Connexion en tant que membre

La santé Ma vie en expatriation

En expatriation, comment s’assurer que l’eau que nous buvons est saine ?


En-expat-comment-s-assurer-que-leau-est-saine-UNE femmexpat 559x520Quelque soit la destination, avez-vous pensé à vous renseigner sur la qualité de l'eau du robinet du pays dans lequel vous allez vivre ou voyager ?

Cela peut paraître anodin, mais Isabelle Guglielmi, expat aux USA, Docteur en Pharmacie et certifiée en aromathérapie, nous met en garde et partage quelques précautions d'usage. D'autant plus si vous êtes enceinte et/ou que vous avez de jeunes enfants.

Sa grossesse à Taiwan a déclenché une prise de conscience dans ses recherches... Elle nous raconte pourquoi et ce qu'elle met aujourd'hui en place pour la santé de sa famille. 

 

 

Ma 3ème grossesse à Taiwan a été un déclic 

En 2001, je suis expatriée à Taipei et enceinte de mon 3ème bébé.

Bien sûr, avant d’envisager une grossesse, je m’étais assurée que tout se passerait bien au niveau du suivi loin de l'Hexagone. Et j'étais plutôt rassurée car nous étions plusieurs, cette année-là, à être enceintes. Nous pouvions ainsi partager nos expériences.

  • L’aspect pratique avait été facilité puisqu’il y avait un hôpital où le personnel parlait anglais et était habitué à recevoir des patientes étrangères.
  • L’aspect culturel, cependant, avait été un challenge et il avait fallu s’adapter tout en imposant aussi nos pratiques notamment dans l’accueil de notre bébé : le peau à peau était inconnu, on vous enlevait votre bébé durant de nombreuses heures pour soi-disant le soigner … 

Bref, j’ai eu mon lot de rébellions qui ont fait sourire les infirmières. Je garde cependant un bon souvenir de ce moment. 

 

Pourtant, ce que je n’avais pas mesuré, c’était l’invisible !

En 2002, quand ma petite puce est venue au monde, on était loin d’avoir compris l'enjeu de l'eau du robinet ; les recherches étaient loin d’avoir atteint le grand public ou les médias.

Et pourtant, ma fille est née avec un poids et une taille très faible. Elle est restée plus petite que ses deux grandes sœurs, nées en France et élevées au biberon d’Evian.

Moi dans la foulée, j’ai fait ce qui s’appelle une thyroïdite du Post-partum (inflammation de la thyroïde induite par des auto-anticorps). J’ai eu la chance de pouvoir m’en débarrasser au bout d’un an, mais on m’avait dit : attention à la prochaine grossesse, il faudra surveiller ta thyroïde.

 

Ma 4e grossesse en France... sans l'influence de la pollution de Taiwan

Lorsque mon 4ème est né en France, j’ai été suivie sur ce plan là, et il n’y a pas eu de récidive. Ce qui avait changé ? Le fait que je n’étais plus à Taipei.
 
Bien sûr, je n’ai pas de certitude, ni ne pourrai jamais affirmer que la pollution de Taipei ait eu un lien entre ces deux événements. Mais aux vus de ce que je sais maintenant, je m’interroge. 
 
 

Depuis plusieurs années, j’étudie l’impact des polluants et produits chimiques qui nous entourent...

... et surtout la connexion entre notre exposition et les effets sur notre santé au long terme. Les corrélations sont difficiles à établir mais de nombreuses études tendent à expliquer ces relations. Bien sûr, en étant enceinte, nous devons être encore bien plus vigilantes sur ce à quoi nous nous exposons. 

 

En étant expatriée, nous sommes parfois plus exposés à la pollution de l’air, de l’eau et de l’alimentation que si nous étions en France.

Les normes ne sont pas toutes les mêmes partout et malheureusement, certains pays sont plus pollués que d’autres. De part les industries qu’ils abritent mais aussi des habitudes du pays en terme d’agriculture. Partout il est nécessaire de faire attention. Les Etats-Unis, pays dans lequel je réside, ne fait pas exception.
 
Les dernières recherches ont permis de comprendre que le moment de l’exposition aux toxiques de l’environnement avait son importance.
 

Faire d’autant plus attention au moment de la grossesse

Bébé est en plein développement et c’est à ce moment qu’il est le plus vulnérable. On le croit à l’abri dans notre ventre, mais il est autant que nous, exposé. Il est surtout beaucoup plus vulnérable parce-que c’est un être en plein développement et que de très nombreux mécanismes génétiques et hormonaux sont mis en jeu à ce moment-là. 
 
 

L’impact des polluants peut avoir des répercussions sur sa santé, immédiatement en causant des dysfonctionnements, voire des malformations

Les répercussions peuvent intervenir les premières années de sa vie, mais aussi des années plus tard. 
 
Les études et les statistiques sont formelles :  nous vivons plus longtemps, mais il y a une croissance exponentielle des maladies dites de civilisation (maladies auto-immunes, allergies, autisme, maladies neuro-dégénératives et cancers).  Et ces maladies peuvent aussi trouver leurs racines au moment de la gestation.
 
 

On peut se sentir impuissant face à cela et penser que de toute façon, on ne peut rien faire pour se protéger

C'est tout le contraire ! Car nous pouvons déjà, à notre échelle, nous protéger et éliminer de notre entourage des produits toxiques. Dans un article écrit précédemment chez Femmexpat, j’avais détaillé quelques petits trucs pour diminuer cet impact et je vous invite à vous y référer.
 
 
 

Les produits chimiques ont 3 portes d’entrées principales

S'il est difficile de contrôler la pollution générale, il est néanmoins possible d’agir ponctuellement. 

Ces produits chimiques peuvent nous atteindre par :
  • inhalation,
  • ingestion (par l’alimentation),
  • ou absorption à travers la peau avec les cosmétiques.
Or il n’est pas toujours facile d’un pays à l’autre de pouvoir échapper à certains polluants. A côté des premières recommandations que j’avais faites dans mon article précédent, je pense qu’il est impératif d’insister sur l’eau du robinet. 
 
 

L’eau n’est pas sûre partout

Elle peut transporter de nombreux composés toxiques qui s’accumuleront par la suite dans notre organisme et ainsi peut aussi toucher bébé. 
 
Aux Etats-Unis par exemple, Flint, une ville du Michigan, a fait parler d’elle quand, après avoir changé de source d’approvisionnement, son eau a présenté des taux de plomb dangereux pour les enfants. Le plomb affecte en premier lieu les enfants dans leur développement cérébral. 
 
Mais le problème peut être bien plus insidieux. Aux Etats-Unis, toujours, l’eau est supplémentée en fluor dans certains endroits. Ce qui pourrait être considéré comme un avantage, a en fait révélé une augmentation du taux de problèmes thyroïdiens chez l’adulte mais a aussi révélé des effets délétères sur le développement du cerveau du bébé. Le fluor est en effet proche en structure de l’iode et il peut ainsi rentrer en concurrence avec lui au niveau de la thyroïde. 
 
De plus, il est souvent ajouté du chlore dans l'eau pour assurer la qualité bactériologique de l'eau. Or si le bénéfice est évident, cela n'est pas sans poser des problèmes. Il peut être intéressant de faire poser un filtre sur la douche qui le filtera.
 

Aux Etats-Unis, il a été retrouvé jusqu’à 200 produits différents dans l'eau du robinet, sur tout le territoire

L’EPA (agence de protection de l’environnement) régule et contrôle 89 ingrédients. Des normes sont établies mais en conjonction avec les industries ce qui ne garantie pas l’absence de répercussion sur la santé, même à des taux jugés sains pour l’EPA. Mais attention, chaque pays a sa propre législation là-dessus et il est parfois difficile de comprendre ce qu’il en est.

Dans certains pays, y compris les Etats-Unis, l’eau peut donc ne pas être sûre : que ce soit à la source ou par contamination d’un système de distribution obsolète.

 

Se diriger vers des bouteilles en plastique n’est pas la solution

L’eau n’est pas forcément meilleure que celle du robinet et surtout, des particules de plastique peuvent migrer vers l’eau. Ce qui peut paraître dérisoire ne l’est pas car ces substances agissent à très faibles doses et des études ont montré que les personnes consommant des bouteilles en plastique ingéraient 90 000 microplastiques par an contre 4000 pour ceux qui consomment de l’eau du robinet. 
 

Alors que faire ?

Ce qui est sûr, c’est qu’il faut s’assurer que l’eau que nous buvons est saine.
  • Renseignez-vous :  où en est le pays qui vous héberge en matière de régulations de l’eau du robinet ? Je vous l'accorde, cela peut être difficile à obtenir dans certains pays,
  • Installez une fontaine avec de l’eau en bonbonne - en s’assurant de la qualité de l’eau. 
  • Pensez aux filtres :
    • à la source du robinet
    • via une carafe filtrante (attention, il existe de nombreux modèles et notez que tous les filtres ne filtrent pas les mêmes composés). 
    • sous l'évier ou à poser sur le comptoir (en général, il s'agit d'une succession de filtre)
    • un filtre à douche peut être utile si l'eau est très chlorée
 
Il faudra considérer  plusieurs options, en fonction aussi de votre budget, et d’autres considérations  (exemple si vous êtes locataires ou propriétaires de votre logement par exemple). 
Dans tous les cas, il est impératif de se poser la question, surtout si vous êtes enceinte ! 

Chaque situation est donc unique mais il n’en reste pas moins qu’en expatriation, il est essentiel de connaître l’eau que nous buvons et encore plus s’assurer qu’elle ne contient pas de composés potentiellement dangereux à notre santé mais aussi celle de bébé.

Isabelle Guglielmi
 
Sources :  Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction - Volume 37, n° 3, pages 223-228 (mai 2008)
 
 
Portrait-Isabelle Guglielmi-AmerikSanteIsabelle est Docteur en Pharmacie et certifiée en aromathérapie. Elle est également la créatrice du site AmerikSanté : http://ameriksante.com

Pour tout ceux qui veulent vivre en pleine santé et se soigner en toute conscience aux Etats-Unis, suivez Isabelle :

 

 

bouton Abonnement NL FXP- 350x150

 

FemmExpat vous conseille également les articles publiés par Isabelle :

Toxines environnementales en expat : encore plus attentives !

Comprendre le système de santé aux Etats-Unis

Manger sain aux États-Unis ?

Pourquoi et comment aborder l’aromathérapie en expatriation

Isabelle, pharmacienne expatriée aux USA, présente Ameriksanté

 


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !