Connexion en tant que membre

La Prévention Mes dossiers

La dengue, le zika et le chikungunya : conduite à tenir en expat


La dengue, le zika et le chikungunya : conduite à tenir en expat

Nous avons fait précédemment le point sur ce qu'il faut savoir sur la dengue, le zika et le chikungunya. Notamment quand on part en expat. Aujourd'hui, voyons quelle est la conduite à tenir avant, pendant et à votre retour d'expatriation.

 

Avant de partir en expat

Le risque infectieux peut varier sensiblement entre les différentes zones d’un pays ou d’une région donnée. Et même évoluer avec le temps. Il est conseillé aux voyageurs de demander à leur médecin et aux autorités sanitaires locales et nationales des conseils sur le risque potentiel. Tenez compte de votre itinéraire spécifique et de vos pathologies sous-jacentes,. Enfin, soyez vigilants sur les mesures appropriées pour réduire la possibilité d’exposition aux piqûres de moustiques.

Pour le virus Zika, il est préférable qu’une femme enceinte ne se rende pas en zone où la transmission du virus se poursuit. Les femmes enceintes dont les partenaires sexuels vivent ou se rendent dans des zones de transmission du virus Zika devraient adopter des pratiques sexuelles à moindre risque. Ou s’abstenir de toute relation sexuelle pendant toute la durée de la grossesse.

 

Pendant le séjour
Il faut savoir se protéger contre les piqûres de moustiques.

Si possible, portez des vêtements de préférence de couleur claire, aussi couvrants que possible. 

Il est conseillé d’appliquer sur la peau exposée des produits répulsifs, surtout pendant la journée. Les produits efficaces contiennent du DEET (diéthyltoluamide), de l’IR 3535 (éthyl butylacétylaminopropionate) ou du KBR3023 (appelé également icaridine ou picaridine). Les pharmaciens sont à même de vous proposer la formulation efficace et adaptée (spray Moskito Guard®, spray Zenderm® gamme tropiques, etc.).

Il faut les utiliser en respectant strictement les instructions figurant sur l’étiquette. Notamment pour ce qui est de la durée de protection, et du moment où il faut réappliquer le produit employé. Si l’on utilise à la fois un répulsif et une crème solaire, il faut appliquer en premier la crème solaire, puis le répulsif.

Il est conseillé dans les habitations,  d’installer des obstacles physiques comme des moustiquaires rigides ou en tissu, traités, aux portes et aux fenêtres, et de dormir sous des moustiquaires, si possible imprégnées d’insecticide, le jour comme la nuit.

 

Il faut savoir éliminer les eaux stagnantes, zones de multiplication des moustiques.

Même en petite quantité, toute eau stagnante est dangereuse, chez soi et autour de chez soi (jardin, balcon, etc.). Car c’est là où se multiplient les moustiques (ils y pondent leurs œufs qui se transforment ensuite en larves. Ce sont les gîtes larvaires). Un moustique femelle peut pondre jusqu'à 250 œufs tous les 2 jours. En pratique, il faut éliminer même les coupelles des pots de fleurs, mettre à l'abri tous les objets susceptibles de se remplir d'eau de pluie (seau, pneu,…) et nettoyer une fois par semaine les gouttières, siphons, etc. Pensez aussi à couvrir les sorties de fosses septiques. Ces précautions doivent être prises également par le voisinage. Car le moustique Aedes est susceptible de se déplacer sur environ 400 mètres de vol, sans compter l’aide éventuelle du vent.

 

Il est possible également de tuer efficacement les moustiques

En fonction des heures de la journée, il est possible d’utiliser des diffuseurs d'insecticides à l'intérieur et des serpentins à l'extérieur. On peut aussi éliminer les adultes par pulvérisations ciblées d’insecticides à effet rémanent à l’intérieur, et autour des habitations. Enfin, pensez à effectuer des pulvérisations à l’intérieur, là où les moustiques se reposent et piquent.

 

La transmission par voie sexuelle 

En zone infestée par le virus Zika, la transmission par voie sexuelle impose aux partenaires sexuels des femmes enceintes d’avoir des rapports sexuels protégés. Ou d’envisager l’abstinence pendant au moins 6 mois. Les couples prévoyant une grossesse doivent attendre au moins 8 semaines avant d’essayer de concevoir en l’absence de symptômes. Ou 6 mois si l’un ou les deux membres du couple a ou ont des symptômes.

 

À votre retour d’expat

Dans une région où sévissent Aedes aegypti ou Aedes albopictus, le voyageur doit continuer à utiliser un répulsif pendant au moins 3 semaines après son retour. Il s'agit d'éviter d’être piqué par des moustiques qui risqueraient de transmettre l’infection à d’autres personnes. En France, il existe un plan national anti-dissémination de ces 3 virus depuis 2015.

De retour d'un voyage d’une zone où sévit le virus Zika, il est préférable pour éviter de transmettre ce virus, d’avoir des rapports sexuels protégés, ou de s’abstenir de tout rapport pendant au moins 6 mois. Ceci s’impose d’autant plus pour le partenaire sexuel d’une femme enceinte.

Au retour d’une zone à risque, un délai de 1 à 4 mois doit être observé avant de donner son sang. Cette mesure a pour but d’éviter la transmission de ces virus par le sang du donneur au receveur.

 

Dr Patrick BRISOU

Médecin Biologiste

Pour Avismedic.com

 

FemmExpat vous recommande de lire aussi :

La nouvelle loi des 11 vaccinations obligatoires

Vaccinations avant un départ en pays tropical


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

1heure pour faire le point

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

1heure pour faire le point

Nos derniers articles !