Connexion en tant que membre

Actualités Ma vie en expatriation Vie d'expat

Les nouvelles tendances de l’Expatriation


homme-bagageL’âge d’or de l’expatrié roi est révolu ! Fini les allers retours en classe Affaires, cigares et champagne à la Hollywoodienne ! Fini les prisons dorées pour conjoint avec personnel de maison et piscine à débordement. Fuyez la crise à l’autre bout du monde et elle vous rattrape au galop… Être expatrié n’est plus aussi lucratif qu’on l’aurait imaginé. C’est en tout cas ce qu’affirme Bernadette Fouquet, juriste à Pôle Emploi International pour les Echos : « L’heure est à la rationalisation des coûts ».

Mais quel est donc ce nouveau totem des entreprises pour prédire salaire, logement et primes ? C’est l’indice Mercer, alors adieu la bonne vieille négociation virile et stratégique qui vous changeait en Crésus à l’autre bout du monde. Place au forfait tout calibré, logement, primes et rémunération seront déterminés en fonction de l’endroit où vous partez !

.

« Les profils juniors sont incités à privilégier la colocation, le personnel de maison et les factures de gaz, d’électricité, d’eau, de téléphone prises en charge par l’employeur c’est fini ! »

Autrement dit, si vous décrochez un ticket pour le paradis des expatriés : Vienne, ne vous attendez pas à un  loft de 200 m2 dans le centre historique. A contrario, si l’on vous propose des pays dont la qualité de vie laisse à désirer du type : Angola, Sierra Leone, Niger et autres joyeuseries ; J-A-C-K-P-O-T. Mieux que l’euro million, la prime Hardship viendra augmenter sensiblement votre rémunération. Enfin, si toutefois vous acceptez de vivre dans des ‘ghettos’ pour expats, de ne pas sortir de chez vous à la nuit tombée et donc à plus ou moins risquer votre vie ! Comme quoi, le cabinet Mercer peut être également votre ami.

Outre les questions sécuritaires évidentes, les risques sanitaires et médicaux doivent également être pris en compte.  Fukushima et les épidémies de SRAS… ont rappelé les risques encourus à l’étranger. « Il est de l’ordre de l’employeur d’informer, de prévenir ses salariés des conditions sécuritaires du pays d’expatriation ».

« Si le salarié expatrié adhère à la Caisse des Français à l'Étranger (CFE), il bénéficiera de prestations similaires à celles de la sécurité sociale. Pour ce qui est de la retraite, le plan de pension international est un dispositif de plus en plus privilégié par certains DRH. » Il faut savoir que le plan de pension international est étroitement lié aux résultats des marchés financiers. À méditer donc en cas de nouvelle crise économique.

Le contrat est un dernier point à ne pas négliger. « Dans le cas d’une localisation intra-entreprise, le contrat de travail initial doit être « rompu » juridiquement avec la société d'origine, cette rupture prenant souvent la forme de la démission du salarié. Ainsi, on assiste à des échanges surréalistes entre salariés et managers. Par exemple : "tu commences le mois prochain à Sheffield et je n'ai toujours pas reçu ta lettre de démission" ou encore "j'ai bien compris que ma mutation à Montréal supposait ma démission aussi je vous prie de bien vouloir trouver ci-jointe, etc.". Cela illustre combien les entreprises qui ignorent la définition de la démission sont encore nombreuses ! »

  

Pour les fanas de mathématiques, terminons cet article avec quelques statistiques. A ne pas prendre au pied de la lettre, enfin du chiffre, car vous remarquerez sans doute qu’un croisement aurait été fortement apprécié pour exploiter ces résultats:

-          Les français de l’étranger sont une tribu qui ne cesse de croître ! Plus d’1,6 million de personnes sont inscrites au registre des Français de l’étranger et ce nombre augmente en moyenne de 4% par an.

-          50% des expatriés sont des femmes, voilà une nouvelle qui va faire plaisir au gouvernement ! Cependant, aucune indication sur la nature de leur mobilité : expatriées ou trailing spouse ?

-          La moitié des expatriés sont en Europe Occidentale, 13% en Amérique du Nord et le reste a apparemment disparu..

-          58% ont été motivé par des raisons professionnelles

-          75% exercent une activité professionnelle

-          74% ont plus de 18 ans

-       33 % sont des cadres d'entreprises, 22 % sont des personnels de la fonction publique, 9 % exercent une profession libérale ou assimilée, près de 6 % sont chefs d'entreprises de plus de 10 salariés

-          58 % sont diplômés de l'enseignement supérieur (master et doctorat), 29 % sont titulaires de diplômes de niveau Bac+2 ou Bac+3.

.

Nathan Fanise

Source: Les Echos


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !