Connexion en tant que membre

Finances Mes dossiers Partenaire de la semaine

Et si épargner en expatriation était indispensable ?


 expatriation épargne
La découverte d’un autre pays, l’ouverture à une nouvelle culture, le développement personnel des enfants ou encore la carrière sont autant de motivations invoquées par les Français ayant fait le choix de l’expatriation.

Qu’en est-il de l’aspect financier ?

Le niveau de vie a tendance à s’améliorer au cours d’une mobilité internationale, ce qui appelle les expatriés à étudier les différentes solutions d’épargne et de placement.

L’enquête “Baromètre 2019”, réalisée par Expat Communication et la CFE, en partenariat avec la Banque Transatlantique, nous aide à décrypter ce sujet.

 

La fin des ponts d’or

Au cours des dernières années, les règles de l’expatriation se sont adaptées à l’évolution des entreprises en matière de gestion et des marchés. En 2019, seuls 17% des expatriés hors de France bénéficient d’un contrat d’expatriation, modifiant significativement la dimension financière de la mobilité internationale.

Les fameux "packages d’expats", encore légion il y a une vingtaine d’années, ont progressivement laissé la place à des contrats locaux, classiques ou améliorés, pour 65% du panel de l’étude.


Une capacité d’épargne toujours favorable

L’expatriation demeure une période de vie pendant laquelle le pouvoir d’achat reste plus élevé que dans le pays d’origine pour 56% des personnes interrogées. Ce différentiel s’accentue dans des pays hors Europe, considérés « à risques » ou « très pauvres ». En conséquence, il est financièrement plus intéressant de travailler au Niger qu’en Espagne.

Ainsi, 60% des expatriés estiment que leur salaire a progressé à l’étranger, contre 37% au retour, ce qui confère encore à l’expatriation une attractivité financière non-négligeable. Et même si faire des économies arrive en 6ème position des priorités en expatriation, les expatriés n’en oublient pas leurs intérêts financiers.


Même en expat, on n’est pas à l’abri de « coups durs »

L’expatriation peut aussi réserver quelques déconvenues telles que la perte d’un emploi ou les études onéreuses des enfants à financer.

 

« Lorsque mon mari a perdu son job. Nous avons dû réduire la voilure, vendre notre maison en France et adapter notre train de vie de façon radicale explique Marie, expatriée aux Etats-Unis. Pas simple comme situation, dans un pays où le système social n’existe pas. Maintenant que les conditions sont plus favorables, nous pensons à l’épargne pour anticiper d’éventuels nouveaux coups durs, et surtout, envisager l’avenir plus sereinement .»

Pendant leur expatriation, 62% des personnes interrogées privilégient leur pays d’origine pour épargner contre 95% à leur retour. En France comme à l’étranger, les conseillers financiers spécialisés doivent être en mesure d’appréhender les situations complexes des expatriés et de leur proposer des solutions adaptées.

 

« Il est important de mettre à profit l’accroissement des revenus pendant l’expatriation afin de pallier certains aléas ou de mettre en place les bases d’un futur projet. Cependant, la règlementation locale peut parfois compliquer la tâche rendant l’épargne dans son pays d’origine complexe à réaliser, explique Xavier Volatier, Directeur de Transatlantique Private Wealth LLC à San Francisco.

Résidents français ou non-résidents, les grands principes de l’organisation de l’épargne sont identiques. En effet, il est essentiel de tenir compte de la disponibilité d’une partie des investissements, notamment en cas de coup du sort, les systèmes sociaux étant très souvent moins protecteurs qu’en France.»

Dispositifs d'épargne volontaire mis en place en expatriation?
La nécessité d’anticiper le retour

Même bien préparé, le retour d’expatriation reste une étape délicate à négocier. Il se solde par de bonnes comme de mauvaises surprises. Dans de nombreux cas, les postes de dépenses les plus importants ne sont généralement plus pris en charge par l’entreprise.

  • Le logement,
  • les frais de scolarité,
  • les frais de santé ou encore
  • les déplacements en avion
    viennent grever le budget, engendrant une stagnation voire une baisse du pouvoir d’achat pour 65% des personnes sondées.

Le retour de la mobilité peut alors se révéler difficile. Notamment lorsque le conjoint suiveur n’a pas immédiatement trouvé d’emploi en France. Avec un seul salaire, le couple expatrié peut avoir le sentiment d’une forte régression en termes de niveau de vie.

Heureusement, au-delà d’une pression fiscale importante, de lourdeurs administratives pesantes et dans certains cas, d’un choc culturel déstabilisant, le retour d’expatriation est aussi synonyme de vie culturelle foisonnante, d’offres gastronomiques infinies, de protection sociale extrêmement favorable… ! Ne boudons pas notre plaisir !


Profitons de l’épargne en expatriation

Si 76% des personnes interrogées épargnent pendant leur expatriation, elles ne sont plus que 56% à le faire au retour.

Connaissance des droits à la retraite?Connaissance des droits à la retraite du conjoint ?

63% des personnes affirment s’être renseignées sur les droits à retraite de leur conjoint. Pourtant, l’évolution du système des retraites constitue un sujet de préoccupation des expatriés. Certains éprouvent des inquiétudes quant aux conséquences d’une expatriation sur la retraite de leur conjoint, notamment liées à la mise entre parenthèses de leur carrière. C’est pourquoi organiser son épargne à long terme, en prenant en considération les variations de revenus et de ses besoins, est essentiel.

« Se renseigner auprès de spécialistes reconnus permet d’aborder la retraite du couple sereinement. »

Xavier Volatier.

Pays choisi pour l'épargne retraite ?

Environ 2/3 des personnes interrogées choisissent de constituer leur épargne retraite dans un établissement bancaire situé dans leur pays d’origine.

Finalement, il est essentiel d’anticiper chaque étape de l’expatriation afin de mettre en place des solutions d’épargne adaptées pour :

  • Faire face aux coups du sort ;
  • Préparer le retour ;
  • Organiser la retraite.

Le vrai enjeu : trouver des spécialistes qui comprennent nos problématiques.

Le challenge : dégager du temps pour avancer efficacement avec eux.

 

Cet article est sponsorisé par 

logo de la banque transatlantique

FemmExpat vous conseille également de lire : 

Quel est le job type du conjoint expatrié (chiffres enquête 2019) ?

“Expat Baromètre 2019” : L’expatriation peut-elle améliorer mon train de vie ?

La Scolarisation des Enfants Expatriés - Infographie 2019

bouton Abonnement NL FXP- 350x150

bouton Abonnement NL FXP- 350x150


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

Prochains événements

  1. 02/11 – Café Retour d’Expat (en virtuel)

    novembre 2 @ 9 h 00 min - 10 h 30 min UTC+1
  2. 04/11- Conférence Online Etudes Post Bac Amérique du Nord

    novembre 4 @ 16 h 00 min - 17 h 30 min UTC+1
  3. Conférence Online : Commencer des études internationales en 2021, avec le Bachelor de ESCP

    novembre 5 @ 14 h 00 min - 15 h 00 min UTC+1
  4. 02/12- Conférence Online Etudes Post Bac France

    décembre 2 @ 16 h 00 min - 17 h 30 min UTC+1

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !