Connexion en tant que membre

Amérique du sud Ma destination Pérou

Vivre à Lima, Pérou


lima_perou

A l’annonce de la proposition : "Vite, vite, on y va !!" 
Nous venions de rentrer de 2 ans en Espagne, cela faisait 6 mois que nous étions à Paris, lorsque mon mari m’a annoncé qu’on lui propose de partir avec toute sa petite famille (2 enfants, à l’époque 8 mois et 2 ans). Lui hésite, moi je saute sur l’occasion pour enfin quitter Paris (quelques mois à la capital c’est suffisant pour moi !!). De plus, j’ai toujours rêvé de partir en Amérique Latine, alors le Pérou pourquoi pas ?! Mon mari travaillant avec les pays d’ Amérique Latine depuis un petit moment me dit que c’est celui dans lequel il se sentait le plus en sécurité (par rapport au Brésil, au Vénézuela, à la Colombie et au Chili). Sincèrement je ne me faisais aucune image dans la tête, n’ayant jamais été sur ce continent je n’avais aucune idée de ce que l’on pourrait y trouver. Donc nous voilà partis à Lima.

L’arrivée sur place : un grand changement culturel :
Nous avions loué un appart-hôtel pour quelques mois dans le quartier de San Isidoro, un peu cher, mais tout le confort y était. Ce qui m’a le plus frappée à l’arrivée, c’ est la pauvreté et la poussière. Au Pérou, quelque soit la ville il y a de la poussière partout. Les pauvres ici y sont très pauvres, ils n’ont parfois ni eau courante ni électricité (c’est surtout vrai en province). Les riches ici sont extrêmement riches, et pour l’instant il n’y a quasiment pas de classe médiane. Une fois ce choc passé, on se rend compte que les pauvres sont plutôt heureux. En effet dans certains de ces quartiers (surtout à Lima), ils ont accès à un supermarché où tous les produits sont moins chers, à des cinémas avec des prix divisés par 2... et tout le monde ou presque à un emploi (bon c’est sûr plus ou moins précaire), mais gagne sa vie.
Les péruviens sont accueillants pas forcément très souriants à la capitale (comme dans toutes les capitales européennes). Le Pérou a souffert de nombreux tremblements de terre, il ne reste donc pas grand-chose des belles architectures coloniales et parfois les bâtiments qui restent sont peu, voire pas, conservés. Mais il existe en dehors de cela une culture riche et très intéressante.
Lima est une ville très étendue avec un trafic routier incroyable (pire que Paris). Mais finalement les quartiers dans lesquels il fait bon vivre pour des expatriés sont regroupés ce qui fait que l’on en sort rarement, et cela donne l’impression de vivre dans une petite ville.

Les quartiers où il fait bon vivre sont les suivant :
-  Barranco : quartier très sympa en bord de mer, très vivant avec beaucoup de galeries d’art, de bars à la mode de petits resto et de petites maisons de l’époque coloniale. C’est le quartier bohème. Petit bémol, l’humidité qui y règne toute l’année.
-Miraflores : en bord de mer, donc très très humide. En hiver il est possible de passer un mois entier sans apercevoir la mer (brouillard). Mais quartier très vivant, moderne, plein de petits resto, de bars et de boutiques.
San Isidoro : est l’un des quartiers où se regroupe le plus d’expatriés français, mais il m’a paru très froid, on y trouve beaucoup de boutiques et de restaurants de luxe ou des chaînes qui viennent de l’étranger, et très peu de boutiques ou restaurants locaux.
-Surco : Monterrico (là ou se trouve le Lycée français), San Borja (loyer plus modéré),Casuarinas (loyers plus élevés). C’est un quartier très vivant où se côtoient tous les niveaux sociaux avec des boutiques et petits restos, marchés journaliers...
-La Molina : quartier très joli situé sur une colline, mais très éloigné du centre et très touché par le trafic routier. Mauvaise idée donc si vous travaillez à Miraflores ou San Isidoro.
Après avoir vécu quelques mois à San Isidoro, nous avons décidé de loger à Surco, avec moins d’humidité et plus de chaleur. Cela ressemble à une petite ville dans laquelle on y trouve tout.

Le transport attention aux combis !
Les péruviens conduisent très mal et sont très brusques. Les transports en communs publics sont inexistants, si vous voulez tenter de prendre les combis, prudence car ce sont eux qui provoquent le plus d’accidents (ils sont payés à la com). Il faut donc conduire prudemment et toujours en alerte, c’est faisable !! La corruption existe chez les policiers (’como lo podemos arreglar ?’ est la phrase magique). La circulation est celle de grandes villes, avec beaucoup d’embouteillages aux heures de pointe.

Supermarché et nourriture : qui a dit que la meilleure des gastronomies est française ?
Le Pérou est le pays d’Amérique Latine où l’on mange le mieux. La cuisine est délicieuse et très variée, beaucoup de poissons et de fruits de mer. Ils font aussi beaucoup de mélanges avec la cuisine asiatique et européenne. Un régal !! On trouve quasiment de tout, beaucoup de fruits et de légumes. Ce qui manque est le bon fromage, le bon chocolat et le bon vin (ils en produisent très peu).

L’école : des petits très studieux !
Pour les petits il existe le nido, il y en a partout. Ils prennent les enfants en général à partir d’1 an jusqu’à 5 ans. C’est une sorte de mini école qui propose aux enfants des activités variées et un apprentissage des couleurs, chiffres, lettres... Pour les plus grands : le colegio qui prend les petits à partir de 4 ans en général.
Le lycée Franco Péruvien est bien coté et propose de nombreuses activités extrascolaires. Pour ceux qui n’ont pas de moyens de locomotion, il existe des mobilidades qui viennent chercher les enfants chez eux le matin et les ramènent de l’école, l’après-midi (se renseigner auprès de l’établissement).
-le rythme scolaire est : toute la matinée jusqu’à environ 12h30-13h pour les plus petits et jusqu’à 14h- 15h pour les plus grands.
-Les cours commencent en mars et se terminent en décembre (grandes vacances). A cheval entre juillet et août, il y a 2 à 3 semaines de vacances (d’hiver). Je pense qu’au Lycée Franco-Peruano, les vacances sont adaptées pour permettre aux français de rentrer durant l’été européen.

L’aide domestique : des vacances pour maman !
Au Pérou, les salaires de base sont très bas. Donc une aide domestique journalière est possible. Il faut compter environ 850 soles (environ 224 €) par mois plus les charges si vous la déclarez (environ 30% du montant). Vous pouvez aussi solliciter les services d’unecama adentro (elle dort chez vous toute la semaine et rentre le samedi chez elle pour revenir le dimanche soir). Le mieux pour trouver une personne de confiance, est de faire marcher le bouche à oreille où les petites annonces de Lima Accueil.

Le week-end : à nous les sorties et visites culturelles !
Vous pouvez facilement sortir de la ville :
- soit pour aller à la plage (la 1ère est à environ 1h30 de Lima) car les pages de Lima sont polluées et pas très jolies.
-  soit pour aller à la campagne : Chosica, Pachacamac, Cieneguilla ...
- soit pour prendre l’avion et visiter le Pérou qui vaut largement le coup (Machu Picchu, Arequipa, Cuzco, lac Titicaca, la vallée de l’Inca, Ayacucho, Cajamarca, Huaraz, Trujillo....)
Ou vous pouvez profiter de nombreux musées, galeries d’art, expo, cinémas, théâtres, concerts que propose la ville de Lima. Pour les petits de nombreux spectacles et parcs, zoos...

Les contacts français sur place :
-  L’Alliance française propose des soirées francophones, des expos, des films internationaux, une belle bibliothèque...
Lima Accueil réunit les français le temps d’un café rencontre, d’un café maman-bébé, de soirée entre français, de sorties culturelles, de chorale, de cours de cuisine à thème...
Il est donc très facile de rencontrer d’autres français sur place, qui vous transmettront avec plaisir leur bons plans et leurs expériences.

Le Pérou est un pays riche en culture, accueillant, désordonné et en développement certes, mais on s’y éprend vite et il sera très difficile pour nous d’en partir !!

Olivia B-P
Juin 2011

Femmexpat vous conseille de lire :

PEROU : à connaître avant de partir

Lima : à savoir avant de partir

Lima : les bonnes adresses


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !