Connexion en tant que membre

Amérique du nord Etats-Unis Ma destination

TAMPA OU SAINT PETERSBURG, C’EST EN FLORIDE SUR LA CÔTE OUEST !


florideTampa la méconnue offre les charmes alanguis d’une petite ville à l’échelle américaine entre plages et vie familiale. Karine nous raconte.

 « La Floride, au début ça surprend, et puis on s’habitue » comme me disait, peu de temps après notre arrivée une américaine originaire de New York.

Pour diverses raisons, la destination de notre première expatriation s’est en fait décidée peu de temps avant notre départ.
J’avais certaines réticences concernant Tampa, les principales étant à l'époque  la difficulté d’accès (14h de vol avec une escale à New York ou Atlanta). Cela  limite donc les visites et les allers-retours vers la France, l’absence d’école française, et l’alimentation. Depuis un vol direct Paris-Orlando a bien amélioré les choses !
De plus, pour des raisons administratives, nous n’avons pas pu faire de voyage de reconnaissance, notamment pour repérer le quartier où nous aurions envie de vivre et choisir notre maison.
Mais une expatriation aux Etats-Unis ne se refuse pas, et c’est donc dans un état d’esprit très positif que je suis montée dans l’avion.

Tampa, ou plus exactement St Petersburg (St Pete), se trouve sur la côte ouest de la Floride, en bordure du golfe du Mexique.
Le climat est tropical, donc très chaud et très humide en été, mais formidable en hiver excepté quelques gros orages. Beaucoup moins touristique et cosmopolite que Miami et la côte Est, tout le charme de cette région réside dans la richesse de la nature : les plages sont très belles, la végétation luxuriante et la faune incroyable (dauphins, manatee, alligators, ibis, hérons...).

Les maisons à louer n’étant pas très faciles à trouver, et mon mari souhaitant absolument vivre au bord de l’eau, nous avons choisi (par Internet) une maison avec un ponton (sous lequel passent les dauphins) située à Gulfport, à 15 minutes environ de St Petersburg et de l’école.

Si j’étais venue en repérage avant, j’aurais peut-être choisi de vivre dans un quartier appelé Old Northeast, qui est un des plus vieux et le plus charmant quartier de St Petersburg, avec de jolies maisons en bois peintes. Snell Island est également un quartier très agréable, proche du « centre-ville » de St Petersburg.

Le niveau scolaire de la Floride n’étant à priori pas très élevé, nous avons mis notre fille de 9 ans dans une preparatory school privée dont nous sommes très satisfaits. Bien que ne parlant pas anglais à son arrivée, elle s’y est immédiatement sentie très bien. L’état d’esprit américain est très positif et encourageant. De plus l’école étant loin d’être gratuite, les enfants ont à leur disposition un matériel très performant, et des structures qui facilitent l’épanouissement. Elle est dans une classe standard pour son âge (4th grade - CM1) mais a bénéficié les premiers mois de 2h30 de cours d’anglais individuels/semaine proposés par l’école, qui avaient lieu lors des matières qu’elle ne pouvait pas suivre. Elle a maintenant 45 min de cours par semaine après l’école. Les enfants ont classe tous les jours de 7h55 à 14h45. Ils ont beaucoup moins de vacances qu’en France, mais ne s’en plaignent pas car les journées sont beaucoup plus variées, avec du sport, de l’art, de la musique...
Cependant, pour notre fille, s’ajoute à cela les cours de Français du Cned, que j’essaie de faire le plus régulièrement possible.

Les activités extra-scolaires sont nombreuses, et peuvent changer, pour les enfants qui le souhaitent, tous les deux mois. Certaines sont proposées par l’école, mais la plupart ont lieu à l’extérieur, les conduites (en voiture) étant assurées par les mamans.

Pour notre fils de 3 ans, nous avons opté pour une preschool affiliée à une église, ce qui est quasiment toujours le cas, puisqu’il n’existe pas de maternelle. Depuis peu, il existe une « VPK » qui correspond à une 1ère année d’école pour les enfants de 4 ans, à priori gratuite.
Le budget pour cette preschool est d’environ 130 Dollars par semaine, pour un temps plein de 7h30 à 17h30 5j/7, incluant le lunch et les (très nombreux) snacks. Les horaires sont très flexibles, on peut amener et récupérer notre enfant quand on le veut.

En ce qui concerne les relations sociales, la communauté française étant très réduite, nous essayons de nous tourner vers la population locale.
Les habitants, pour beaucoup Floridiens de souche, sont très souriants et gentils, mais il n’est pas facile de créer une vraie relation amicale. Les américains originaires de New-York et des états du Nord ont un mode de fonctionnement plus proche du « modèle européen ».

Afin d’occuper mes journées entre les nombreux allers-retours, j’ai commencé comme « volunteer » au département de la santé, ce qui me permet de communiquer et de perfectionner mon anglais (Karine est médecin et nutritionniste en France, ndlr).
Il est possible également de s’investir dans l’école, en intégrant l’association de parents d’élèves, ou en proposant ponctuellement ses services auprès des enseignants, ce qui est très apprécié et intéressant.

Les Floridiens sont très sportifs, probablement en raison du climat qui permet de courir, nager, jouer au tennis en extérieur toute l’année. De notre côté, nous occupons nos week-ends en allant à la découverte des multiples parcs naturels, plages...et en faisant du sport.
Et j’allais oublier Orlando, et ses parcs Disney à 1h30 en voiture, principale destination de vacances des Floridiens !

Les domaines où l’adaptation a été plus dure sont, comme je le craignais, l’offre culturelle, le shopping et surtout l’alimentation.
St Petersburg possède un magnifique musée Dali tout neuf. Le shopping se résume au Tyrone Mall de St Petersburg, et à l’international Mall de Tampa, adieu le shopping à la parisienne !

Concernant l’alimentation, l’offre est abondante mais catastrophique sur le plan qualitatif !
Ma 1ère visite au Target du coin m’a plongée dans une quasi déprime, heureusement un Fresh market vient d’ouvrir à St Pete et on trouve des produits bio chez Publix. Je suis en tout cas obligée de cuisiner beaucoup plus qu’en France, et le budget alimentaire est élevé si on souhaite s’alimenter sainement.

Mais mis à part ces quelques inconvénients, cette expatriation est totalement positive, les enfants sont épanouis et presque bilingues, notre cadre de vie est exceptionnel, et il est toujours enrichissant de découvrir une culture qui, bien qu’occidentale, soit différente de la nôtre.

Karine

 

Femmexpat vous conseille de lire :

 

 

LA VIE A MIAMI EN FLORIDE OU COMMENT FAIRE SA PLACE AU SOLEIL

 


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !