Connexion en tant que membre

Amérique du sud Ma destination Mexique

Travailler avec les Mexicains, en tant qu’étranger


mexique-travailVous venez d'accepter un emploi au Mexique : voici quelques conseils pour franchir les obstacles culturels et réussir votre intégration, que vous soyez manager ou managé. 

 

Un rapport au temps particulier pour supporter un rythme de travail soutenu.

Un contrat de travail mexicain implique des horaires qualifiés d´ « insoutenables » du point de vue européen. Les vacances sont rares : 6 jours/an les 2 premières années. Rassurez-vous, les jours fériés sont nombreux. Et au Mexique, tout est possible ! Entendez par là que vous pouvez négocier votre contrat local, et donc, votre salaire et vos vacances.

Comment s´en sortent les mexicains face à ce rythme de travail si éprouvant ? Grâce notamment à leur rapport au temps. En effet, les journées de travail sont rythmées par des pauses multiples ! Généralement, le petit déjeuner est pris en arrivant sur le lieu de travail. Ensuite, la salutation des collègues proches physiquement, ainsi que du chef, est une coutume très respectée. Une autre pause en matinée, la pause du déjeuner et enfin la pause de 16h.

De plus, pour les mexicains, demain est un autre jour, pourvu qu´ils le vivent. Alors ils prennent le temps de faire ce qu´ils ont à faire. L´avantage ? Ils stressent très peu devant une deadline. Alors, en tant que manager français, vous vous étonnez : « quand travaillent les mexicains ? » Vous réveillez inconsciemment un vieux réflexe français de compter les heures effectivement travaillées. Ne tombez pas dans ce travers culturel qu´est la comparaison ! Un mexicain est efficace s´il sent que l´entreprise lui fait confiance tout en … le soutenant !

 

Le caractère des Mexicains : une valeur ajoutée incontestable au succès d´une équipe multiculturelle.

Les mexicains répondent toujours « oui » aux demandes de leurs collègues et surtout de leur supérieur : mélange de souci de
l'apparence et de souplesse naturelle. Sachez décoder cette acceptation : ne vous attendez pas forcément à un résultat dans les délais prévus ! Pour ce faire, mettez en place des combines pour atteindre vos objectifs en temps et en heure ! Sans ces méthodes, vous vous confronterez au « no pasa nada » (ce n´est pas grave) s´ils oublient de rendre un travail en temps imparti. Ils en ont, pour beaucoup, involontairement, oublié la deadline. D´ailleurs, la planification n´existe que peu au Mexique. Rassurez-vous, votre rigueur française est complémentaire à ce trait de caractère, il vous faut rester patient.

La contrepartie positive de cette gestion du temps mexicaine est la flexibilité et l´adaptabilité à toute épreuve. A minuit ou le weekend, un employé mexicain s'exécute si son manager lui demande d'accomplir une tâche. Il se sent ainsi, paradoxalement, important aux yeux de son chef (quand nous, Français, nous nous sentirions exploités !). Lorsque celui-ci impose une activité imprévue, elle devient prioritaire pour un travailleur mexicain, puisque venant de son supérieur.

Un manager mexicain gère son équipe avec l'autorité d'un père de famille tout en prétendant une amitié bienveillante. Il prend le temps d'écouter les membres de son équipe, de gérer leurs susceptibilités. Cela rassure l´équipe qui est alors capable de véritable dévotion envers son chef. Les mexicains font tout pour le satisfaire et le flatter. Par exemple, ils restent au bureau aussi longtemps que lui. Il faut être vus pour être bien vus, apparence oblige. Ainsi, quelle que soit la situation, les mexicains « sauvent la face », alors que, dans le fond, ce sont des gens empreints de grande sensibilité. Ils ne la dévoilent que rarement et que si vous devenez « proches ».

 

Comment s´intégrer à une équipe dont le mode de fonctionnement diverge du vôtre ?

La réputation conviviale des mexicains n´est plus à faire. Au Mexique, tout est prétexte à la fête, même au bureau. Votre participation aux repas organisés en fin et début d´année, facilite énormément votre intégration. Tout au long de l´année, vous êtes convié(e) à des babyshowers, célébrations d´anniversaire de collègues, du manager, du vôtre bien sûr, aux repas de départ de certains, etc. Des occasions de rencontres à ne pas négliger. Outrepassez vos principes français : ouvrez-vous, parlez de vous, prenez le temps de dialoguer, même de sujets non professionnels.

Comme nous l´avons vu dans le premier paragraphe, un mexicain salue tous ses collègues dès l´arrivée au bureau, tout en discutant, avec chacun de la soirée de la veille. Il est aussi d´usage de saluer tout le monde avant le départ pour la maison, en prenant le temps nécessaire. De plus, lorsqu´un mexicain sollicite l´aide d´un collègue, il entame toujours la conversation par une question personnelle : comment va votre famille, les enfants à l´école, etc. Ensuite seulement, il rentre dans le vif du sujet.

Faites comme eux, matin, soir et si vous devez les interpeller dans la journée, pour leur montrer votre intérêt. En les laissant connaître un peu de votre vie privée, vous gagnerez leur respect.

Pour conclure, le monde du travail au Mexique offre un mode de fonctionnement très différent de ce que vous connaissez. Les erreurs culturelles commises par les expatriés sont fréquentes et, malheureusement, souvent irréversibles. Au Mexique, l´importance de
l´apparence vous fait ignorer votre exclusion du groupe à court terme. Vous la devinez à moyen terme. En vous détournant de votre référentiel, - inutile dans ce pays -, et en vous familiarisant avec celui du Mexique, vous vous assurez une ambiance de travail conviviale, le respect de votre équipe et la réussite professionnelle.


Mélanie Raze

bouton Abonnement NL FXP- 350x150

 

FemmExpat vous conseille de lire :

Travailler au Mexique : le panier de crabes

Parcours d’expat : Mélanie au Mexique

Vivre à San Luis Potosí, au Mexique

Vivre à Puebla, au Mexique


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !