Connexion en tant que membre

La Petite Enfance La santé Les Enfants

Tout savoir sur l’alimentation du bébé – l’avis du pédiatre


L'alimentation du bébé - l'avis du pédiatreLes questions sur l’alimentation sont au cœur des préoccupations des parents dès la naissance, et même avant, dès la grossesse.

Allaitement ou biberon ? Est-ce qu’il boit assez ? Faut-il que je le réveille pour boire ? Il ne mange rien, il déteste les légumes. Il refuse la cuillère. Mon bébé a tout le temps faim… Bref, les enjeux autour de l’alimentation de votre petit sont nombreux et vont jalonner toute son enfance, et prendre une grande place dans votre relation.

Et vous, les FemmExpat, vous manquez peut-être de conseils de vos familles qui sont loin et vous devez adapter l’alimentation de votre bébé aux habitudes de votre pays d’accueil.

Pauline Krug-Tricot, pédiatre française expatriée à Tokyo et fondatrice du podcast WeePeeS, reprend avec nous les grandes étapes de l'alimentation chez l'enfant et répond aux questions souvent entendues en consultation.

 

Mon bébé est au biberon. On m’a dit à la maternité de lui donner toutes les 3-4 heures, mais faut-il le réveiller ?

Le risque théorique de laisser un bébé sans manger, c’est l’hypoglycémie. Mais hormis dans certains cas (certaines maladies rarissimes du bébé, diabète chez la maman, petit poids de naissance...), le bébé sait parfaitement régler sa glycémie lui-même grâce à un système d’hormones bien mis en place, y compris lors des jeûnes longs.

S’il fait moins de 3 kg, on peut vous conseiller de le réveiller au bout de 4h, mais sinon, il est inutile de le réveiller.

😉 Profitez-en pour vous reposer, au contraire ! Quelle torture pour vous de mettre un réveil pour aller donner à boire… Sans compter la torture pour le bébé qui dort tranquillement, et qui, le plus souvent, ne prendra rien si ce n’est pas lui qui s’est réveillé spontanément.

 

A quel âge commencer les purées ? Et en pratique, on fait comment ?

La pratique de la diversification a beaucoup évolué au cours des années, mais actuellement, les recommandations sont de commencer la diversification entre 4 et 6 mois. Vous verrez que les médecins ne disent pas tous pareil, que vous glanerez des informations diverses des professionnels de santé, des personnels de crèche, de vos amis et parents… Ceci montre que ce n’est pas une science exacte et qu’il faut faire comme on le sent, tout en gardant du bon sens.

Il faut déjà savoir que le lait reste l’aliment principal jusque 12 mois. Le but de la diversification est d’apporter certains composés dont le lait manque (vitamines, oligoéléments, fibres…). Mais aussi et surtout de socialiser votre bébé : qu’il commence à s’asseoir, à goûter, à découvrir de nouveaux goûts, de nouvelles textures et qu’il associe les repas au plaisir.

😉 Donc, vous pouvez commencer vers 4 ou 5 mois mais surtout, sans forcer ! Si ça ne plaît pas à votre bébé, faites une pause d’une ou deux semaines, et essayez à nouveau.

 

Alors, comment on s’y prend ?

😉 Voici quelques astuces et conseils : 

  • Donner la purée à la cuillère, plutôt que diluée dans le biberon ; le but étant qu’il apprenne à déglutir un aliment qui a une nouvelle texture.
  • Proposer la purée plutôt avant le biberon ou la tétée, pour qu’il ait bien faim et soit réceptif. Mais certains bébés ont tellement faim qu’il faut commencer par le lait pour les rassasier et les apaiser, et ensuite proposer la cuillère.
  • Diminuer progressivement la quantité de lait en fonction de la quantité de purée que votre bébé aura mangée. En général, l’enfant règle lui-même les quantités purée/biberon.
  • A priori, on donne de préférence des légumes à déjeuner, des fruits à goûter, mais après tout… Faites comme vous voulez.
  • On peut choisir d’introduire d’emblée légumes et fruits, ou de démarrer avec les légumes et d’attendre 2 semaines pour les fruits, dans l’idée qu’un bébé aura tendance à préférer le sucre (les fruits), et donc à bouder les légumes s’il n’y a pas été habitué un peu avant.
  • Préférer les mono-saveurs (un légume ou un fruit cuisiné SEUL), et proposer un nouveau légume et un nouveau fruit tous les 3 jours. Quand tous les légumes et fruits auront été introduits et bien tolérés, on pourra proposer des mélanges.
  • Commencer par 2 cuillères à café, puis augmenter progressivement pour atteindre ½ pot (soit 60 g environ) vers 5 mois, 1 pot entier (soit 130 g) vers 6 mois.

 

Quels légumes proposer ?

Presque tous les légumes peuvent être proposés :

👍 Carotte, courgette, épinard, petits pois, haricot vert, artichaut, patate douce, navet, fenouil, betterave, blanc de poireau, panais, potiron, potimarron, butternut…

Mais, au début, essayez d’éviter les légumes trop riches en fibre ou difficiles à digérer :

👎 Oignon, céleri, tomate, aubergine, poivron, vert de poireau, choux, brocoli, légumes secs (lentilles, pois cassés).

😉 Petite astuce : vous pouvez donner des petits pots tout faits, ils sont très adaptés, ou faire vous-même des purées avec des légumes frais de saison ou surgelés, en ajoutant un peu de pomme de terre pour lier. Vous mixez bien en ajoutant de l’eau de cuisson pour atteindre la consistance d’une purée liquide, ou d’une soupe épaisse.

 

Et du côté des fruits ?

On préfère les proposer cuits au début car ils seront plus digestes :

👍 Pomme, poire, banane, pêche, abricot… Les fruits rouges et les fruits exotiques sont maintenant autorisés dès 4 mois.

A éviter :

👎 Les fruits et légumes acides si l’enfant a un reflux.

👎Alterner légumes et fruits constipants (carottes, pommes, coings, myrtilles, bananes…) et laxatifs (courgettes, haricots verts, poires…).

 

Concernant les céréales :

On propose d’introduire les céréales dans le biberon du soir, à raison d’une à deux cuillères à café, pour que l’enfant rencontre le gluten.

Choisissez les céréales « avec gluten » (même s’il est noté « à partir de 6 mois »). En effet, on a montré que plus on introduit un aliment tôt, mieux il sera toléré par la suite.

Prenez l’habitude de proposer de l’eau pendant les repas, mais sachez que l’enfant s’hydrate principalement avec son lait et l’eau contenue dans les compotes et purées. Donc ce n’est pas grave s’il refuse l’eau. Ce n’est pas qu’il « n’aime pas » l’eau.

 

Et les protéines, on commence à quel âge ? Sous quelle forme ?

Dès que la diversification est bien lancée et que votre bébé termine ses purées de légumes (soit environ 130 g), vers 6 mois, on peut ajouter des protéines : viande, poisson, œuf (= VPO).

🐟 Le poisson 

Il peut être frais ou surgelé, non pané. Au début, préférer les poissons blancs, moins gras. Éviter les poissons prédateurs, plus riches en mercure (thon, espadon, flétan, bar). Vers 8 mois, on peut commencer les poissons plus gras (maquereau, sardine, saumon).

🥩 La viande

On commence par les viandes blanches (poulet, dinde, veau, porc), puis on peut étendre au bœuf, canard, agneau. On peut aussi donner du jambon blanc (cuit) une fois par semaine. Achetez un morceau de viande mais pas de viande hachée, car il y a un risque qu’elle soit contaminée par des bactéries. Il vaut mieux la hacher à la maison une fois cuite.

😉 Conseil et astuce : il faut cuire viande ou poisson sans matière grasse, en même temps que les légumes, soit à la vapeur, soit grillé. Puis, hacher finement et mélanger à la purée de légumes.

🥚 L’œuf

Il peut être démarré à 4 mois, dur uniquement, avec le jaune et le blanc.

Pour les quantités, on dit en général :

  • 10 g de VPO (viande, poisson, oeuf) jusqu’à 1 an,
  • 20 g jusqu’à 2 ans,
  • 30 g jusqu’à 3 ans… sachant qu’1 cuillère à café de VPO haché pèse 5 g.
  • ¼ œuf dur jusqu’à 1 an,
  • ½ jusque 2 ans.

On a tendance à donner beaucoup trop de protéines, donc une seule fois par jour suffit, et pas forcément tous les jours. Le lait et les légumes en contiennent déjà beaucoup.

😉 Il faut toujours ajouter une cuillère à café d’huile végétale dans la purée : le gras est indispensable au bon fonctionnement du cerveau et au renouvellement des cellules. Et une toute petite pincée de sel.

 

Quel lait ou laitage proposer ?

Entre 6 et 12 mois, on propose 500 à 800 ml de lait par jour ou équivalent.

Dès que les protéines sont introduites, on peut passer au lait 2e âge, qui est justement moins riche en protéines.

Les enfants qui commencent la cuillère refusent parfois le biberon. On peut donc remplacer les biberons (surtout du déjeuner et du goûter) par des laitages :

  • laitages infantiles,
  • yaourt nature au lait entier,
  • petit-suisse non-sucré ni aromatisé,
  • fromage blanc…

😉 Vous pouvez faire vos propres yaourts avec le lait infantile, c’est même l’idéal car cela apporte le bon taux de protéines et d’acides gras, et le tout sans conservateur ni sucre.

 

 

Donc pour résumer, voici les menus-types proposés à partir de 6 mois :

👉 Petit-déjeuner : tétée ou 210-240 ml de lait 2er âge.

👉 Déjeuner : 130 g de légumes et/ou féculents + 2 cuillères à café / 10 g de viande, poisson, œuf. Laitage ou 150 ml de lait 2e âge.

👉 Goûter : 130 g de fruits. Laitage ou 180 ml de lait 2e âge.

👉 Dîner : tétée ou 210-240 ml de lait 2er âge + céréales avec gluten.

 

Il faut noter que certains enfants se contentent du biberon de lait le soir jusqu'à 12 mois et plus. Pour ceux qui réclament (souvent vers 8-9 mois), on peut proposer un vrai repas le soir : 200 g de légumes-féculents sans protéine + 150 ml de lait 2e âge ou un laitage.

 

Et le gluten ?

Le gluten est contenu dans le blé, l’avoine, le seigle et l’orge. Plus on introduit tôt le gluten, mieux il sera toléré.

Ce peut être sous forme de :

  • céréales-bébés avec gluten,
  • semoule de blé fine,
  • flocons d’avoine mixés cuits dans du lait, en bouillie ou mélangés à la purée de légumes.
  • petit croûton de pain bien dur à sucer : vers 8-9 mois uniquement.

 

A quel âge un enfant peut-il manger de tout ? Y a-t-il des aliments à éviter ?

Les pédiatres ne sont pas tous d’accord sur ce sujet, c’est donc qu’il n’y a pas de vérité unique. Par exemple, j’introduis le chocolat entre 6 et 12 mois, le miel à partir de 12 mois, les fruits de mer cuits vers 12 mois.

👎 La seule interdiction, ce sont les fromages au lait cru non pasteurisés et la viande hachée peu cuite, qui peuvent provoquer des infections sévères.

 

Qu’est-ce que la DME ?

La DME, c’est la diversification menée par l’enfant. C’est un concept très intéressant qui se développe depuis quelques années. L’idée est de laisser l’enfant acteur de son alimentation, ce qui va lui permettre de gérer son appétit, ses envies, mais aussi et surtout de développer sa motricité fine : lui apprendre à bien mâcher, même sans dents, et déglutir.

Il faut commencer vers 6 mois, pas avant, quand l’enfant tient assis avec appui et est capable de bien attraper et porter à sa bouche. Quelques recommandations :

  • Lui proposer des légumes et fruits bien cuits ou bien mûrs en morceaux, mais aussi des protéines sous forme de bâtonnets de viande hachée ou des morceaux d’omelette par exemple.
  • Les morceaux doivent être gros, de la taille de son poing, pour éviter l’étouffement. S’il avale un gros morceau, son réflexe nauséeux est tel qu’il ne s’étouffera pas, mais cela doit toujours être fait sous surveillance.
  • On assied bébé dans une chaise haute, on pose les morceaux devant lui, sans le forcer. Il va donc attraper les morceaux, les toucher, les malaxer, les jeter (préparez-vous à un peu de ménage et de lessive !), puis les mettre à la bouche.
  • Tout ça en suivant ses envies et son appétit, non pas qu’il faille que l’enfant-roi décide tout, mais juste qu’il apprenne ainsi à réguler ses apports en fonction de son appétit, ça permet d’apprendre que l'on mange quand on a faim, et qu’on s’arrête quand la satiété est obtenue !

😉 Rien ne vous empêche de proposer des purées au début ou quand vous êtes pressés, et de pratiquer la DME au calme, le week-end par exemple, ou au goûter avec des fruits bien murs, en complément d’une purée.

 

Mon enfant a 2 ans, et les repas sont devenus hyper compliqués du jour au lendemain. Il refuse les légumes, ne veut que des pâtes et des gâteaux. Comment réagir ? Faut-il forcer ? Le priver de dessert ?

Cette période est bien difficile et presqu’incontournable malheureusement… Mais voici quelques grands messages :

  • Déjà, ne pas forcer. On entend souvent « il ne se laissera pas mourir de faim ». C’est plus ou moins vrai, car certains bébés ont de vrais troubles de l’oralité et refusent de manger, tout en ne prenant aucun poids, et c’est alors assez préoccupant. Mais pour la plupart des bébés, ce n’est pas le problème, et forcer est contre-productif.
  • Essayez de vous détachez, facile à dire… Il ne veut pas son plat ? Il passe du fromage au dessert en un rien de temps ? Ne le privez pas, il ne comprendra pas le lien. Expliquez-lui plutôt que le prochain repas sera le goûter, dites-lui qu’il faudra patienter, qu’il y arrivera sans problème. Et surtout ne flanchez pas : ne compensez pas par 3 desserts, un grand biberon, ou du pain.
  • Faites du repas un moment de plaisir : asseyez-le à table et en famille, ne le distrayez pas avec des écrans, ne faites pas durer le repas trop longtemps, faites le goûter… Et rapidement, faites-le cuisiner avec vous : qu’il touche, mélange, goûte…
  • Enfin, je pense qu’il ne faut pas diaboliser les "aliments plaisir", tout est question de proportion.

 

Alors maintenant : à table !!

Pauline Krug-Tricot, pédiatre française expatriée à Tokyo

> Pour aller plus loin, écoutez aussi le sujet de Pauline autour de la question "Faut-il donner du fromage qui pue aux enfants ?"

 

 

Réécouter ici son podcast consacré à l'alimentation du bébé

> N'hésitez pas à contacter Pauline via sa page Facebooksur la page Instagram @WeePeeslepodcast, ou sur Twitter @WeepeesPodcast. 

WeePeeS est disponible sur Itunes, Spotify, Anchor et autres plateformes

 

bouton Abonnement NL FXP- 350x150

 

FemmExpat vous recommande aussi :

Troubles du sommeil chez l’enfant – l’avis du pédiatre

Retour à l'école en mode Covid-19 : l'avis du pédiatre

Situations anxiogènes et gestion du stress chez l’enfant : l’avis du pédiatre

Pauline, pédiatre en expat', se lance en podcast

Pour tout savoir sur les dents de nos petits expats – l’avis du pédiatre

Les petits maux du nouveau-né – l’avis du pédiatre


ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Prochains événements

  1. 18/05 à 14h – Atelier sur le couple interculturel

    mai 18 @ 14 h 00 min - 15 h 30 min UTC+1
  2. 21/05 à 14h – Atelier « S’expatrier en solo »

    mai 21 @ 14 h 00 min - 15 h 30 min UTC+1
  3. 26/05 à 14h – Atelier “Booster sa résilience”

    mai 26 @ 14 h 00 min - 15 h 30 min UTC+1
Femmexpat Conférences en ligne