel homme turc, lors d’un séjour à bord d’une goélette. Il est désormais mon mari depuis le 11 mai 2013. Ma décision de le rejoindre a été prise rapidement et quatre mois après, le 14  février  2010, je me retrouvais en Turquie pour y vivre. Je n’avais pas spécialement d’appréhension, m’étant bien préparée concernant les démarches administratives diverses à faire avant de partir (sécurité sociale, impôts…) et avec quelques économies en poche. De plus, Haslet et sa famille était présents si j’avais besoin d’aide sur place.

Au début de mon séjour, j’étais un peu déboussolée et triste car la France me manquait.

Quand je dis cela je veux dire que ma famille, mes amis, mon travail et mes habitudes de vie (aussi alimentaires), ainsi que les médias français me manquaient. Je me sentais seule et pleurais parfois. La barrière de la langue fût difficile. J’étais dans une phase de découverte, je me sentais comme une enfant qui doit tout apprendre ou presque. Les autochtones étaient cependant très chaleureux et aidants avec moi. Je me suis vite acclimatée à Bodrum. Cependant, lorsque nous sommes arrivés à Bursa, je me suis renfermée sur moi-même, dans un premier temps, avant de rencontrer des associations, et de découvrir la ville. Les habitants de Bursa peuvent être pour certains plus traditionnels mais ceci est plus modéré à Nilüfer, qui se trouve à 15 kilomètres du centre ville, là où nous habitons. Le climat y est très proche de celui que nous connaissons en France. En été, on peut se baigner et en hiver skier. J’ai beaucoup aimé et j’aime toujours découvrir cette ville aux mille facettes.

J’apprécie tout particulierement l’hospitalité des turcs et leur sympathie,

mais n’aime pas parfois leur trop grande curiosité. J’aime la Turquie pour son climat, ses saveurs, son histoire et surtout l’impression que tout y est possible. Si vous devez effectuer une réparation ou si vous avez besoin d’aide, vous pouvez être sûr d’être satisfait et dans un délai bien plus raisonnable qu’en France. Me trouvant dans un pays, certes laïque, mais à forte croyance musulmane, le porc peut me manquer, mais aussi le  fait de parler librement de certains sujet qui peuvent être tabou ici (opinions politiques, sexes, religions, par exemple).  J’apprécie enfin les bas prix, en comparaison avec la France concernant les soins esthétiques, le coiffeur et le coût des aliments (sauf viande et alcool).

Concernant les quartiers pour se loger à Bursa

Il fait bon vivre à Nilüfer, qui est une ville nouvelle et proche de toutes commodités, mais aussi à Mudanya, au bord de la mer (cependant la population y sera moins “moderne”). Cekirge, au centre ville est un endroit sécurisé en cas de tremblement de terre.  Enfin, si vous en avez les moyens, vous pouvez apprécier vivre à Bademli. A noter: nous rencontrons souvent un problème d’odeur dans cette ville, sûrement à cause des différentes usines implantées.

Circuler

La ville de Bursa est une ville en longueur, ce qui est peu pratique sans véhicule. Cependant, le métro dessert les endroits clés de la ville et les bus y sont réguliers et en nombre. Il est relativement facile de trouver des taxis et dolmus (au centre ville). Concernant la conduite, il faudra s’adapter et ne pas hésiter à user du klaxon et des appels de phrare. Cela peut surprendre mais il va falloir vous imposer sur la route. En général, les turcs ne sont pas fan de l’usage du clignotant.

Les courses, l’alimentation

Ah, les magasins...Vous trouverez ici pas moins de six grands centres commerciaux, sans oublier les plus petits. Nous retrouvons l’enseigne Carrefour, mais aussi Métro et bien d’autres où trouver des produits locaux et internationaux. Les marchés ici sont formidables et les turcs apprécient particulièrement l’alimentation naturelle. Par conséquence, ne soyez pas surpris de trouver moins de produits surgelés et préparés ici qu’en France. Enfin, du point de vue de la restauration, on trouve à Bursa essentiellement des restaurants de poissons, de viande et des restaurants italiens et asiatiques.

Les enfants

Je ne suis pas maman mais suis bien informée en ce qui concerne la vie des enfants ici.  Les écoles privées sont préférées par les expatriés aux écoles publiques. Elles sont très coûteuses mais on peut y apprendre la langue de Molière. Le rythme scolaire est dense, pas de répit pour les enfants qui approfondissent souvent leurs savoirs ou préparent leurs examens le week-end en dersane. De nombreuses activités extra-scolaires sont possibles à Bursa, telles que natation, équitation, football, danse...    Voici quelques écoles privées où le français est enseigné :  Bahçesehir Koleji, Ted Koleji, Tan Koleji; Emine örnek et Sahinkaya.

L’aide domestique

Je ne possède pas d’aide ménagère mais à Bursa, il est courant qu’une personne s’occupe de la maison (selon moyens). L’aide ménagère peut venir seulement pour quelques heures, ou tous les jours. Elle peut s’occuper des enfants, de la cuisine, du ménage...Il faut absolument faire un contrat de travail  cette personne.

Les loisirs, les week-ends

Il y a de quoi s’occuper à Bursa le week-end: visites de musées, villages, sorties et promenades en ville, en forêt, au bord de la mer, ski en saison...Pour ceux qui préfèrerait être à l’intérieur, il y a de nombreuses salles de sport, cinéma, concert, on peut également profiter de se détendre au hammam (cela fait partie des richesses de Bursa). Enfin, il y a aussi beaucoup de cafés, bars et quelques clubs pour vos soirées.

Les réseaux francophones

Le réseau francophone principal se trouvant à Bursa est l’Association Culturelle Turquie France – Alliance Française – de Bursa où je suis membre et bénévole. L’association est très active en termes d’organisations culturelles et propose également des cours de français.

La ville de Bursa est en constant développement
attire de plus en plus de turcs et d’étrangers. Elle se situe est à deux heures d’Istanbul en ferry-boat, on peut même se déplacer en hélicoptère et hydravion. Riche de son histoire (première capitale de l’Empire Ottoman), Bursa est aussi la ville de la soie, du kebab et des marrons glacées, de quoi vous faire saliver.

Bursa est une ville où il fait bon vivre. Il faut savoir être curieux et ouvert d’esprit, à la rencontre de la population pour en ressortir encore plus riche.

Gaëlle, à Bursa

A connaître à Bursa : Bursa International Women's Association 

 


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !