Connexion en tant que membre

La Scolarité Les Enfants Ma vie en expatriation Mes dossiers

3 secrets pour un changement d’école réussi


3 secrets pour un changement d’école réussiEt voilà, la nouvelle vient de tomber : l’expatriation à Houston c’est fini.

En juillet, retour en France, à moins que ce ne soit départ pour Abidjan.

Première réaction : argh, il va encore falloir changer les enfants d’école !

A l’annonce de la nouvelle, votre aînée a plutôt bien réagi… Enfin, à vrai dire, elle n’a pas réagi du tout. Et vous vous êtes dit « Ouf, c’est passé comme une lettre à la Poste ! ».

Pour votre dernier, en revanche, c’est le cataclysme. Il est en train de se rouler par terre. Et vous commencez à angoisser. Est-ce que ça va lui passer ?

J’ai vécu l’expérience d’un changement d’école tout récemment.

Départ de la Malaisie et retour à Paris en octobre dernier. Autour de nous, en France, nous avons entendu, « Bah, elle a 5 ans, à cet âge là, on trimbale les enfants partout, ils s’adaptent super vite ».

Eh bien non. Faux et archi-faux. Pour un enfant de 5 ans aussi, un changement d’école, de pays, c’est un séisme.

Alors mieux vaut le savoir et être bien équipés pour l’accompagner au mieux ! Mon conjoint et moi avons eu la chance d’être remarquablement bien accompagnés par l’école que notre fille quittait à Kuala Lumpur.

3 secrets pour un changement d’école réussi
Une expatriation qui se termine, comment l’annoncer aux enfants ?

Les conseils que nous avons reçus nous ont épargné des mois de doutes, de frustrations et de difficultés d’adaptation.

A mon tour aujourd’hui de partager avec vous ces conseils que j’ai reçus et appliqués, résumés en 3 secrets pour que le changement d’école se passe bien !

1. Savoir ce qui va se passer !

3 secrets pour un changement d’école réussiDans les mois qui viennent, votre enfant va passer par un tourbillon d’émotions : tristesse, peur, colère, déprime, frustration, timidité… La phrase classique des parents qui racontent avec le recul leurs premiers mois après la fin d’une expatriation c’est « Je ne reconnaissais plus mon enfant ».

Alors il y a un secret à connaître : cela est NORMAL !

Votre enfant n’a pas changé, simplement vous ne le reconnaissez plus parce qu’un changement d’école, de pays, déclenche des émotions fortes. De l’appréhension du départ à la déprime des premières semaines en passant par la timidité des premiers mois, vous allez avoir droit à toute la palette de Lost in Translation avant que votre nouvelle vie ressemble enfin au long fleuve tranquille de votre vie d’avant.

2. Anticiper

Maintenant que vous savez ce qui va se passer, voici un secret en forme de bonne nouvelle : il devient possible d’anticiper !

Bien sûr, vous avez déjà très certainement organisé une fête de départ avec les copains et copines de l’école. C’est un moment très important, l’occasion de faire le plein de bons souvenirs.

Voilà 3 pistes pour aller plus loin :

- dire au revoir à tout ceux qu’on oublie, mais qui ont donné sa couleur à la vie quotidienne de votre enfant à l’école : le garde à l’entrée de l’école, la dame de la boulangerie au coin de la rue, l’assistante de son ancienne classe de maternelle…

- exprimer sa gratitude : penser à dire merci à cette prof extraordinaire qui lui a redonné confiance en lui en maths ; au meilleur copain pour tous les bons moments partagés ensemble ; aux voisins qui l’emmenaient aux entraînements de natation… Dans les moments de tristesse du départ, dire sa gratitude c’est convoquer une émotion positive qui fait du bien !

- penser à la nouvelle école : aidez votre enfant à se projeter dans l’avenir. Quels seront les côtés sympas de sa nouvelle école ? Sur qui pourra-t-il s’appuyer quand il rencontrera une difficulté ? etc…

3. Accompagner

Voilà, ça y est, vous avez super bien géré le départ. Ce n’est pas encore l’euphorie, mais bon votre enfant est rentré dans sa nouvelle école et ça se passe plutôt bien.

Votre enfant va maintenant avoir besoin de vos encouragements ! Les premiers pas dans sa nouvelle école vont lui demander de cultiver des qualités essentielles pour s’épanouir dans la vie, mais qui sont peut-être encore timides chez lui : sortir de sa coquille, aller à la rencontre des autres.

Pour cela, il va devoir prendre des risques, par exemple de se prendre une veste avec Camille qui opposera un vigoureux NON à sa proposition de s’assoir ensemble à la cantine. Soyez sympa, soyez-là pour encourager ses efforts !

Sympa, oui, mais il se peut qu’à ce moment-là vous ne soyez pas au top de votre forme. Un retour en France, une nouvelle expatriation, ce sont des périodes de transition qui sont difficiles à gérer pour nous aussi en tant qu’adultes.

C’est normal et ne vous mettez pas la pression à vous comporter en super héros : Demandez de l’AIDE ! Sur qui, à l’école et hors de l’école, votre enfant pourra-t-il s’appuyer pour surmonter les petites et grandes difficultés de l’adaptation dans sa nouvelle école ?

A vous de jouer !

Maintenant que vous connaissez les étapes par lesquelles va passer votre enfant dans les prochains mois, quelle première action allez-vous prendre maintenant pour l’accompagner ?

Réfléchissez-y 5 minutes. Puis allez faire un tour par ici, vous y trouverez 15 astuces pratiques pour gérer au mieux la transition !

Laissez-moi un commentaire, j’ai hâte de vous lire !

Magali, de Parents du XXIe sièclePar Magali, de Parents du XXIe siècle

Crédit photo : StockRocket, Parents du 21ème siècle,

FemmExpat vous conseille de lire aussi :

Comment choisir la bonne école pour votre enfant en expatriation ?

« Ulysse, petit expat », le premier album jeunesse sur l’expatriation !

Solutions Expatriation : la méthode Hattemer à distance, partout dans le monde


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !