Connexion en tant que membre

Afrique Ma destination Madagascar

Vivre à Tamatave, Madagascar


Et voilà, une fois de plus nous voici à faire nos valises, nos cartons et à croiser les doigts en espérant que le container fermera avec tout dedans !!

Cette fois oui, la prochaine... Qui sait ! Bref, nous voici sur le point de quitter Montréal pour la chaleur et l’humidité de Tamatave, ville portuaire de la côte est malgache.
Nous avions déjà vécu à Fort Dauphin dans le sud, alors Madagascar n’était pas une inconnue, seulement, de Tamatave, je ne savais pas grand chose alors il a bien fallu que je mette en marche mes réseaux et internet !

Nous sommes arrivés en plein milieu de l’année scolaire, en mars : il fallait faire vite pour s’installer et inscrire les enfants à l’école. Mon mari avait déjà commencé son travail depuis un mois, et par conséquent, les enfants et moi avons tout de suite été plongés dans le bain en utilisant les cyclo-pousses pour les courses ainsi que les allers/retours à l’école. A notre arrivée, les pluies tropicales étaient très fortes et vu l’état des routes, ce n’était pas la joie ! Mais bon, nous savions que cette saison n’était que temporaire, alors on a fait avec.

En tant que nouvelle arrivante, Tamatave m’a paru sale et pauvre. Mais bon, j’arrivais tout juste de Montréal alors la comparaison n’était pas très juste pour ma nouvelle ville ! Mes yeux se sont ouverts à tous les points négatifs : des rues pleines de trous, des ordures nauséabondes partout, la chaleur et l’humidité mélangées et évidemment, un trafic ridicule pour la taille de la ville ! Même le lycée français de Tamatave m’a paru gris et en mauvais état ! Bref, le premier mois fut assez déprimant. Cependant, il y avait quand même la plage, l’Océan Indien et puis 3 supermarchés !

Maintenant, cela fait 18 mois que nous sommes installés et la vie est beaucoup plus douce ! A moi donc de partager mes expériences et mes bons plans. Ceci est donc à titre indicatif car l’expérience de chacun est différente.

Le logement :
Il y a plusieurs quartiers où il fait bon vivre :
Tahiti Kelly et Salazamay, du côté de l’aéroport, au bord de la plage. Les hauts murs cachent de très belles propriétés avec ou sans piscine, avec ou sans vue sur l’océan.
Les alentours du Lycée français jusqu’au consulat. C’est là que se concentre la plupart des profs.
Le centre ville est surtout habité par des familles locales.

Le transport :
En gros, il faut savoir jongler avec, par ordre de taille : les piétons, les vélos, les pousses pousses, les cyclo pousses, les charrues (à main ou à zébu), les voitures, les taxis brousses et enfin, les 4x4 et les camions. Autant vous dire que la cohabitation n’est pas aisée tous les jours.
Quant au code de la route... Quel code ? Si c’est un scooter ou une moto que vous avez, oubliez le casque homologué UE, un vulgaire casque de chantier ou même un casque de hockey ou de vélo suffira ! _ Vous devez également avoir tous vos papiers auto/moto en règle sinon... amende : environ 5 000Ar (équivalent à moins de 2€). Elle n’est donc pas si chère en soit mais c’est le fait que les papiers du véhicule ou bien le permis de conduire sont confisqués qui est agaçant. On vous les rendra contre le paiement de l’amende mais bon... quand même !
Les trous (plus ou moins profonds) qui parsèment les routes mettent à mal toutes voitures dignes de ce nom alors un conseil : se procurer un 4x4 plutôt qu’une berline et si vous vous décidez à acheter une voiture d’occasion sur place, vérifiez bien la mécanique !

L’alimentation :
Un côté positif tout de même : l’approvisionnement en produits européens et autres. Ce n’est pas aussi bon qu’à Tana mais il est bien meilleur qu’à Fort Dauphin où nous avons vécu 1 an.
Pour ce qui est des fruits et légumes, poissons et viandes, on trouve de tout au Bazar Be : marché du centre ville (spécial Vazah). Il y a aussi le Bazar Kelly mais, je n’y vais que très rarement et généralement accompagnée d’amis malgaches. Je m’y sens moins à l’aise. Autrement, il y a beaucoup de petits marchés ou même de petites gargotes qui vendent une sélection moindre et essentiellement des fruits. Pour ce qui est du reste, il y a 3 supermarchés : 2 scores et 1 Shoprite. Score est aussi présent à la Réunion, on y trouve des produits de marques connues. Shoprite est une chaine sud africaine, où l’on trouve aussi une grande variété de produits. Il y a aussi un revendeur chinois : Wi Chu Wing dont le système de vente est très différent du nôtre mais on arrive quand même à remplir son panier, pas de produits frais cependant.
On peut également compter sur quelques gargotes de quartier pour le pain, les œufs et autres produits d’urgence. Au final, on mange exactement ce que l’on veut tant que l’on sait le préparer !

Les enfants :
Si vous venez avec des enfants en âge d’être scolarisés, il y a le Lycée Français de Tamatave. Un grand lycée de 800 à 900 élèves qui va de la très petite maternelle au Bac. Il est tout à fait correct et l’enseignement donné est de bonne qualité. Il y a aussi les écoles privées malgaches de langue française telles que la Petite Bulle, Les Colombiers qui ont bonne réputation. Au Lycée Français, le rythme est le même qu’en France et les horaires et le programme sont identiques à celui des écoles françaises.
Pour les activités du mercredi après-midi, on peut trouver des ateliers privés de dessins, de craft. L’Alliance Française organise des cours pour enfants tels que musique, dessin, danse etc.
On peut également prendre des cours de natation à l’hôtel le Miramar ou bien au Club Nautique. L’équitation et le tennis sont aussi des sports qui se pratiquent à Tamatave. Le premier au Haras de Masteva sur la route de l’aéroport et le deuxième au Miou Miou club ou au Club Nautique. Toutes ces activités sont très attirantes et on peut être tenté d’en faire trop. Pour les petits, des goûters d’anniversaire et des invitations de copains permettent de rencontrer les parents et de nouer des amitiés.

Les distractions du week-end :
Il y a toujours les quelques restaurants du bord de mer comme le Darafify ou l’océan 501 (tous les deux en direction de l’aéroport). Leur carte est variée et je n’ai jamais été malade ! Le cadre des deux restaurants est très sympa : bord de mer, terrasse couverte et salle intérieure. Tous les deux conviennent tout à fait à un repas en famille, entre amis etc.
Pour le soir, il y a le Piment Banane dans le centre ville. J’y emmène moins les enfants, c’est surtout pour une sortie entre amis ! C’est l’endroit branché de Tamatave, on y va pour un pot ou pour le dîner. A côté de cela, il y a aussi Le Pile ou Face en ville, le T-waï pour ses pizzas et pour boire un pot, le Pacifique pour la cuisine chinoise, le bateau ivre pour un grand groupe ou même un petit le Sunny hôtel propose un restaurant et une piscine ainsi qu’un petit terrain de golf.

Tamatave est un endroit sympa pour pratiquer la moto ou le quad sur la plage ou bien sur les pistes en dehors de Tamatave. Il y a bien sûr des revendeurs de motos sur place, ou bien à Tana. On peut aussi s’évader de Tamatave, pour ça, il existe de très bons guides mais voici quand même quelques endroits :
Ivoloina
Foulpointe
Mahambo

Pour ce qui est de rencontrer des gens, l’école et ses parents d’élèves restent un bon moyen ! L’Alliance Française et ses activités diverses vous permettent aussi de croiser des adultes. On a essayé de mettre en place une bibliothèque tournante et je pense que cela fonctionnera mieux l’année prochaine

Pour conclure, mes conseils sont de ne pas rester chez soi et d’être ouvert, ce qui est essentiel à une bonne intégration ! Si vous avez la possibilité de faire une visite de reconnaissance, essayez de passer au lycée français. Faites aussi un petit tour à l’Alliance Française pour récupérer le dépliant des activités en cours. Passez dans les supermarchés afin d’évaluer ce qu’il vous faudra mettre en plus dans votre container. Un petit tour chez Ikea s’avère toujours nécessaire avant le grand départ

Annabelle Bolo

Liens utiles:

Alliance Française de Tamatave
Lycée Français de Tamatave

 

Femmexpat vous conseille de lire :

Madagascar : 7 conseils pour se fondre dans le décor

MADAGASCAR : à connaître avant de partir


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !