Connexion en tant que membre

Education La Petite Enfance La Scolarité

Devoirs de vacances. N’en demandez pas trop à vos petits expats !

Ajouter à mes favoris

Devoirs-de-vacancesTous les ans au début de l’été, c’est le même casse-tête pour nous parents. Doit-on laisser nos enfants vaquer à leurs loisirs, leurs retrouvailles avec leurs familles en France et leurs copains laissés depuis leur expatriation ? Ou bien faut-il malgré tout maintenir leurs neurones sous tension en les faisant réviser avec des devoirs de vacances ?

Ces derniers sont-ils vraiment utiles ? Comment s’y prendre pour bien faire ? Voici quelques pistes pour faire la part des choses entre travail et loisirs.

 

Les cahiers de vacances sont une aide précieuse dans la scolarité à l’étranger de nos enfants

Si les cahiers de vacances ne dorment pas dans la valise, voici leurs avantages pour nos enfants expatriés :

  • Les devoirs de vacances permettent à l'enfant de ne pas être complètement déconnecté de ses apprentissages. Grâce à eux, l’enfant peut rattraper ou combler certaines lacunes durant les grandes vacances. Cela concerne directement les enfants scolarisés dans une école locale d'un pays non-francophone.
  • Les devoirs des vacances offrent un bon support aux parents pour transmettre leurs connaissances en passant du temps avec leurs enfants. Pendant cette période en famille, la culture française, et le français prennent la relève de l’apprentissage de vos enfants après une année scolaire dans un établissement local. Et c’est une très bonne chose !
  • Avec ces révisions, également, l’enfant qui a éprouvé des difficultés pendant l’année scolaire se sentira mieux armé pour faire face à l’année suivante. Les plus angoissés y trouveront un appui leur permettant de reprendre confiance progressivement.
  • Les devoirs de vacances permettent enfin aux parents éloignés de la France de se rendre compte de ce que doit savoir leur enfant, à son âge, au regard du programme français de l’Education nationale.

 

Comment mettre en œuvre ces révisions pour qu’elles soient efficaces ?

60% des enfants font leurs devoirs de vacances avec leurs parents. Pour autant, 91% d’entre eux s'y attellent moins d'une fois par semaine… D'où des séances de travail forcé qui tournent souvent au cauchemar. Travailler pendant l'été est souvent vécu par petits et un peu plus grands comme une frustration, voire une punition. Et personne ne gagne à ce jeu-là !

Selon une étude de l’Institut de recherche sur l’Education (Iredu), 4,4 % des parents déclarent que leurs enfants ne les ont pas utilisés, et 72,2 % qu'ils les ont utilisés partiellement. Enfin, seulement 23,4% d’entre eux les ont totalement achevés.

 

Voici quelques petites astuces utiles pour motiver votre enfant :

Tout d'abord, le plus important est de faire ces devoirs de vacances régulièrement, sans y passer plus de trois heures par jour. Cependant, tout dépend de l'âge de l'enfant.
Ensuite, trouvez d’abord la méthode adéquate, celle qui convient le mieux à votre enfant. Puis identifiez le moment de la journée où votre enfant est le plus réceptif.

Et c’est à ce moment-là que vous, parents, devez être disponibles pour l’accompagner dans sa tâche.

 

Suivez alors ces quelques conseils :
  • Choisissez si possible le support pédagogique avec eux.
  • Déterminez ensemble un créneau horaire réservé aux devoirs. L’idéal est un rendez-vous quotidien bien délimité.
  • N’insistez pas le jour où ils sont fatigués.
  • Soyez disponible et faites preuve de diplomatie et de patience.
  • Ne donnez pas de sanction. Et ne les menacez pas de les priver de leur activité préférée s’ils n’ont pas réussi leur exercice (évidement contre-productif).
  • Ne mélangez pas les moments de loisirs et ceux de travail. Oubliez le Bescherelle sur la plage ! Réservez une demi-heure à une heure aux révisions selon l’âge de l’enfant, de préférence le matin après le petit-déjeuner, au calme à la maison. Après, on n’en parle plus !

 

Quels devoirs de vacances ?

Les devoirs de vacances sont une tradition bien française. Et nous la gardons jalousement à l’étranger. Ainsi, notre valise s’alourdit au moins d’un cahier pour permettre à nos chers petits - bon gré, mal gré – de faire leurs devoirs de vacances. Cette tradition semble souvent et désespérément casse-bonbons pour les intéressés.

Alors comment s’y prendre ? Soyez INVENTIFS ! Et transformez le cahier en jeux interactifs, ou en travail sur l’ordinateur.

 

Ce qui existe pour accompagner vos enfants pendant les vacances :
  • Les classiques cahiers de vacances selon le niveau (de la maternelle à la terminale) et les matières. Trois éditeurs dominent aujourd’hui ce marché : Passeport, Nathan Vacances et Hatier Vacances. Egalement les supports du Cours Legendre sont recommandés. Un conseil : inutile de prendre un niveau supérieur ! Surtout si votre enfant ne maîtrise pas les bases. Choisissez plutôt un niveau inférieur pour lui faire travailler ses acquis. Cela évitera ainsi de le démotiver et/ou de le frustrer.
  • Des fiches questions comme les Incollables de Play Bac ;
  • Des CD-ROM et des logiciels éducatifs. Ainsi les célèbres « Passeport » sont disponibles depuis quelques années sur Nintendo DS. Au menu : du français, des maths et de l’anglais, du CP à la 6ème.
  •  Tête à modeler. Ce site d’activités créatives vous propose en accès libre tout une série de cahiers de vacances ludiques pour maternelles et primaire. Regardez, sélectionnez avec votre enfant et imprimez. Rien de plus facile !

 

Mais aussi, le cerveau de nos enfants à besoin de se reposer !
Ce que les spécialistes et les études nous enseignent.

Surtout, les vacances doivent rester synonymes de repos. Un repos bien mérité et, surtout, un temps nécessaire dans le processus d’apprentissage de l’enfant. Il ne faut pas le mettre constamment sous pression, c’est contre-productif. Après une phase d’apprentissage, l’enfant a besoin d’une phase de repos pour assimiler les notions vues en classe. Les vacances sont donc une période de stabilisation qui permet à terme de vérifier les acquis. Sans ce repos, l’élève ne va répondre que par réflexe et par habitude.

Et les études le montrent, le cerveau des enfants doit se reposer pour leur permettre de maîtriser les apprentissages. Lorsqu’on est oisif, le cerveau se fixe des objectifs. Des idées nouvelles apparaissent et cela peut stimuler la créativité.

Reste alors à faire preuve d’imagination ! Oui si vous optez pour abolir ce rendez-vous avec votre enfant, sachez que votre tâche ne s’arrête pas là… Vous allez encourager différemment ces petits en leur suggérant d’autres activités stimulantes pour leurs sens.

 

Il existe diverses manières de doper leur intellect sans en avoir l’air 

Autrement dit, apprendre en s'amusant c'est possible ! Quelques pistes : 

  • Tenir un journal de bord dans lequel sont consignés les faits marquants des vacances (cf. Inciter nos enfants expatriés à écrire en français : mission impossible ? ).
  • Initier son petit dernier à des activités culturelles, inciter l’aîné à faire du sport
  • Des balades instructives et culturelles peuvent être tout aussi intéressantes et importantes qu'un devoir de vacances.
  • Offrez des livres en français « pour le plaisir », et surtout pas parce qu’ils sont au programme. Ne visez pas forcément les classiques. Peu importe qu’il s’agisse d’un polar ou d’un roman pour ados, le principal, c’est de leur donner le goût de la lecture. L’été est une période agréable et paisible pour les initier à la pratique de la lecture. (cf. Comment amener son enfant à lire des livres en français ? )

 

Toutes ces pistes sont précieuses pour apprendre à vos enfants de nouvelles compétences toutes aussi importantes que les notions scolaires. Et au-delà de l’aspect académiques, les activités extrascolaires sont aussi utiles pour l’estime de soi, la culture générale ou encore le travail de la mémoire.

 

Les spécialistes partagés sur la question des devoirs de vacances

Certains estiment qu’une rupture avec le cadre scolaire est indispensable. Les autres prônent des devoirs à dose modérée, mais régulière, avec les parents comme tuteurs. Tout dépend du niveau de l’enfant, de sa maturité et de son année scolaire passée.

Attention, renforcer ses acquis est une chose, anticiper le programme de la classe suivante en est une autre, qui tente de plus en plus de parents. Or, les vacances ne doivent pas servir à accélérer le parcours de l’enfant. Attention donc à ne pas vouloir trop en faire, même si la réussite de vos enfants vous préoccupe et vous angoisse.

Finalement, et encore une fois ici, tout est question de compréhension de l’enfant, de ses besoins et surtout de bon dosage !

Les vacances sont d’abord et justement faites pour lâcher du lest, oublier les contraintes et la pression vécues pendant l’année scolaire. Ce qui n’empêche pas de se remettre dans le bain en revenant de vacances quelques jours avant la rentrée et en se couchant à des heures raisonnables. Ainsi, les professeurs retrouveront nos petits expats en pleine forme à la rentrée !

 

Sabine Cros-Scherer

Sabine Cros-Scherer est responsable des pages Education de FemmExpat.
Un témoignage à partager, un sujet que vous souhaitez voir traiter ?
Ecrivez-lui à sabine.cros@femmexpat.com

 

 

 

Femmexpat vous conseille le lire aussi :

L’été pour améliorer le niveau de français de vos enfants

Apprendre le français : le jeu est-il la solution ?


1heure pour faire le point

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

1heure pour faire le point