Connexion en tant que membre

Amérique du sud Ma destination

Vivre à Mérida, au Mexique

Ajouter à mes favoris

Vivre a Merida au MexiqueMérida est située à 350 km de Cancún dans la région du Yucatán au Mexique. Elle se trouve à 30 km de la mer du Golfe du Mexique. La péninsule est composée de trois états, Campeche, Yucatán et le Quintana Roo. Jennifer y est installée depuis 10 ans. Pour elle, vivre à Mérida n’a plus de secrets.

Je suis arrivée à Mérida il y a plus de 10 ans. J’avais 25 ans

Je suis d’abord arrivée à Cancun où des amis de la famille sont venus me chercher. Ils m’ont ensuite emmenée à la station routière où j’allais prendre un bus pour rejoindre Mérida. Je me souviens être très fatiguée, 24h de voyage et qu’il faisait extrêmement froid dans le bus. L’air conditionné dans les transports en commun est souvent exagéré.

La famille d’accueil chez qui j’allais rester pendant une année est venue me chercher à la gare routière de Mérida. C’était la nuit et la ville m’a paru immense. Les maisons étaient toutes différentes et on passait d’une superbe maison coloniale à une maison en ruine.

Les habitants sont très sympathiques, souvent timides

Les Européens ont tendance à les aborder un peu trop directement. Or ils sont souvent un peu effrayés de cette manière que nous avons de nous exprimer. Les vrais Yucatèques ne parlent pas anglais, encore moins français. Donc sur place l’espagnol même rudimentaire est de rigueur. Vous trouverez toujours des personnes qui parlent un peu anglais dans les endroits touristiques, bien évidemment.

Ce qui me plaît le plus ?

Le climat

Le Yucatán et surtout Mérida est connu pour son climat chaud et humide toute l’année. Les chaleurs extrêmes sont atteintes en avril et en mai avec 40 degrés, mais des sensations thermiques de 55. Mais l’hiver français ne me manque pas.

Cependant, le climat chaud et humide n’est pas fait pour tout le monde. Il faut vraiment y penser avant d’envisager une expatriation à Mérida. Beaucoup de Français sont ainsi repartis en France à cause de la chaleur.

La vie en général

Tout est plus tranquille, relax, même si les gens travaillent beaucoup, sont debout très tôt et se couchent très tard, ils ont toujours le sourire. Le Mexicain est souvent très fataliste et réaliste, s’il a de quoi manger et un toit sur la tête, il n’a pas à se plaindre.

Les personnes à Mérida sont souvent très humbles. Mais je parle ici d’une catégorie socio-économique plus basse. Toute la partie du nord de la ville est plus américanisée et possède donc un pouvoir d’achat plus fort. D’ailleurs la ville est divisée de cette manière, le nord riche, le centre moyen riche et le sud pauvre, pour faire simple.

J’aime par-dessus tout la liberté que l’on peut avoir ici. Les possibilités sont infinies.

Ce qui me plait moins ? Le manque de ponctualité

Je reste française et j’ai eu beaucoup de mal à m’adapter au fait que les personnes ne sont pas ponctuelles ici. Comme le temps est très relatif ici, au Mexique. D’ailleurs cette relativité se ressent dans leur propre langue, le « ahorita » mexicain, veut dire dans 10 minutes ou dans 3 heures. « Ahorita voy a verte », « je viens de voir dans un moment... ». Mais ce moment, c’est quand ?

Donc quand il s’agit d’amis pour un diner, si vous voulez qu’ils arrivent à 13h dites-leur 12h. Même chose pour les plombiers, électriciens, etc. J’ai mis ainsi des années à trouver quelqu’un qui soit ponctuel pour les travaux que je devais faire à la maison. Le Mexicain travaille très bien, mais à son rythme.

Logement

Les expatriés cherchent souvent à vivre dans le centre de la ville, pour le côté traditionnel, les maisons coloniales, les personnes et les marchés locaux de produits artisanaux.

La plage, Progreso, Chelem et Telchac, sont les endroits où les personnes achètent ou font construire. En effet, les plages sont très jolies et encore relativement désertes. À l’inverse de Cancún où tout est très bétonné maintenant.

Le nord de la ville peut plaire à beaucoup de personnes. Les maisons sont plus grandes, plus modernes et les services plus présents. Comme je le disais, le nord est plus américanisé. Et vous trouverez de grandes enseignes américaines comme Walmart, Home Depot, Costco etc. Ce qui est très pratique.

Tout dépend donc de ce que vous recherchez en venant ici.

Se déplacer

Les bus

Ah, la grande différence avec la France ! Il y a des bus dans la ville qui sont en piteux état, même si avec les années il y a eu des améliorations. On peut prendre un bus en levant la main dans la rue. Comme il n’y a pas vraiment d’arrêts de bus, ou très peu.

En ce qui concerne les itinéraires… je ne les connais pas. Il faudra demander à quelqu’un dans la rue quel bus prendre pour aller à tel endroit.

La circulation

La circulation a fortement augmenté en 10 ans. Il y a beaucoup plus de monde et souvent des embouteillages aux heures de sorties d’école ou du travail.

Et la conduite est… différente. 

Obtenir son permis ici est très simple, donc cela engendre des problèmes sur la route. Les gens au milieu des deux voies, pas de clignotant, pas de feux de stop… Et ça vaut aussi pour les bus.

Donc, en tant que Français, il faut s’armer de patience. Certes nous connaissons le code de la route, et ses règles, mais elles ne sont pas respectées ici. Donc au lieu de s’énerver pour rien, patience, patience.

S’alimenter

Faire des courses

Vous pouvez trouver des aliments locaux dans les marchés locaux, très typiques. Mais il faut y aller tôt pour les produits frais, à cause de la chaleur.

Et vous trouverez de tout dans les supermarchés. Dans le nord, les produits seront plus « jolis », alors que dans les supermarchés du sud un peu moins.

La nourriture locale

La nourriture locale est très bonne à mon goût et on la trouve à des prix très accessibles. Le Poc Chuc, le Relleno Negro, le Queso Relleno et autres plats typiques vous plairont. Il faut cependant faire attention au piment local, le Chile Habanero, on ne plaisante pas avec ça. Ça pique vraiment ! 

Pour les estomacs français attention à la nourriture dans la rue ! Comme vous risqueriez de terminer bien malade. Même chose pour les aliments que vous achetez ici pour cuisiner chez vous. Il faut en effet bien désinfecter avec des produits prévus à cet effet, pour éviter des intoxications alimentaires.

J’en ai fait 3 ou 4 en l’espace de 10 ans, et je ne les recommande à personne. Donc là encore on ne plaisante pas avec ça. Alors que vous mangiez chez vous ou dans des restaurants, prenez des aliments cuits ou grillés.

Enfin, attention avec les crudités, les salades et bien sûr l’eau du robinet. Buvez plutôt de l’eau en bouteille.

Autour des enfants

Je suis professeur de formation et je peux vous parler en profondeur des écoles ici.

Il y a les écoles publiques et les privées

Mais ce n’est pas comme en France où le public offre une très bonne scolarité. Ici le public c’est souvent 50 à 60 enfants dans une même salle, un seul prof, pas d’air climatisé et des conditions pas très agréables. Et il y a le privé, qui est tout l’inverse. 25 élèves, un prof, air conditionné et des installations de pointe...

En ce qui concerne les enseignants

Et bien… ce n’est pas parce qu’ils sont dans le public qu’ils ne sont pas compétents et inversement. Donc il faut trouver la petite école publique qui n’a pas des installations trop obsolètes. Ou la petite école privée qui ne vous coûtera pas trop cher. Ce n’est pas facile, mais on peut trouver.

La religion fait souvent partie intégrante de beaucoup d’écoles

Il faut le savoir. Là encore, il faut faire des recherches pour trouver des écoles laïques ou une école où les cours de religion ne seraient pas obligatoires, si toutefois c’était votre choix.

Le rythme scolaire est assez proche du rythme scolaire américain

Les enfants commencent tôt, à 7h, et terminent tôt aussi, à 12h ou 13h. Et les après-midis sont consacrées aux activités extra-scolaires comme le sport, l’apprentissage d’une langue, la musique, etc.

Les activités du week-end

Les Mexicains ont l’habitude de beaucoup s’occuper les week-ends. Ils sont nombreux à se rendre à l’église le dimanche, mais d’autres iront dans les centres commerciaux au frais, ou à la plage, ou resteront en famille. Ça dépend des familles.

Mais c’est rare qu’un Mexicain ne fasse rien, il a toujours des réunions de famille ou avec des amis le week-end. Il faut s’occuper et profiter, car le reste de la semaine le dur travail recommence.

Une région magnifique et sûre

Mérida est une région vraiment parfaite dans le sens où il n’y a pas ou peu d’insécurité, contrairement au reste de la république où le crime règne.

Vous avez la plage à 30 km, les Cenotes, les Sites Archéologiques à 50 km à la ronde et les plus belles plages du monde à 350 km avec la Riviera Maya…

Ne pas rester qu’entre Français

Il y a des clubs où rencontrer des Français ou des expatriés. Mais je conseille plutôt aux expatriés de rencontrer des Mexicains pour ne pas rester uniquement entre Français, ce qui arrive beaucoup ici.

Les clubs peuvent se trouver facilement sur Facebook. Mais je n’y participe pas moi-même, mes amis sont mexicains ainsi que mon mari.

Accompagner les expatriés

J’ai une page Facebook, JG Expat Services Mérida. En effet, j’aide les expatriés depuis des années. Mais ce n’est que récemment que j’ai vu qu’il y avait une vraie demande en conseils et en accompagnement dans la région.

Que ce soit pour trouver et acheter une maison, pour savoir à qui parler quand on a un problème (et à qui NE PAS parler), trouver un bon avocat, un notaire, un plombier ou un coiffeur, la demande est là.

Car je vis ici depuis assez longtemps. Et j’offre mes services d’accompagnement pour faciliter les expatriations. Je sais ce que c’est que d’arriver dans un pays sans connaître personne. Car je l’ai vécu à plusieurs reprises.

 

 

Vivre a Merida au Mexique 2Jennifer Garcia

Femmexpat vous recommande de lire aussi :

Yucatan accueil, Mexique


1heure pour faire le point

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

1heure pour faire le point