Connexion en tant que membre

Carrières Ma vie en expatriation Psycho Vie perso Vie pro

Les expatriations successives



panneau du monde
Merci aux 128 expatriées qui ont répondu à notre enquête sur les « expatriations successives » dans laquelle vous vous êtes bien retrouvées !

57%  d’entre vous sont expatriées  depuis au moins 7 ans
36% ont vécu dans au moins  3 pays différents
57% ne sont pas revenues en France entre deux expatriations

Bravo à ces expertes de l’expatriation, qui,  à chaque changement, retissent  leur toile, se réadaptent et se reconstruisent un cadre de vie pour elles et pour leur famille.

Cette vie en majorité à l’étranger, de pays en pays, de ville en ville, est d’après vous une grande source d’enrichissement personnel incontestable, en revanche, cela suppose une sacré dose d’énergie, de souplesse, et de motivation, vous n’en manquez pas malgré quelques moments de « découragement et même de blues … »

Les points forts qui ressortent de cette enquête sont  l’adaptabilité (87%)  et l’ouverture d’esprit (88%)  qui vous animent.

« Découverte de nouveaux horizons, de nouvelles langues. Rencontre avec les gens du pays, fréquenter des gens qu’on n’aurait pas été amenés à croiser dans la vie quotidienne en France »« Apprentissage de la tolérance, de la curiosité et de la patience ».

Vous êtes en majorité avides de nouveautés « nous n’avons pas le temps de nous lasser d’un lieu, de personnes… »  vous avez trouvé une certaine liberté « les expatriations m’ont rendues très indépendantes » « grande ouverture d’esprit, grand liberté de vie » « Pas de jugement, la liberté en soi » et vous avez appris à mieux vous connaître « je sais mieux qu’elles sont mes aspirations personnelles et professionnelles »  «  j’ai fait la découverte de moi-même ».

Pour beaucoup d’entre vous il y a eu renforcement de la cellule familiale « on se centralise sur notre famille » « centrage sur la famille et nos propres valeurs » « vie de couple et de famille investie et épanouissante » « davantage de temps pour les enfants et le couple » « cela renforce le noyau familial ».

Et ce que vous appréciez aussi c’est le fait que chaque expatriation vous éloigne de la routine « j’ai le sentiment d’être en alerte permanente » « Je vis  une vie pleine d’aventures et je découvre chaque jour de nouvelles choses » « aucune monotonie dans ma vie ».

Le décalage professionnel (54%)  reste une problématique à résoudre, la mobilité ne jouant généralement pas en votre faveur.

Le changement de pays régulier rend la perspective d’une activité professionnelle durable compliquée  quand on est conjoint,  à moins d’avoir un métier nomade. Il faut énormément d’énergie pour recréer son réseau, retrouver un job dans un nouveau pays.

« Ma carrière s’est arrêtée lors de ma première expatriation, et c’est difficile de valoriser les compétences acquises pendant ces années » « devoir démissionner et rebondir professionnellement » « Perte de mon emploi et de ma confiance » « difficulté pour moi d’avoir une activité professionnelle intéressante durable » « Une carrière au point mort … Un énorme trou dans le CV » « Je suis passée complètement à côté de mon plan de carrière » « Mes diplômes ne sont pas reconnus » « expérience pro mal payée » « changement de pays tous les 3-4 ans, pas facile de retrouver du boulot » « difficile de changer de pays après 11 ans, de ne plus travailler à nouveau » « difficile d’obtenir un visa de travail ».

Si vous êtes 40% à  dire que ces expatriations multiples ont freiné votre carrière,  vous êtes 39% chez qui cela a déclenché une autre vocation ou un nouveau métier « j’ai pu explorer d’autres voies en sortant du schéma classique de carrière » et 21 % à avoir une carrière boostée par ces séjours à l’international : « deux expats très valorisées en Europe, en revanche coup de frein en arrivant aux Etats-Unis »  «  j’ai plus de responsabilité au niveau professionnel et gagné en maturité personnelle ».

Le  décalage culturel (48%)  avec votre pays d’origine est assez fort. Presque la moitié d’entre vous sent un vrai détachement par rapport à la France « il y a un éloignement certain avec la France » « Je n’ai plus du tout envie de revenir en France » « j’ai le sentiment de n’être jamais à ma place » « une certaine déconnexion avec la France » « le détachement, le décalage avec la France ».

L’éloignement avec la famille est  aussi source d’une frustration que l’on décèle dans vos réponses :
« La famille manque, on culpabilise » « l’éloignement géographique pèse en cas de maladie ou de décès » « on est loin des êtres chers » « Des parents qui vieillissent sans nous » « nos enfants qui connaissent pas la famille »...

Et aussi les enfants qui font leurs études  et qui ont quitté le nid douillet « la séparation d’avec les enfants dès qu’ils ont le bac est difficile ».

Décalage avec les amis restés en France «perte de certains liens amicaux avec les amis d’origine » « contacts devenus distants avec certains amis » « difficulté à partager cette nouvelle expérience » « liens inexistants avec les amis d’enfance ».

En revanche, vous appréciez les liens que vous tissez avec les gens sur place, qu’ils soient de votre communauté ou en local.

Pèse aussi sur la vie des multi-expatriées le changement perpétuel « l’impression d’être en permanence dans les bagages» « rythme épuisant (déménagement, installation) surtout dans les pays difficiles » « nouveau départ, difficile de repartir »  « trop de cartons de démarches administratives, 4 permis de conduire en 5 ans » « Un effort à refaire pour les commerces, les adresses de médecins, etc . »

Pour conclure, vous êtes en majorité toutes enthousiastes et pétillantes ! Nous avons été vraiment touchées et contaminées  par votre dynamisme : malgré les difficultés, vous faites front « bilan positif même si chaque changement est un déchirement pour la famille » vous êtes lucides « C’est un vrai choix de vie qui dépasse largement un choix de carrière, il faut être fait pour l’expatriation et aimer cela » « l’expatriation est un challenge tant que c’est un projet commun »  et nous laisserons une des expatriées conclure par cette phrase :

« Les expatriations successives sont le signe d’une volonté, elles sont rarement subies » 

 

Femmexpat vous conseille de lire :

Retour pro, la galère est-elle inévitable?

Inégalités dans la double carrière : la faute aux enfants mais aussi… au conjoint !

Je retourne sur les bancs de l'école

Travail : quand engagement rime avec autrement

Le télétravail, et si c’était pour moi ?

 

 

 

 

 

 


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !