Connexion en tant que membre

La Maternité La santé Ma destination Mes dossiers Moyen orient Qatar

Ma maternité au Qatar  


bébé-qatarInstallée depuis plus de 4 ans au Qatar, j’ai accouché de mon premier enfant ici. L’expérience décrite ci-après reste bien entendu très personnelle, et a été conditionnée par une grossesse très suivie.

Personnellement, j’ai préféré accoucher au Qatar d’une part parce que je préférais faire tout le suivi avec mon médecin en qui j’avais confiance, pour éviter de rentrer et d’être loin de mon mari et qu’il n’assiste pas à l’accouchement, et enfin parce qu’accouchant l’été, j’étais certaine au Qatar qu’il y avait la clim partout et c’est quand même plus confortable quand on accouche fin juillet. (en France, l’hôpital de ma petite ville n’a pas la clim à la mater…).

Le Qatar est un pays où l’on peut attendre et mettre au monde un enfant sans souci majeur. Même en cas de grossesse difficile (y compris grossesse après FIV). Le système de santé au Qatar permet soit de se faire suivre dans le système public, soit dans le système privé. Beaucoup de femmes en expatriation se font suivre par des ob-gyn dans des cliniques privées et accouchent souvent de même dans des hôpitaux privés. La raison en est simple : le privé accepte les pères lors de l’accouchement et sont à priori plus ouverts aux plans de naissance plus personnalisés (péridurale ou accouchement « naturel », ballon dans la chambre etc…). Il est plus facile aussi d’y obtenir une chambre individuelle. Le Hamad hospital, hôpital public, reste par contre incontournable pour ceux dont les entreprises ne paient pas d’assurance privée (assurant l’accès aux hôpitaux privés) et les grossesses nécessitant un suivi médical particulier et ensuite si l’accouchement pose problème. C’est le seul hôpital ayant une unité de soins intensifs très performante. Les hôpitaux privés ont cette unité, mais en cas de gros souci, le bébé est transféré très rapidement au Hamad. A noter que le Cuban Hospital, à une heure de Doha est un hôpital public avec des médecins et infirmières cubaines. Les femmes ayant accouché là-bas en sont très contentes.

Le suivi de grossesse se fait avec son ob-gyn habituel. Ce dernier pourra vous accoucher s’il a l’autorisation d’exercer et de suivre ses patientes dans les hôpitaux privés. Sinon, il faudra changer lors du dernier trimestre et prendre RV avec le service de gynéco obstétrique de l’hôpital public. Les médecins ont recours pratiquement systématiquement à l’échographie lors du suivi : chaque fois que vous voyez le médecin il vous examine de cette manière. Des échographies plus complètes sont bien entendu réalisées aux 12e et 30e semaines. Très peu voire pas du tout de toucher vaginal, essentiellement pour des raisons culturelles, sauf lors des dernières semaines pour vérifier l’état du col de l’utérus. (Mais personnellement, je ne vais pas m’en plaindre !)

La péridurale est plus ou moins acceptée. En tout cas elle n’est pas aussi populaire qu’en France. Le Hamad l’installe sans souci (sauf si ils sont débordés) mais j’aurai tendance à penser qu’ils estiment que si une femme souffre lors de l’accouchement c’est normal, c’est dans l’ordre des choses. Peu d’empressement à la faire donc. Il faut être constamment derrière les médecins et le personnel soignant, à harceler un peu, pour qu’ils appliquent ce que l’on souhaite (dans la mesure où la santé de la mère et de l’enfant le permettent). Dans les hôpitaux privés, Al Ahli, Doha Clinic, Al Emadi, la péridurale est installée…si l’anesthésiste est là (Doha clinic notamment. Al Ahli a son anesthésiste en permanence).

Le taux de césarienne est très élevé au Qatar. On arrive à plus de 70% de césariennes chez les primipares. C’est ce que j’ai eu, comme la plupart de mes amies. Je ne saurai dire quel est le taux de césarienne « de confort » programmées, mais en ce qui concerne mes amies et moi-même, elles ont été réalisées parce que soit la mère arrivait à un trop grand stade de fatigue, soit le bébé était en souffrance (et avait parfois le cordon autour du cou). Ceci dit, en France le corps médical aurait « tenu » un peu plus longtemps alors qu’il semble qu’ici les médecins ne prennent pas de risques et préfèrent une césarienne à un accouchement par voie basse dans ces cas-là.

Il existe des sages-femmes françaises à Doha, souvent femmes d’expat qui suivent leurs maris. Donc on peut se faire suivre « à la française », faire sa préparation à l’accouchement et la rééducation périnéale. Il existe aussi beaucoup d’autres endroits pour pratiquer le yoga prénatal ou faire de la gym prénatale. Certaines « doulas » anglosaxones sont aussi installées à Doha. Sage-femme ou doula, ce n’est pas du luxe de se faire accompagner parce que ce soit l’hôpital ou la clinique, c’est un peu service minimum. Nous sommes dans une société où le sens du service est très poussé, du coup ce sont des nurses qui s’occupent des bébés. Il faut donc demander à ce que le bébé soit dans la chambre avec nous si on veut, mais ce sont les nurses qui le changent, le baignent et font les soins. On sort de l’hôpital, on n’a pas changé une couche ni donné un bain. Elles nous montrent comment faire (derrière la vitre de la pouponnière). Du coup, un peu d’aide, soit des doulas, soit de la famille est la bienvenue. Surtout pour celles qui veulent allaiter. L’allaitement est promu et recommandé mais l’aide concrète fait un peu défaut.

Estelle

Vous avez aimé cet article ? Vous aimerez aussi d’autres témoignages de grossesse en expat :

Ma grossesse à New York

Ma grossesse à Akron, USA

Ma grossesse aux Pays-Bas

Ma grossesse aux Emirats

Ma grossesse en Hongrie

Pour vivre au mieux votre grossesse à l’étranger, téléchargez l’appli CFE : http://www.cfe-maternite.com/

FemmExpat vous conseille de lire :

Votre protection sociale à l’étranger : l’expatriation au féminin

Vivre à Doha au Qatar

Doha au Qatar : à savoir avant de partir

Doha au Qatar : les bonnes adresses


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

Prochains événements

  1. 25/11 – Café Expat « Vivre les moments forts à distance » (en virtuel)

    novembre 25 @ 16 h 00 min - 17 h 30 min UTC+1
  2. 01/12 – Café Expat Couple Binational et Interculturel (virtuel)

    décembre 1 @ 13 h 00 min - 14 h 30 min UTC+1
  3. 02/12- Conférence Online Etudes Post Bac France

    décembre 2 @ 16 h 00 min - 17 h 30 min UTC+1

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !