Connexion en tant que membre

Amérique du sud Brésil L'interculturel Ma destination Ma vie en expatriation Vie d'expat

Mythes et réalités du Brésil


 

Tout d’abord qu’est-ce qu’un mythe ? D’après le dictionnaire « Un mythe est un récit qui se veut explicatif et surtout fondateur d'une pratique sociale »

Si l’on prend l’exemple de la France, trois mythes nationaux se dégagent : Liberté, égalité, fraternité qui donnent l’image d’une nation solidaire – Droits de l’homme  une nation humaine – la mission civilisatrice, avec un penchant pour le colonialisme sous toutes ses formes.

Concernant le Brésil voici quelques mythes : casa grande c’est la maison des maîtres et Senzala la maison des esclaves au début du XXème siècle tout le monde vit ensemble ou du moins côte à côte (cela fait penser un peu à Downtown Abbey version brésilienne !),  il y a des mélanges d’où la variété raciale du Brésil.

Alors  le Brésil : paradis racial ?  Pas si sûr … le standard de l’européen reste l’idéal. Il fallut attendre 1986 pour assister à  l'élection controversée d'une Miss Brésil noire. Donc on parlera plutôt d’un racisme subtil mais bien présent. En revanche, beaucoup de brésiliens nieront ce fait.

Grande famille : La notion de famille, de paternalisme est très présente au Brésil, les relations sont toujours très affectives. Il est normal de commencer par parler de la famille avec un brésilien même dans un contexte professionnel.

Le providentialisme : Le pays étant à 70% catholique, la foi en la providence est grande « si Dieu le veut » et aussi un optimisme inconscient. Le brésilien pense que demain sera toujours mieux qu’aujourd’hui. En revanche, les classes moyennes s’éloignent de ces concepts, ce sont elles qui ont manifesté récemment.

L’homme cordial : Le Brésilien pense plus avec ses émotions qu’avec son cerveau. Le «cœur», les « affects », la « générosité » : voici les caractéristiques de l'homme cordial.

Le « Jeitinho Brasileiro » C’est en quelque sorte ce que nous appelons le « système D » on peut toujours trouver une solution créative, ingénieuse. Mais pour cela on ne va pas hésiter à contourner la loi, les interdictions. Un trait de caractère à déceler dans les relations professionnelles !

Le malandro/malandragem : C'est le bad boy plutôt sympathique, bien habillé, mais qui gagne sa vie sans travailler, uniquement avec son charme.  Le malandro n’est pas un délinquant mais il est malhonnête, il utilise les ressources de la débrouille. Il est représenté par le perroquet Jose Carioca dans les dessins animés de Walt Disney.

Lei de Gerson : « Lei de Gerson » met en avant le mépris de l'autre et prône en effet l'idée que les valeurs morales et légales ne comptent pas et que chaque personne est en droit de les contourner.

Patrimonialismo : Les frontières entre le public et le privé sont assez floues … c’est assez lié à l’histoire du colonialisme. Le Roi du Portugal avait donné des terres à des minis-rois  d’où l’exigence d’un patrimonialisme rural.

Paternalismo : On retrouve toujours la figure du père dans celui qui donne des ordres. Donc l’entreprise est la famille et le chef d’entreprise est le père.

Un roman à lire  qui est une bonne synthèse du brésil : « Macunaima »

Mario de Andrade (1928)

 

Femmexpat vous conseille de lire :

Ma maternité au Brésil

Brésil : à savoir avant de partir

Le régime matrimonial au Brésil


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !