Connexion en tant que membre

Education La Scolarité la scolarité au retour Orientation

Steiner-Waldorf : l’évaluation par la qualité


Steiner-Waldorf l’évaluation par la qualitéDe plus en plus de parents se soucient du « bien-être scolaire » de leurs enfants : seront-ils heureux à l’école ? Quels souvenirs vont-ils en garder ? L’école saura-t-elle les éveiller à eux-mêmes (à l’heure des multiples envahisseurs du monde numérique que constituent les réseaux sociaux, les jeux vidéos et autres passe-temps sur la toile) ?

Avec en ligne de mire, la question des études et par là même de leur emploi futur : nos enfants vont-ils réussir leur vie professionnelle (et réussir leur vie tout court) ? Oui, ces questions, on se les pose, et elles mènent de plus en plus de familles à sortir des sentiers battus de l’Education Nationale pour se tourner vers des pédagogies alternatives.

Parmi celles-ci : la pédagogie Steiner-Waldorf. Très proche de la nature et à la réputation bienveillante, elle propose une méthode d’évaluation particulièrement complète des élèves. Le point avec les pédagogues de l’école de Steiner de Verrières-le-Buisson, située à une dizaine de kilomètres de Paris.

 

Comment les matières sont-elles organisées ?

steinerwaldorfLes équipes pédagogiques établissent d’abord le « plan scolaire ». Autour d’un socle commun de connaissances (correspondant aux exigences de l’Éducation Nationale pour les écoles sous contrat), les matières sont enseignées « par période ». C’est-à-dire que pendant 2 à 3 semaines, les élèves aborderont une seule et même matière dans le cours principal du matin. Chaque jour, les élèves s’efforcent de se rappeler le cours de la veille. Un rappel qui sera l’occasion d’estimer les acquis pour adapter le cours du jour. Après une évaluation écrite en fin de période (progressive des petites aux grandes classes), on laissera « reposer » les connaissances, pour les reprendre plus tard, afin de les intégrer dans la durée. 

Un apprentissage qui va se faire par plusieurs « portes d’entrées » :

Mme Macé, professeur de 2e classe (équivalent CE1) : « J’essaie de toujours solliciter toutes les formes d’intelligences par une approche sensorielle, auditive, visuelle… qui donnera à chaque élève la possibilité de se saisir, à sa manière, des apprentissages. »

Aussi, les matières académiques seront complétées par les nombreux ateliers artistiques et manuels proposés lors du parcours scolaire. Par exemple, la couture, le tricot, le bois, la sculpture, le théâtre, la peinture, etc. C’est ainsi qu’en biologie, au moment où ils apprennent le squelette, les élèves peuvent être amenés à réaliser un crâne à l'atelier de modelage.

 

Quelle évaluation pour les élèves ?

Dans les écoles Steiner-Waldorf, l’évaluation se fait de manière plus qualitative que quantitative. Mme Adler, professeur de mathématiques dans les grandes classes, nous explique :

« l’évaluation des élèves ne se réduit pas à des notes et des bulletins. Cela donnerait une image figée d'un geste plus profond qui se discute régulièrement entre nous en collège (et avec les élèves, surtout chez les grands). Rien n’est arrêté dans notre pédagogie, nous sommes toujours en recherche ».

Aux jardins d’enfants (équivalent de la maternelle), avant le passage en élémentaire, une commission composée de différents professionnels de la petite enfance observe la maturité physique, sociale et intellectuelle des enfants pour évaluer leur capacité à bien vivre la suite de leur scolarité.

Retrouvez ici le film « La maison des petits » tourné à Verrières : 

De manière générale, l’on peut dire que les pédagogues se concentrent sur 4 axes principaux d’observation de l’élève :

  • Le lien à la matière étudiée : Comment l’enfant se « lie-t-il » à la matière étudiée ? Quelle est son attitude quand se présente une difficulté ? (découragement voir dépréciation, évitement, défi) ? A-t-il acquis des connaissances, des compétences, des savoir-faire ? Que lui reste-t-il à acquérir ?
  • Le lien au travail : Quel comportement l’enfant présente-t-il face au travail ? Finit-il très vite ou est-il perfectionniste ? (Est-il « trop vite » ou bien « jamais » satisfait de son travail ?) Il s’agit là d’aborder la notion de présence, de capacité de mémorisation, de patience, de régularité ou encore de persévérance.
  • Le lien aux autres : Une attention particulière est également portée sur les relations sociales des élèves. Par exemple, sont-ils parfois initiateurs dans un groupe ? Respectent-ils le cadre donné ? Comment observent-ils et tiennent-ils compte de leurs camarades, lors d’un travail en groupe ?
  • Le lien à l’avenir : Les pédagogues sont aussi amenés à entrevoir ce que chaque élève porte en lui et ce vers quoi il tend ; au-delà des compétences et des difficultés. Toujours dans le but de lui proposer des méthodes adaptées qui vont solliciter son enthousiasme.

Une observation des progrès de l’élève qui sera d’autant plus fine que les professeurs des classes de primaire peuvent suivre leur classe jusqu’à la 6e ; et qu’un regard croisé des professeurs de toutes les matières se fera chaque semaine lors de la réunion des Collèges de Cycle.

Mme Kamp, professeur de travaux manuels, précise : « Nos appréciations se veulent aussi objectives que possible et dénuées de jugement, les équipes veillent à cela. Il ne s’agit pas  d’enfermer l’élève dans un rôle ni de lui poser une étiquette. Ces observations fines sont à prendre comme une aide ou un « outil » pour le professeur. La pédagogie Waldorf nous incite à renouveler sans cesse notre regard sur l’élève ».

 

Un suivi quotidien

steinerwaldorfLes professeurs doivent créer un outil qui leur est propre pour faire un suivi régulier, écrit, de chacun. Ce dernier va leur permettre d’approfondir leur perception des facultés des élèves. C’est sur cette base qu’ils vont préparer leur cours, les rendez-vous avec les parents et établir le bulletin scolaire. Ainsi travaux personnels, participation orale, cahier de période et devoirs écrits constituent autant de facteurs d’indices pour évaluer les acquis et les difficultés.

Souvent, les élèves n’ont pas conscience d’être évalués car ces observations se font de manière fluide, sans pression. L’objectif est de favoriser l’entraide et la confiance en soi.

Aussi, les nombreux stages qui jalonnent ici la scolarité (bûcheronnage, stage à la ferme, stage social, stage en entreprise…) donnent lieu à la rédaction de rapports écrits et de présentations orales. L’occasion de se préparer en douceur aux examens qui se présenteront plus tard.

 

Les bulletins scolaires

steinerwaldorfAu primaire, il prend la forme d’un « bulletin annuel ». Il présente l’enfant dans son individualité, avec ses qualités, ses forces et celles à développer. Il s’agit de montrer la progression de l’enfant, tant sur le plan scolaire qu’affectif et social.

Dans les moyennes classes (au collège) : contrôles, cahiers et exposés sont signés par les parents. Les élèves reçoivent un bulletin trimestriel, avec des appréciations par matière. Les notes n’y figurent qu’à partir de la 4ème de collège.

Au lycée, les élèves ont un bulletin trimestriel et leurs travaux ne sont plus forcément signés par les parents, au vu de l’autonomie attendue de l’élève vis-à-vis de ses parents.

 

Quid des matières artistiques ?

steinerwaldorfEurythmie, musique, travaux manuels, atelier bois… font parties des spécificités des écoles Steiner-Waldorf. Au-delà de l’expression individuelle ici exposée, ces cours sont autant d’occasion d’évaluer la capacité des élèves à l’auto-évaluation (respect des consignes, soin apporté à l’ouvrage…) mais aussi de les mener à une forme de bienveillance dans le groupe, en exprimant leur opinion sur les autres ouvrages dans un sens évolutif. Il s’agit également d’observer leur persévérance, que l’on pourrait aussi qualifier de « forces de volonté » et leur attitude au sein du groupe que forme la classe.

 

Quels résultats en fin de cycle ?

steinerwaldorfL’école de Verrières-Le-Buisson fait passer le Baccalauréat à ses élèves depuis 2018. Les résultats très encourageants ont amené l’école à maintenir sa classe de Terminale dont l’existence impliquait de forts engagements matériels et humains. De nombreuses mentions, des élèves orientés dans des voies très différentes sont la preuve de la grande adaptabilité qu’offre cette pédagogie. (voir : https://www.ecole-steiner-verrieres.org/lycee-steiner-waldorf-3/ )

Et à en lire l’étude empirique menée par Rebecca Shankland, psychologue et maître de conférence à l’Université de Grenoble-Alpes, les résultats scolaires et le bien-être étudiant a toutes ses chances d’être au rendez-vous sur les années post-baccalauréat pour les élèves issus de cette pédagogie. (voir « Pédagogies nouvelles et compétences psychosociales : De l'apprentissage à l'école à l'entrée dans l'enseignement supérieur » (Savoir et formation)).

Une évaluation que l’on pourrait qualifier de « vivante » et jamais arrêtée, dans l’esprit de la Charte de La Haye qui définit les fondements des écoles Steiner-Waldorf :

« Une école est une école Waldorf/Rudolf Steiner lorsque la majorité des professeurs sont habités par un esprit vif et innovateur. Cet esprit rend léger ce qui est lourd, rend possible ce qui paraît impossible et éclaircit l’obscurité. »

(Extrait de la Charte de La Haye qui définit les fondements des écoles Steiner-Waldorf. Version revue et ratifiée par la Conférence Internationale du Mouvement pédagogique Waldorf. Cercle de La Haye le 7 mai 2016 à Arles/France) 

 
Pour plus d'information, n'hésitez pas à visiter nos sites : 
logoecolesteiner

Ceci est un publi-rédactionnel

FemmExpat vous conseille de lire aussi :

Steiner-Waldorf, une pédagogie adaptée au mouvement 

 

bouton Abonnement NL FXP- 350x150


ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Femmexpat Conférences en ligne

Nos derniers articles !