Connexion en tant que membre

Amérique du sud Brésil Expériences à l'étranger Ma destination Ma vie en expatriation Vie pro

Travailler au Brésil : portrait de Stéphanie, expatriée à São Paulo


stephanie-SP

 

 

Stéphanie Pinheiro, 30 ans, a été mutée à São Paulo pour occuper le poste de contrôleur financier dans une entreprise spécialisée en solutions câblées. Elle a su convaincre son entreprise pour que son mari obtienne, lui aussi, un visa de travail. Témoignage. Interview réalisée par Cécile Pouzet, pour Aujourd'hui le Brésil.

 

Qu’est-ce qui a motivé votre décision de vous installer au Brésil ?

Stéphanie : Ma motivation vient de mon père ! Il a été "expat’" dans de nombreux pays : la Hongrie, l’Ukraine et le Mexique. Aux vacances, je venais le voir et je me disais qu’il avait la belle vie, que ça marchait bien pour lui et qu’il découvrait des choses fascinantes ! Lorsqu’il était au Mexique, j’ai fait mon stage de fin d’école de commerce chez PricewaterhouseCoopers à Mexico. Ensuite j’ai voyagé au Chili, au Pérou et en Colombie pour les besoins de mes missions d’auditeur pendant 4 ans. J’ai eu un véritable coup de coeur pour l’Amérique Latine et sans trop savoir comment le formuler, je me suis toujours dit que j’y reviendrais. Je n’avais pas de plan de carrière bien précis, mais une forte envie de devenir expatriée moi aussi…

Après avoir fait mes classes en cabinet d’audit, j’ai décidé de partir faire du contrôle interne pour Nexans, entreprise spécialisée dans les solutions câblées. Nexans est une entreprise internationale qui compte plus de 22 000 employés mais sur les 22 000 employés, il n’y a que 80 expatriés, dont seulement 5 femmes… Mes chances étaient minimes. En criant haut et fort que je voulais partir en Amérique Latine, au bout de trois ans, au printemps 2011, cette opportunité incroyable s’est présentée…

 

Quel a été le rôle de votre mari dans votre décision d’expatriation ?

Stéphanie : André m’a toujours soutenue et il a toujours su que cette situation se présenterait un jour ou l’autre ! Mais c’est vrai qu’au début il était mal à l’aise car il adorait son boulot en France et il ne se voyait pas tout plaquer du jour au lendemain. Les forums d’expatriés nous ont un peu aidés à nous faire une idée des conditions de travail au Brésil mais André a été démoralisé par ce qu’il lisait car les conditions pour le conjoint accompagnant sont très difficiles. En revanche, les forums d’expatriés nous ont énormément aidés une fois sur place à nous faire des amis, rencontrer des gens et à nous donner des conseils pratiques.

 

Comment avez-vous pu obtenir un visa de travail pour votre mari ?

Stéphanie : En août 2011, André m’a accompagnée dans un voyage de repérage à São Paulo et nous avons eu la chance de rencontrer Frédéric Ronflard*, Directeur de Robert Walters Brésil, qui nous a vraiment conseillés de me faire inscrire dans les statuts de ma société pour que mon mari puisse obtenir également un permis et un visa de travail. C’est une mesure très difficile à obtenir, très longue et qui va sûrement être modifiée par l’Etat brésilien. Quoiqu’il en soit, même si Frédéric a été assez “brutal” et nous a un peu plombé le moral en nous disant que sans visa de travail André avait très peu de chances de trouver du travail, son conseil pour que j’entre dans les statuts de mon entreprise était judicieux. Nous avons donc lancé ces démarches. Mon plus beau cadeau de Noël est arrivé le 26 décembre 2011. J’ai reçu un mail d‘Ernst & Young (qui a très bien géré notre dossier de A à Z) nous informant que Brasilia avait approuvé mon visa et qu'il était envoyé en France pour qu'on le récupère au Consulat. Cette confirmation était pour nous deux, car André était rattaché à mon visa, ce qui voulait dire qu’il avait également le visa pour travailler au Brésil. Le permis de travail ou carteira de trabalho (permis de travail) est venu un peu plus tard. Lorsqu’on a su qu’on pouvait récupérer notre visa en France, on s’est dit : "Ça y est, l’aventure au Brésil, tous les deux, peut enfin vraiment commencer ". Moins de six mois après, il décrochait un emploi dans le secteur de l’informatique dans ce groupe à la fois très français et implanté internationalement, LVMH. André avait postulé via des moteurs de recherches brésiliens comme Monster. Sur les trente offres auxquelles il a postulé, seule une était gagnante car un chasseur de tête se trouvait derrière une offre pour une entreprise anonyme : c’était le poste pour LVMH !

 

Quel conseil donneriez-vous aux femmes actives qui viennent s’installer au Brésil ?

Stéphanie : Je conseillerais aux femmes de bien négocier leur départ avec leur employeur, avant de partir. Il faut bien réfléchir au fait que le couple ne vivra qu'avec un seul salaire pour deux. L'employeur, parfois mal renseigné peut vouloir donner, sans penser à mal, un visa peu adapté à l'employé. Il ne faut pas hésiter à imposer ses choix... ça aide pour le futur.

Sur le plan personnel, je pense que la communication au sein du couple et le fait de savoir ce que l’on attend de l'expatriation est primordial. Bien réfléchir et se définir des objectifs avant de partir permet de réajuster les projets si les choses ne tournent pas comme on le souhaite. Avec André, on s’était fixé le délai d’un an au total, dont 6 mois de recherches actives d’emploi pour André, pour prendre des décisions qui s’imposent.

 

Quel regard portez-vous sur São Paulo ?

Stéphanie : J’ai tout de suite beaucoup aimé l’énergie de la ville. Grâce à mon expérience à Mexico, je connaissais déjà l’ambiance d’une mégalopole et je n’ai pas été décontenancée par son aspect un peu inhumain. Très vite j’ai eu une idée des quartiers dans lesquels je souhaitais habiter (Moema, Perdizes, Bela Vista). Je suis très attirée par ce que le Brésil peut offrir aux portes de São Paulo : la plage, des activités nautiques... On peut découvrir de nouvelles choses très rapidement.

 

Comment voyez-vous votre futur au Brésil ?

Stéphanie : Avoir la chance de pouvoir mettre une nouvelle langue sur son CV et travailler avec des Brésiliens, c’est un challenge. Quand on m’a proposé le poste de contrôleur financier de zone à São Paulo, j’avais plus peur du défi que constituait ce nouveau poste que de la destination en elle-même. J’adore apprendre des autres et m’adapter à de nouvelles situations et cultures ! Je ne sais pas combien de temps nous allons rester ici. Mais mon rêve c’est qu’André me dise : ”j’ai un poste à New York” (ou dans un pays om mon entreprise a aussi une implantation) et hop ! C’est parti, c’est moi qui le suis et on continue notre vie d’expatriés à l’autre bout de la planète. Je pense qu’il faut profiter de l’expatriation pour visiter le monde et connaître d’autres cultures.

 

Votre intégration a l’air plus que réussie, mais il doit bien vous manquer un petit quelque chose de la France ?

Stéphanie : Le faible choix dans les rayons des supermarchés ! Je trouve qu’il y a peu de produits préparés… quand je rentre tard à la maison, je n’ai aucune envie de préparer des petits plats, je voudrais un truc “pouf” dans le micro-ondes c’est prêt ! En tant que française j’adore cuisiner, mais le week-end, quand j’ai le temps.

 

Qu’est-ce qui vous manque le moins de la France ?

Stéphanie : La crise, la déprime, l’ambiance morose… Je me tiens au courant de l’actualité en France à travers les journaux français que je lis en ligne, mes collègues restés en France ou encore ma famille avec laquelle je skype. J’ai ce sentiment triste qu’il ne fait pas bon être en France, et, si le Brésil ne finit l’année qu’avec 1,3% de croissance, je ressens des énergies et une dynamique bien plus positives qu’en France !

 

Interview réalisée par Cécile Pouzet (Aujourd'hui le Brésil)

portraitSaoPaulo

 

Cécile Pouzet et Solange Bailliart ont écrit un guide avec supplément d'âme, "Portraits de Sao Paulo" édité par Hikari Editions et distribué par les Belles Lettres DD. Ce guide fait partie de la nouvelle collection "Portraits d'une ville", qui décrypte une ville à partir du témoignage d'une dizaine de personnes qui racontent leur itinéraire, parlent de la ville comme elles le ressentent et donnent une vingtaine d'adresses incontournables. "Portraits de Sao paulo" est disponible sur la fnac.com, amazon.fr et dans une centaine de librairies en France, en Suisse, en Belgique et au Canada. Il est également disponible en version électronique. 

 

Femmexpat vous conseille de lire :

Portrait : Sophie, nutritionniste au Brésil

Travailler au Brésil entre plage et business !

Pesto & Chantilly : le blog cuisine de deux copines qui se sont connues via Femmexpat

 


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !