Connexion en tant que membre

La Scolarité la scolarité au retour

Quel système scolaire reintégrer après une expatriation 


ecole francaiseCe moment “when your start thinking dans les deux langues at the same temps”… Si votre enfant est dans le même cas, vous êtes sûrement en train de vous demander dans quel établissement scolaire vous allez pouvoir l’inscrire à la rentrée prochaine en France ?

Comment réintégrer le système français, poursuivre un parcours bilingue ou la pratique d’une langue rare après quelques années d’études dans le système international ? La question est simple mais la réponse est compliquée. C’est pourquoi nous vous guidons afin que vous trouviez des solutions « au retour d’expatriation, quelle école choisir pour mon enfant ? »

 

Avant tout, commencez à constituer dès que possible le dossier scolaire de votre enfant et commencez les démarches administratives en amont. N’attendez pas le dernier moment pour chercher une place dans un établissement !

Nota : nous nous concentrons ici sur le niveau scolaire et les équivalences. Concernant le potentiel « choc culturel » du retour dans le système scolaire français en France, lire cet article.

 

  1. Si votre enfant n’a fait que parler français en expatriation

    Il n’y aura a priori aucun souci de réinsertion dans une école française.

 

  1. Si votre enfant est devenu bilingue

Devenir bilingue signifie apprendre à parler couramment une langue étrangère tout en conservant sa langue maternelle à un excellent niveau. Les enfants ont une capacité d’adaptation que les adultes n’ont pas pour apprendre une langue et ils peuvent devenir bilingue rapidement.
De retour en France, si vous ne voulez pas que votre enfant perde la langue apprise en expatriation, il faudra choisir entre un système bilingue ou international. Quant au système français, il pourra le réintégrer facilement.

  • Ecole bilingue, publique ou privée: enseigne une partie du programme en français
  • Ecole internationale: enseignement à 100% en anglais pour rassembler des élèves de toutes nationalités (et où le français n’est qu’une option éventuelle). Si l’enfant est au niveau élémentaire il pourra certainement intégrer cette école.

 

  1. Si votre enfant a oublié son français

La capacité d’adaptation des enfants est telle que lors d’une immersion totale dans la langue du pays, ils peuvent parfois oublier leur français qui se perd aussi vite que la seconde langue s’apprend !

Vous pouvez opter pour une inscription dans une école internationale mais vous devez parallèlement prévoir un budget et/ou une disponibilité pour maintenir le français. 
- Ecole internationale : enseignement à 100% en anglais pour rassembler des élèves de toutes nationalités (et où le français ne sera donc qu’une option éventuelle). Si l’enfant est au niveau élémentaire il pourra certainement intégrer cette école

 

Prévoyez les problèmes d'équivalence et tests de niveau

  • Si votre enfant a suivi ses études dans un établissement français dans le pays d'accueil ou a suivi les cours délivrés par le CNED en expatriation, il arrivera facilement à s'intégrer, au moins scolairement, dans sa nouvelle école de retour en France.
  • En revanche, à partir du CP, les élèves qui ne relèvent pas d’un établissement français public ou privé sous contrat, ni d’un établissement de l’étranger homologué, ni d’un établissement du réseau AEFE, doivent passer des tests d’évaluation de leur niveau organisés par l'inspection académique avant d’intégrer leur classe. Si tel est le cas de votre enfant, il lui est conseillé de suivre des cours par correspondance en prévision de la réintégration dans le système scolaire français.

 

Renseignez-vous sur les inscriptions au lycée 

Elle peut s’avérer plus complexe que l’inscription dans un collège ou une école compte tenu du panel de formations offertes. Pour inscrire votre enfant en lycée privé sous contrat, adressez-vous directement à l’équipe de direction de l’établissement visé. Pour une admission dans un lycée public, il faut passer par un dossier de demande d’affectation que vous téléchargerez sur le site de l’académie qui vous intéresse. Il est important de savoir que ni le choix des enseignements d’exploration, ni celui des options facultatives, ne sont pris en compte comme critère d’affectation. La pratique d’une langue vivante rare ne permet pas non plus d’échapper à la sectorisation. Toutefois vous pouvez vous adresser soit au rectorat de votre académie, soit à l’inspection académique de votre département, service des inscriptions en lycée, pour demander une dérogation.

 

Faites attention aux langues rares en LV2

De nombreux élèves, chaque année, ayant opté pour une langue vivante 2 rarement enseignée éprouvent des difficultés à trouver la possibilité de prolonger cet apprentissage lorsqu’ils sont rentrent en France. La solution la plus fréquemment proposée par l’administration est celle du basculement de la LV2 en LV3, ce qui oblige à faire émerger une LV2 que l’on ne domine pas toujours.

 

Optez en amont pour des cours par correspondance

En expatriation il est possible de suivre un enseignement à distance. Aujourd’hui de nombreux organismes existent : le CNED, le cours Legendre, le cours Sainte Anne ou d’autres encore. Ces cours à distance peuvent venir en complément d'une scolarité effectuée dans le système local ou international. Les élèves optent bien souvent pour des cours additionnels de français. C'est une façon de préparer une réintégration en douceur dans le système éducatif français. Différentes formules sont disponibles  pour tous les niveaux scolaires, mais attention, travailler seul n'est pas si facile pour un enfant. L'implication des parents dans le suivi de l’apprentissage, ou l’accompagnement par un répétiteur, est alors essentielle.  En effet, suivre des cours à distance avec sérieux, pour assurer la réintégration en France, est un challenge – surmontable – d’organisation familiale, qui exige de la rigueur.  Un sacrifice qui s’avère, à terme, payant.

Le dispositif « Scolarité complémentaire internationale » du CNED par exemple permet à tous les élèves de suivre un enseignement français et ce, sans distinction géographique ou de nationalité. L’objectif de cette formule est de permettre à aux élèves de suivre, en parallèle de leur scolarité, une formation complémentaire à distance en français et faciliter ainsi une éventuelle poursuite d’études dans le système éducatif français. Inscrivez-vous dès sur les pages Scolarité complémentaire internationale école, collège et lycée général du site du CNED.

 

Choisissez avant tout une école qui convienne à l’enfant et à la vie de famille

Il est ambitieux de choisir une éducation bilingue mais cela ne doit pas empêcher une vie de famille sereine ! De manière générale, l’apprentissage des langues ne doit pas nuire au bonheur du cocon familial. N’oubliez pas que pour réussir son adaptation, l’enfant doit sentir ses parents déterminés dans leur choix mais également heureux de lui offrir cette expérience. Deux attitudes vont avoir un impact positif sur cette expérience et faciliter la transition : la confiance et le positivisme. Faites confiance à votre enfant, à vous-même en tant que parent, à votre famille et aussi au nouveau cadre scolaire.

 

 

FemmExpat vous conseille de lire :

Les bourses scolaires

Expatriation: comment offrir la meilleure école à vos enfants?

INSCRIPTION ECOLE FRANCAISE A L’ETRANGER

Le choc culturel du retour à l'école en France

Le CNED, ma fille et moi

La scolarité complémentaire internationale : garder un lien avec la France

 

 


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

1heure pour faire le point

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

1heure pour faire le point

Nos derniers articles !