Connexion en tant que membre

La santé Les soins Psycho Russie Vie d'expat

Le rôle du médecin de famille en expatriation


medecin de familleDans la famille expat, je demande… le médecin français ! Car oui, pour beaucoup d’entre nous, en expatriation, le terme « médecin de famille » prend tout son sens. En cette période de crise sanitaire, il est, plus que jamais, notre point de repère. Quel est le rôle du médecin de famille en expatriation ? Nous avons posé la question au Dr Sophie Andreoli, médecin conseil auprès de l’Ambassade de France à Moscou.

Dr Andreoli, quel est le rôle officiel du médecin conseil ?

Alors il faut savoir que le médecin de l’Ambassade tel qu’on le voit dans certains vieux films de l’époque coloniale, cela n’existe plus. Aujourd’hui, les consulats et ambassades s’entourent de « médecins conseils » dont le rôle est de conseiller l’équipe sur des questions médicales et juridiques en lien avec la santé. Dans la majorité des cas, ils exercent localement dans le privé, parlent français, voire ont un diplôme français. Ils peuvent être plusieurs ; à Moscou, nous étions deux avant, et je suis seule à présent. Nous ne sommes pas payés par le consulat et participons à des comités de sécurité deux fois par an ou dans des cas très spécifiques (quand la Russie a accueilli la Coupe du Monde de Football en 2018). Il faut dire qu’ici, nous avons un système de santé qui s’est considérablement amélioré ces dernières années, donc les risques sont moins importants pour les ressortissants français.

Quelles sont les préoccupations des expats, du point de vue de leur santé ?

Vous savez mieux que moi que les expats ont un petit côté aventurier « peur de rien ». Et je dois dire que cela se vérifie sur le terrain. J’ai des patients jeunes et en bonne santé. Mon quotidien, ce sont en majorité des pathologies infectieuses et beaucoup de pédiatrie. Des problèmes que l’on est content de traiter dans sa langue maternelle. C’est pour cela qu’ils m’appellent.

En fait, ce que mes patients expats craignent le plus, c’est d’être mal pris en charge en cas d’hospitalisation à Moscou. Mon rôle est donc de les rassurer. Comme je suis bilingue, en cas de pépin, je suis en mesure de faire le lien avec les médecins hospitaliers. Et puis, j’habite Moscou depuis une vingtaine d’années, donc j’ai tissé des liens avec pas mal de médecins dans les cliniques russes.

Comment vous voyez votre rôle alors ?

  • Informer : dès que je vois une nouvelle famille, je lui demande de noter les numéros d’urgence russes et les adresses des cliniques avec qui je travaille qui ont un bon niveau de compétences.
  • Rassurer : j'essaie d'être la plus pédagogue possible sur le système de prise en charge russe et je me rends disponible facilement. Ayant grandi en expatriation moi-même, je sais à quel point il est important d’avoir un point de contact sur qui on peut sincèrement compter.
  • Conseiller : sur les spécialistes sur place, notamment. Plus le temps passe, plus la qualité des soins spécialisés s’est améliorée et, sauf cas exceptionnels, il n’est même plus nécessaire de rentrer en France pour cela.
  • Prévenir : j’interviens sur les réseaux sociaux de la communauté expat pour rappeler quelques règles de base, des petits conseils…
  • Ecouter : souvent aussi mon rôle dépasse un peu le simple médical. La vie n’est pas toujours facile en expatriation et il n’est pas rare qu’une consultation médicale soit en réalité une séance d’écoute. Tant mieux, c’est ainsi que je conçois le rôle d’un médecin de famille après tout !

Dans votre pratique quotidienne, qu’est-ce qui change par rapport à la France ?

J’ai l’immense chance et privilège de faire partie des rares généralistes qui ont du temps pour leurs patients. Après quelques années de pratique en clinique privée, j’ai choisi les visites à domicile. Ce qui confère une dimension vraiment différente au lien qui se tisse avec mes patients. Je ne suis pas assise pas dans un cabinet les yeux figés sur ma montre, mais souvent dans le canapé du salon de mes patients. Grâce à cela, je vois le contexte familial, les fratries, alors ça crée un lien vraiment fort. Je rentre en quelques sortes dans la famille. Le contact passe bien et souvent j’ai des nouvelles après leur départ de Russie. Actuellement, je suis même à distance une famille partie au Guatemala !

Et en ce moment, comment ça se passe, avec le Coronavirus ?

De manière générale, même avant le Coronavirus, mes patients avaient la possibilité de m’écrire par WhatsApp. C’est un petit plus que je leur offre : ils m’écrivent quand ils veulent. S’ils ont un doute, ils m’envoient une photo, etc. En cas d’urgence, je me rends disponible pour faire le lien avec les hôpitaux russes. La nuit, je débranche. Mais encore une fois, j’ai la chance d’avoir des patients qui n’abusent pas.

La révolution du Coronavirus, c’est le succès des consultations par visio sur WhatsApp : cela me protège, et avec quelques années d’expérience, on peut, sauf cas exceptionnels, poser un diagnostic simple à distance. Dans le cas du Covid-19, mes patients savent depuis le début que ma ligne est claire : on m’appelle dès le premier symptôme, on n’attend surtout pas, et je suis 2 à 3 fois par jour par SMS la température, l’état général, etc. Pour ma part, j’administre assez rapidement des antibiotiques, qui évitent, d’après moi, une aggravation de l’état des patients.

Avec le confinement, nos expats rencontrent d’autres problèmes, comme l’approvisionnement de leurs médicaments réguliers. Comme beaucoup n’ont pas pu rentrer en France, ils se retrouvent à court de traitements. Je m’occupe alors, à mes frais, de faire venir quelques boîtes en dépannage via la valise diplomatique. Cela a été un soulagement pour certains de mes patients, suivis pour dépression par exemple. De manière générale, je ne suis pas inquiète pour leur état physique, mais pour toute l’angoisse qu’a provoqué cette bestiole chez mes patients. J’essaie de les aider à passer ce cap du mieux possible…

bouton Abonnement NL FXP- 350x150

 

Vous avez des questions, l'envie d'échanger ? 

Mercredi 27 mai, à 14h (heure de Paris), rendez-vous sur Facebook pour un webinaire animé par deux coachs de l'Expat Coach Academy - Marie-Dominique Quignon et Jeanine Bucquet - Over de Linden. "Vacances et confinement - la goutte d'eau qui fait déborder le vase"

N'hésitez pas à poser vos questions ou à intervenir. Une occasion de réfléchir en profondeur sur nos réactions à propos des vacances incertaines.

café expat 559x520FemmExpat vous également propose des cafés expat spécialement créés pour cette période de confinement.

Profitez du savoir-faire de l'équipe d'Expat Communication, éditeur des sites Expat Value et FemmExpat et des coachs de notre Expat Coach Academy pour discuter entre expats sur les sujets qui vous tiennent à cœur en ce moment.

>> Consultez l'agenda de nos Cafés Expat classés par thématique

Nous sommes à vos côtés

Même si l'incertitude est sans doute de mise pour beaucoup d'entre vous : départs en stand by, retours compliqués... n'hésitez pas à contacter nos équipes pour un accompagnement sur-mesure.

Notre expérience de coaching à distance par visioconférence nous permet d'être immédiatement opérationnels. Depuis novembre 2019, une plateforme digitale permet à tous nos coachés d'accéder à des ressources à distance. Un véritable atout en cette période de confinement.

 

Bienvenue au rendez-vous des expats confinés


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !