Connexion en tant que membre

Europe Finlande Ma destination

VIVRE A HELSINKI


helsinkiHelsinki, destination idéale pour s’expatrier en famille.

Quand mon mari revient un soir en me parlant de la Finlande...la première chose que je fais est de vérifier où se situe précisément ce pays sur une carte ! Cette première formalité effectuée, je me renseigne sur les conditions de vie sur place avec un bébé de 6 mois ; est-ce possible d’y survivre ? Le froid ? La nuit ? Comment s’habiller ? Angoisses toutes naturelles d’une mère de famille tentée par une 1ère expatriation avec 3 jeunes enfants et laissant son job derrière elle... Et après un voyage de reconnaissance réussi en décembre, nous sommes arrivés en famille à Helsinki en février, sous une température de -15°C... nous allons bientôt y fêter nos 3 ans.

Où habiter ?

Nous avons fait le choix d’habiter en maison à Espoo, la grande ville située à l’ouest d’Helsinki ; cette ville -plutôt bien cotée - est très étendue à l’ouest de la capitale. La vie à Helsinki en ville semble être très agréable aussi. Tout dépend de ce qu’on recherche, du budget, et surtout du goût pour la vie citadine ou non. On a fait le choix d’habiter près des écoles et du travail aussi ; mais notez que les distances se font assez facilement ici, rien à voir avec Paris (peu de bouchons) !

Helsinki a tout d’une capitale, mais c’est une petite capitale qui a la taille d’une grosse ville de province en France. Un peu moins de 600 000 habitants intra muros, 250 000 habitants à Espoo, et 200 000 habitants à Vantaa (ville de l’aéroport au nord de HELSINKI) : soit un gros million d’habitants pour le Grand Helsinki. La même population que l’agglomération Bordelaise. La ville est aérée et propre ; et même si elle ne représente pas une "exception touristique" notoire au hit parade des capitales incontournables, c’est une ville moderne et sophistiquée qui a tout d’une grande, les bains de foule en moins.

La vie au quotidien : pratique et séduisante

Même si la langue officielle est le finnois, tout le monde parle anglais (évidemment le finnois est un atout pour travailler)...ce qui est très pratique pour les expats. La monnaie, c’est l’euro : toutes les transactions sont possibles par cartes bancaires (et parfois même par SMS, n’oubliez pas que nous sommes dans le pays de Nokia !). Infrastructures sanitaires sans surprise (médecins, hôpitaux...) Ville et région de Helsinki bien desservies par les moyens de transport en commun, fiables et ponctuels (gratuité pour les enfants de moins de 7 ans ainsi que pour les adultes accompagnant un enfant en poussette). Pays très bien conçu pour les familles avec enfants et personnes à mobilité réduite : tout (ou presque) est pensé pour rendre la vie de l’usager confortable (propreté dans les lieux publics, grands espaces, accès poussette et fauteuils roulants, ascenseurs omniprésents accessibles à tous, bien signalés... des détails qui rendent la vie plus douce par temps de neige et de froid notamment). 1 heure seulement de décalage avec la France, communication aisée avec les familles Grands centres commerciaux fonctionnels pour un shopping facile (garages souterrains, multi choix de caddies, espaces enfants...). Courses au quotidien : passées les premières difficultés pour lire les étiquettes, on trouve à peu près tout ce que l’on cherche, pour cuisiner notamment (ah...ces français !).

Un beau pays, où on n’est pas gêné par la foule...

On se gêne rarement les uns les autres : parfois même on se sent un peu seul et on se demande où sont les gens et ça c’est étonnant. Mais avec sa faible densité d’habitants au km2 (17 habitants au km2 dans le pays), Helsinki offre une surface par habitant qui peut faire rêver certains : 2700 habitants au km2 à Helsinki (versus 20000 h/km2 à Paris, 13000 Moscou, 4000 à Londres) ; ce n’est pas pour vous bombarder de chiffres mais cela vous donne une petite idée. La nature, elle, est partout, même si vous habitez en ville. Les forêts de bouleaux et de sapins, des milliers de lacs et d’îles, et le bord de mer sont autant de lieux de balades et découvertes incroyables qui offrent de multiples facettes en fonction des saisons et de la lumière. A proximité, en un saut de puce, vous êtes à Tallin, Stockholm, St Petersbourg, Riga, La Carélie... sans oublier au Nord la Laponie, pays du Père Noël qui se situe à une nuit de train sur le cercle Polaire.

Et les Finlandais ?

La nature prédominante et le faible nombre d’habitants font de la Finlande un pays tranquille et calme, où on se sent vraiment en sécurité, y compris dans la capitale (par exemple, dès 7 ans, beaucoup d’enfants se promènent seuls dans la rue). Côté ambiance : amateurs de foule et de vie bruyante, il faut mieux vous abstenir. Ceux qui adorent Paris et l’atmosphère des Champs Elysées seront un peu désemparés ici. Dans les rues d’Helsinki, on ne parle pas très fort et on ne s’exclame guère. Le Finlandais est discret, solitaire, et respectueux de la vie privée de son voisin. Donc par son comportement, on ne dérange pas l’autre, on garde ses distances... voire on s’évite ! Le strict respect des règles et de la loi est certainement le trait de caractère qui contraste le plus avec le français (exemple : le piéton ne traverse que si le petit bonhomme est vert, quand bien même il n’y a aucune voiture à la ronde).

Quelques clichés bien vrais

Le sauna présent dans presque tous les logements, 188 000 lacs, 6% de la surface du pays et 180 000 îles donnent un charme fou à l’arrivée en avion et aux nombreuses promenades possibles, les mökkis (chalets traditionnels en bois) auprès des lacs, les feuilles des arbres de mille couleurs magnifiques en automne ("Ruskea"), les moustiques en été près des lacs (mais pas en ville), le finnois, langue très difficile, la cuisine autour du saumon et des pommes de terre, les petits accessoires phosphorescents portés par les piétons la nuit, la marche nordique et le ski de fond (à roulette en été,) les barbecues de plein air (ou abrités) où l’on grille la saucisse avec un bâton, de novembre à mars : les pneus cloutés qui crépitent sur les routes comme si on roulait sur des coquilles d’œufs, les célèbres fêtes de Vappu (1er mai) et de la St Jean (20 juin) où tout le monde ressort enfin de chez lui pour fêter le retour des beaux jours, et enfin, les histoires de Moomin le troll et ses acolytes, créées par la finlandaise suédophone Tove Jansson.

Finalement, c’est un pays plein de contrastes :

Contraste des saisons : en habitant en Finlande c’est comme si vous aviez 2 pays en 1 (été & hiver offrent des visages vraiment si différents : longues nuits d’hiver contre jours sans fin en été), sans compter la saison de l’automne et ces couleurs incroyables et ce printemps où la nature se réveille en quelques semaines seulement (pas le choix : l’été est si court) contraste des températures : de -30°C l’hiver à +80°C au sauna ! Contraste dans le comportement : la réserve du finlandais versus son exubérance certains jours (alcool, vêtements), c’est vraiment tout ou rien.

Les trucs typiques de Noël...

N’oubliez pas que le Père Noël a élu domicile en Laponie, à Rovaniemi, au nord du pays ; alors cela donne quelques privilèges...A partir de novembre, l’ambiance Noël débarque donc à Helsinki (alors que à Rovaniemi dans son village, le Père Noël reçoit toute l’année...).

Déjà les lumières décorent les jardins et éclairent la nuit de plus en plus présente. Dans les maisons fleurissent sapins, bougies et luminaires en forme de triangle. A cette période, nous buvons beaucoup de glöggi*, mangeons pipparkakku** et joulutorttu***, et enchaînons les pikkujoulu**** pour le plus grand plaisir des petits et des grands. Nous apprécions cette convivialité et cette chaleur au milieu de la nuit et du froid finlandais qui s’installent... *glöggi : vin chaud typiquement finlandais à base d’épices, **pipparkakku : petits sablés au goût de cannelle / cardamone, épices et poivres, délicieux avec le Glöggi, ***joulutorttu : étoiles en pâte feuilletée et confiture de prune dégustées à Noël, ****pikkujoulu : petites fêtes de Noël avant l’heure, entre collègues. + ou - sobres en fonction de la population invitée.

Les surprises...

Le premier contact avec les locaux manque souvent de "chaleur" et certains expats regrettent un manque de sociabilité des finlandais. Je crois qu’il faut prendre le temps de comprendre leur culture et leur histoire pour apprécier ce point là. Pour ma part, j’en conviens, le finlandais est moins extraverti que nos voisins du sud de l’Europe. C’est certain ! Mais je pense qu’avec du temps une relation amicale profonde peut se créer. Le contact reste plus facile avec des locaux qui ont déjà été expatriés, ou qui, par leur travail voyagent en dehors du pays. Ceux ci sont plus curieux et hésitent moins à s’intéresser aux expats. Ce qui est sûr, et ne soyez pas surpris de ça, c’est fréquent : c’est que le finlandais ne dit pas spontanément bonjour (pourquoi interpeler l’autre et le déranger sans nécessité ?) et les invitations entre amis, collègues, voisins, sont rares. En bref, nous n’avons pas la même définition de la convivialité, c’est tout. Mais ne nous voilons pas la face, il y en a peut-être que cela arrange de ne pas avoir à lier connaissance non plus... à chacun sa façon d’être.

Le coût de la vie élevé, comme dans de nombreux pays du nord de l’Europe et mérite d’être considéré avant d’arriver sur place,

La pénombre puis la nuit omniprésente de 15H30 à 9H00 (horaires moyens environ en décembre, ce timing évoluant bien sûr chaque jour) pendant les 3 mois d’hiver (voir plus loin),

La débauche d’alcool les jours de fêtes, quels que soient l’âge et le sexe...

Peu de commerces de proximité tels la boulangerie du coin de la rue que l’on aime tant ! On les retrouve néanmoins dans les marchés couverts où dans les rayons spécialisés de certains supermarchés mais cela ne donne pas la même impression.

Vie active de la femme d’expat

L’accueil parfois "frisquet" de certains autochtones sera très largement compensé par celui de la communauté d’expat -et plus particulièrement des francophones- qui est très chaleureuse. Même si les français sont peu nombreux (estimés à 2000 environ en Finlande), la communauté française est soudée et la solidarité entre mamans sera d’un précieux soutien au moment de votre installation et aussi tout au long de votre séjour. Les sollicitations sont multiples pour la femme d’expat qui ne travaille pas : Le Cercle Jules Verne, Les Dames Francophones d’Helsinki notamment pour entendre et parler français. La convivialité autour de l’Ecole Française Jules Verne ainsi qu’au sein d’autres associations et écoles non citées ici, vous aidera à vivre cette expérience du grand nord dans de bonnes conditions. Que vous soyez investie dans les comités d’organisation de ces associations, ou simple membre participant, votre agenda ici sera bien rempli !

L’accès aux activités sportives au grand air ou en salle est facile. Tous les sports (ou presque) se pratiquent.

La scolarisation des enfants

Nos trois enfants (français, maintenant 3, 6 et 9 ans) vont à l’Ecole Française Jules Verne d’Helsinki située dans le centre-ville (elle était jusqu'en 2011 située sur l’île de Lehtisaari à 15 minutes du centre ville d’Helsinki, à l’ouest (tout près de Espoo)). Elle a mis en place un partenariat avec l'école européenne d'Helsinki pour le secondaire. Cette école dépend du Ministère de L’Education Nationale (AEFE pour le primaire) et accueille les élèves dès 2 ans, de la maternelle au lycée.

Il y a aussi le Lycée Franco-Finlandais ; l’Ecole Internationale ; l’Ecole Anglaise ; l’Ecole Européenne (qui a une section française) ; et bien d’autres encore...

Les écoles locales finlandaises ont aussi excellente réputation. On y entre à partir de 7 ans. Avant 7 ans, les enfants sont accueillis dans des "païvakoti" (crèches organisées par tranches d’âges et encadrées par du personnel compétent). Notre plus jeune enfant y est allée pendant six mois et nous avons été ravis de cette expérience. D’autres familles françaises ont fait ce choix et en étaient aussi contents. C’est la solution pour faire garder son tout petit car le mode de garde via les Assistantes Maternelles semble moins répandu ici.

A noter que les prestations familiales pour les familles françaises vivant en Finlande sont dignes de celles de la France voire plus intéressantes parfois ! "Kela" (la Sécurité Sociale finlandaise) aide financièrement les familles pour la garde ou la scolarisation de leurs enfants de moins de 7 ans. Ceci est donc un point à considérer lorsque l’on vient avec enfants. Se renseigner au cas par cas.

Quant à la nuit ? Et au froid ?

Entre novembre et février, nous sommes bel et bien dans la période la plus... comment dire, "exotique" de la destination : le soleil a beau se lever, la lumière du jour semble bien courte ! Il fait encore nuit lorsque les enfants rentrent à l’école (8h30) et déjà presque nuit à l’heure de leur sortie (15h15). On s’habitue, mais ça peut être dur pour la santé et le moral ; évidemment tout ceci dépend des personnes, et chacun réagira à sa façon au manque de lumière. Mon expérience me fait dire aujourd’hui qu’il est plus facile de s’habituer au froid qu’au manque de clarté hivernale. A noter : pour les mois de mai et de juin c’est juste l’inverse : vous serez inondée de soleil dès 3 heures du matin !

Alors... l’expérience vous tente ?

Ne ratez pas cette belle occasion et bon séjour en Finlande.

Il y a vraiment des tas de choses et de gens à découvrir ici dans ce pays à multiples facettes. Côtoyer les finlandais et approcher leur mode de vie vous marqueront probablement à jamais. Quant aux paysages grandioses et à l’expérience du sauna finlandais, ils seront gravés dans vos mémoires ainsi que dans celle de vos visiteurs pour longtemps !

Benpie.

Femmexpat vous conseille de lire :

HELSINKI : A SAVOIR AVANT DE PARTIR

HELSINKI : LES BONNES ADRESSES

HELSINKI : LES LOISIRS


Commentaires

Poster un commentaire

  • Bonjour,
    Moi et mon conjoint souhaitons partir vivre en Finlande et nous cherchons quelqu’un pour nous aider et nous conseiller sur toutes les marches à suivre pour y arriver.
    Seriez vous disponible pour en discuter ?
    Merci d’avance !

  • Bonjour,
    Je rêve de vivre en Finlande avec mon compagnon, mes 2 petits garçons de 1 et 3 ans, et mon futur petit 3ème. Quels sont les emplois facilement décrochables pour les expatriés ? Moi je suis assistante des ressources humaines et monsieur est ouvrier habituellement. Quel est le budget moyen à prévoir en vue d’une installation ? Vous pouvez me joindre sur mon mail mag_nievre@yahoo.fr si vous ke souhaitez avec grand plaisir.
    Bonne journée

INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !